Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 19:45

Nick Stone est un auteur anglais qui, d’après le quatrième de couverture, a vécu à Haïti dans sa jeunesse, et y est retourné plus tard, adulte. C’est ce voyage qui lui a donné le point de départ de Tonton Clarinette.

Stone.jpgMax Mingus était privé à Miami quand il a abattu les camés qui avaient enlevé, violé et tué une gamine. Il a pris huit ans de prison. Sa peine touche à sa fin quand il est contacté par Allain Carver, un des hommes les plus riches d’Haïti, pour retrouver son fils Charlie disparu depuis maintenant deux ans. Rien dans l’affaire ne plait à Max, mais Allain lui offre une véritable fortune s’il retrouve le gamin, et Max a besoin de faire quelque chose pour oublier la prison, la mort accidentelle de sa femme, et le vide de sa vie. Il accepte donc. Il ne sait pas qu’il va être confronté à une misère bien pire que tout ce qu’il a pu imaginer, à la superstition et à une violence qu’il n’a jamais approchée, même dans les pires quartiers de Miami.

Voilà ce que j’appellerais un bon polar, solide, sérieux, bien fichu, bien meilleur qu’un simple thriller, car en plus d’être bien construit avec tous les ingrédients du thriller, il nous plonge dans un monde que nous ne connaissons pas, mais sans cette étincelle, ce … truc, très difficile à définir, qui fait que des romans comme Versus ou La griffe du chien sont d’une autre nature, d’un autre niveau.

Tous les éléments sont là : un privé dans la plus pure tradition, à la fois dur à cuire, rude, mais également faillible, plein de contradictions et de faiblesses. Une intrigue qui tient la route, avec fausses pistes et coups de théâtres, et même quelques éléments à la limite du fantastique. Tout cela au service de la description d’un enfer, celui d’Haïti, où les anciens tontons macoutes des sinistres Duvalier sont toujours là, où règne une misère invraisemblable, où superstition et religion mènent la danse, et où les anciens esclavagistes blancs sont toujours les maîtres. Une île où l’on crève tous les jours de chaud, de faim, d’ignorance, de maladie ... Et où la vie humaine ne vaut pas lourd, et où les plus faibles, à commencer par les enfants, sont les plus exposés. Un pays où les Marines et les casque bleus se conduisent comme des conquérants et des prédateurs, alors qu’ils sont censés être des libérateurs au service de la démocratie …

Au-delà de l’intrigue, la description de cette réalité pour atroce est le grand plus de ce bon polar.

Nick Stone / Tonton clarinette (série noire, 2008).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars grands bretons
commenter cet article

commentaires

Nico 06/11/2010 18:04



La partie carcérale est au début du roman, et très courte. En soin elle est intéressante, mais personnellement elle m'a paru pénible à lire en raison du vocabulaire argotique employé. Mais ce
n'est qu'un détail.



Nico 06/11/2010 17:37



Les personnages sont en effet bien travaillés, et l'auteur ne tombe dans aucun piège (ni sentimentalisme, ni manichéisme). Un thriller très réussi, au style fluide et prenant, aux rebondissements
multiples et aux descriptions très réussies (et terribles!) de l'enfer haïtien. Seul petit bémol: le début est un peu lent, et écrit avec un style assez négligé (notamment la partie qui se
déroule en prison, et qui cherche probablement à retranscrire le langage employé en milieu carcéral). Un excellent thriller, en tout cas.



Jean-Marc Laherrère 06/11/2010 17:58



J'avoue que depuis le temps je ne me souviens plus de la partie carcérale ... Un nouveau roman de Nick Stone est annoncé pour 2011.



Vincent 10/02/2009 10:08

Il vient de remporter le prix SNCF du polar, mérité à mon avis (même si j'aurais préféré que "London Boulevard" l'emporte).
Nick Stone est un homme charmant, qui parle de littérature sans langue de bois, dans un français impeccable, avec un léger accent caribéen.

Jean-Marc Laherrère 10/02/2009 13:37


Excellente nouvelle, pour un prix mérité.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact