Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 16:11

« Eh bien, il semblerait que j’essaie de corriger la race humaine dans son intégralité, un connard après l’autre ». Et oui, Honey Perry, propriétaire d’un mobil home en bordure du Parc des Everglades, Floride, USA, ne manque pas d’ambition. Et doit avouer que son projet avance assez lentement. Il faut dire qu’elle a la chance (ou le malheur) d’habiter une région où les connards en question ne manquent pas, et sont d’une qualité supérieure, surtout quand c’est le grand Carl Hiaasen qui leur donne vie !

Dans Croco-deal, Honey tente d’humaniser, entre autres, Boyd Shreave, mou, lâche, fainéant, content de lui, et, circonstance aggravante, télémarketeur. Et elle sait qu’elle part de loin car, comme elle le lui déclare sans chichi :

« Je vous donne ma voix pour l’oscar de la Tête de Con. Sans rire. »

Honey et Boyd ne sont pas les seuls cinglés qui vont se retrouver paumés sur une île au milieu du Parc. On trouve aussi :

Un métis séminole assez maladroit et très désireux de retrouver ses racines indiennes (mais tout aussi désireux de coucher avec l’étudiante blanche moitié cintrée qu’il enlève).

L’ex employeur d’Honey, obsédé sexuel agressif qui pue le poisson.

Des pénitents faisant partie de la « Première Assemblée Maritime Résurrectionniste de Dieu ». Voilà comment Hiaasen les présente : « Suant et soufflant, le pénitent d’avançait avec le grand sourire, la confiance en soi et la stupidité des bien-pensants. » Il repartira illico la queue entre les jambes, si je puis m’exprimer ainsi.

Plus une future ex-femme un peu givrée, une belle plante qui choisit mal ses conquêtes, un privé pas vraiment téméraire … Sans compter de nombreux moustiques, fourmis rouges, alligators, aigles pêcheurs et autres habitants naturels des marais.

Tout cela pourrait être juste un exercice de casse pipe un peu aigri, mais non. C’est que Hiaasen les aime ses personnages, du moins en aime-t-il certains. Et cela ce sent. D’ailleurs, comment ne pas aimer Honey ? Même son ex-mari, fatigué de subir ses emballements, ne peut la quitter vraiment car, comme il l’explique à leur fils :

« Personne ne dit qu’elle est normale, intervint Skinner, même pas elle. Mais il y a beaucoup trop de personnes soi-disant normales qui n’ont ni âme ni couilles ». Deux attributs dont les héros de Hiaasen sont abondamment pourvus. 

Alors embarquez dans le kayak foutraque d’Honey, profitez de la beauté d’un lever de soleil sur les Everglades, pourfendez la connerie, la mesquinerie et l’égoïsme. En un mot, lisez Hiaasen, et n’oubliez pas d’éclater de rire quand les méchants, les cons, les minables en prennent plein la tronche.

Carl Hiaasen / Croco-deal  (Nature girl, 2006), Denoël (2008). Traduction de l’américain par Yves Sarda.

PS. Je sais, ce résumé ne donne pas la moindre idée de l’intrigue. C’est normal, on ne résumé pas un livre de Carl Hiaasen. On le lit, et on rigole. Exécution !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

jp 29/09/2008 09:59

J'ai également été déçu par ce Hiaasen que je trouve plus laborieux et moins enthousiasmant que les précédents (par exemple Peche en Eaux Trouble ouJackpot).

Jean-Marc Laherrère 29/09/2008 11:08


Ca fait donc deux avec J-Michel. C'est vrai que les premiers avaient plus la pêche. Mais après Fatal Song que j'avais trouvé vraiment plus faible, les deux derniers me paraissent un peu mieux, sans
atteindre, c'est vrai, la puissance des premiers.


Jean Michel TOURRAILLE 15/09/2008 05:43

Je profite d'être à quelques milliers de kilomètres de Jean Marc pour oser une légère critique. Oui Hiassen est un auteur passionnant, oui ses personnages sont magistralement campés, c'est plein d'humour, les cons en prennent plein la tête et c'est un régal à lire. Mais cela dit, son dernier roman m'a un peu laissé sur ma faim. Il est un peu facile pour un auteur de cette trempe, Hiassen fait du Hiassen. J'aime mais je n'ai pas retrouvé tout le plaisir provoqué par la lecture de "Miami Park" ou "Pêche en eaux troubles". Sans doute j'attends trop des auteurs que j'aime.
Amitiés

Jean-Marc Laherrère 15/09/2008 10:54


C'est vrai que depuis quelques romans, Hiaasen a une petite baisse de régime. Moins saignant, moins mordant, moins allumé.
Mais quand on a lu tous ses anciens, on est quand même content de retrouver son univers, même en un peu moins bien.


jp 30/06/2008 12:55

Bonjour Jean-Marc,
Grace à tes conseils, je viens d'attaquer la lecture de mon premier Hiaasen : "Pêche en eaux troubles" et je me régale.
Je sais déjà ce que je vais lire cet été : les autres livres de cet auteur !

Jean-Marc Laherrère 30/06/2008 21:15


Merci. Je suis enchanté d'avoir fait un nouvel Hiaasen maniaque. Ce petit résultat, à lui seul, justifie le temps passé sur le blog !


Xavier 17/06/2008 11:29

Bonjour,
un petit mot en passant pour d'une part signaler que j'ai apprécié les deux romans de Hiaasen que j'ai lu : Cousu main (surtout) et Fatal song (un peu moins). En avez vous lu d'autres qui valent le détour ?
D'autre part, j'aime beaucoup ce blog que j'ai découvert depuis peu ;)

Jean-Marc Laherrère 17/06/2008 13:48


Bonjour, et merci.

Presque tous les Hiaasen valent le détour, celui que j'ai le moins aimé étant justement fatal Song.
C'est bien de lire d'abord Pêche en eaux troubles où apparaît pour la première fois un personnage que l'on retrouve ensuite (même s'il ne fait que de rapides apparitions) : C'est un ancien
gouverneur, viré parce qu'il était honnête qui s'est transformé en une espèce d'ermite allumé, coiffé d'un bonnet de bain. Ermite et justicier ...
Ensuite, mes trois préférés sont Miami Park, De l'orage dans l'air et Jackpot.
Mais cousu main (autour de la chirurgie esthétique) et strip tease, qui a donné un film avec Demi Moore ne sont pas mal non plus !
Bonnes lectures.


antoine 14/06/2008 18:24

Mea culpa. Je viens de voir qu'effectivement, Florida Roadkill a été chroniqué par tes soins. Bon, alors pourquoi pas une étude comparative du sens de l'humour exacerbé des deux énergumènes et de leur vision totalement hallucinée de la Floride ? Désolé en tout cas.
Salut.
Antoine Chainas.

Jean-Marc Laherrère 14/06/2008 18:32


Salut,

Effectivement, j'avais moins accroché à Dorsey qu'à Hiaasen. Il me semble que, contrairement aux apparences, écrire un roman qui part dans tous les sens, à la suite d'une bande de cinglés complets
demande une immense maîtrise de l'écriture et de la construction. Maîtrise qui, de mon point de vue, fait un peu défaut à Dorsey.
Mais c'est un avis très subjectif, et je sais que Dorsey a de nombreux fans.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact