Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 21:39

Niki Java est rédacteur en chef dans un quotidien toulousain. Son amour immodéré pour les perroquets (ceux à base d’anis, pas ceux à plumes) est en train de lui valoir quelques déboires professionnels. Pour faire bref, il est sur un siège éjectable. Zamponi est flic. Après un passage par Montpellier, il est de retour dans la ville rose, celle de sa jeunesse, de ses amours mortes, de ses amitiés périlleuses. Ses anciens amis sont eux aussi à Toulouse, en régime de semi-liberté à la prison Saint-Michel. Tous courent après un gros coup : Un ancien truand et écrivain de polars mort récemment aurait laissé, dans un manuscrit inachevé, des indications pour retrouver un magot …

Soyons clairs : ce n’est pas avec ce polar que Serguei Dounovetz va révolutionner le genre, ou laisser un empreinte durable dans le ciment des lettres françaises. Autre chose : Ceux pour qui un polar est forcément fabriqué comme une montre suisse ne vont pas aimer. Car ici c’est parfois un peu le foutoir, ça part dans tous les sens et il y a quelques trous dans l’intrigue.

Mais. Mais deux choses sont évidentes à la lecture de Born Toulouse forever : Un : il a dû bien se marrer à l’écrire. Deux : le lecteur prend autant de plaisir à le lire que lui a dû en prendre à l’écrire. Il y a là-dedans une telle énergie, un tel amour pour les personnages qu’on est emballé. Et même s’il en fait peut-être parfois beaucoup, on ne peut pas être amateur de polar et ne pas apprécier les nombreux hommages et clins d’œil que l’auteur fait à ses prédécesseurs et collègues. Hommages qui peuvent être directs, ou prendre la forme de scènes et de personnages clichés, mais repris à son compte par Serguei Dounovetz avec tellement de tendresse et de gourmandise rigolarde que cela devient un atout au lieu d’être un boulet.

Comme pour finir le style est aussi généreux, drôle et énergique que l’histoire et les personnages, on passe un moment de lecture absolument … délicieux, rafraîchissement, réjouissant. Que l’auteur en soit remercié.

Serguei Dounovetz / Born Toulouse forever  Mare nostrum/polar (2008).

PS. Juste un détail, si Serguei lit ce papier. "Toulouse, rue de Rome, rue piétonne ..." ainsi commence le roman. C'est la rue Saint Rome, pas la rue du Rome qui continue la rue des Filatiers. Mais c'est un détail.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact