Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 11:16

Voilà un curieux roman que j’ai été plusieurs fois à deux doigts d’abandonner pour cause de lenteurs, et que j’ai lu jusqu’au bout parce qu’il a trop piqué ma curiosité pour que je l’abandonne. Qui donnait parfois envie de sauter des passages, sans que je le fasse, car l’intrigue très subtile se cache là où on ne l’attend pas...

 

Mysteres.gifSunshine, petite ville canadienne qui tente d'attirer le tourisme. Cam Husher, propriétaire d’un parc animalier crée la polémique en édifiant un cercle de pierres sur les lieux d'un cimetière indien revendiqué par les Nations Premières (c’est comme ça, visiblement, qu’on appelle les indiens au Canada). Le soir de l'inauguration, Alice Pederson, dentiste de la ville disparaît. Alice, originaire de Sunshine mais mariée avec un noir, père au foyer. Alice dont les infidélités étaient commentées par toute la ville. Alice qui a pris une part importante à l’édification du cercle de pierres. Avec l'enquête, ce sont tous les petits secrets que les uns et les autres voudraient bien garder pour eux qui remontent à la surface. Son corps ne sera découvert que deux ans plus tard, relançant les soupçons des uns et des autres.

 

Chaque chapitre donne la parole à un nouveau protagoniste du drame, et retrace, par petites touches, la vie de cette petite ville provinciale étouffante durant les deux ans qui s'écoulent entre l'édification du cercle de pierres et la réouverture de l'enquête. Cette variété fait la richesse du roman, et maintient un mystère (ou plutôt, comme le suggère le titre, des mystères), révélant peu à peu des turpitudes connues de tous, mais que tout le monde fait semblant d'ignorer. Pédophilie que tout le monde soupçonne mais que personne ne veut vraiment voir, racisme et homophobie latents bien que jamais ouvertement déclarés, méfiance envers les indiens dans leur réserve … C’est tout cela qui forme, peu à peu, le tableau de l’enfer ordinaire de cette petite ville.

 

La construction, parfois artificiellement complexe, est également à l'origine des faiblesses du roman qui parfois trop mou et lent, arrive à ennuyer le lecteur, le perd inutilement, avant de capter de nouveau son attention. On ferme le roman avec l'impression d'être passé assez prêt d'un très bon livre, malgré des détours et lenteurs qui donnent, à certains moment, envie de l'abandonner.

 

Robert McGill / Mystères (The mysteries), Série Noire (2007)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

Dominique 29/12/2007 13:24

Bonjour, comme je n'ai pas trouvé votre adresse email sur le blog, que je trouve vraiment très intéressant (peut être ai-je mal cherché!) je le fais sous forme de commentaire pour vous demander si vous seriez intéressé par un échange de liens vers mon site : www.theyrani.com et/ou mon blog http://theyrani.over-blog.com/ Si vous êtes d'accord, n'hésitez pas à m'envoyer un mail.

Jean-Marc Laherrère 29/12/2007 19:42

Merci, et d'accord pour l'échange de liens, que je ferai, promis, avant l'année prochaine !

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact