Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 23:14

Bastien Bonnefous, sur polar blog, m’a devancé, et a utilisé le titre que j’aurais aimé trouver : Finir ou ne pas commencer, pour chroniquer le dernier roman de Fred Vargas. Cette phrase, qui revient plusieurs fois dans le roman, est, comme il le dit très bien, caractéristique de Fred Vargas, et de ses romans. Allez-y voir. Revenons à ce lieu incertain

17 chaussures, 8 paires et demi, avec 17 pieds, coupés à la cheville, déposés à Highgate, cimetière londonien à la sinistre réputation. Le corps de Pierre Vaudel, tué puis découpé, écrabouillé, éparpillé dans tout son salon à Garches, en banlieue parisienne. Des erreurs stupides et répétées qui plombent l’enquête. L’impression que quelqu’un cherche à la piéger ... Voilà le départ de la nouvelle aventure d’Adamsberg, une aventure qui va le mener de Londres en Serbie, et qui plonge ses racines au coeur d’un bien sombre tunnel, là-bas, il y a longtemps ...

Enfin, enfin, voilà le nouveau Fred Vargas, avec toute sa clique, Adamsberg, Danglard et les autres. Au moment où l’Europe se ferme, se solidifie, Adamsberg qui n’aime rien tant que le mouvement, voyage. Dans le temps et dans l’espace. Il est cette fois confronté au mythe du vampire, qui lui fait nettement moins peur que ... la paternité.

Vous lirez sans doute ici ou là qu’avec cette nouvelle histoire, Fred Vargas refait du Fred Vargas. C’est vrai. Comme Westlake fait du Westlake, ou McBain fait du McBain ... Donc Fred Vargas fait du Fred Vargas. Ce qui veut dire plaisir assuré, agitation des neurones, excitation des zygomatiques, et risques de se coucher tard.

On dit aussi que Fred Vargas est trop gentille, trop consensuelle … Peut-être, quoique. Fred Vargas a un style unique, reconnaissable entre mille, poétique, qui enrobe ses histoires et leur donne une coloration souriante qui fait passer la pilule. Mais si on y réfléchit bien, elle dit des choses pas si gentilles que ça sur la politique européenne en matière d’immigration, sur le besoin des sociétés de se trouver des boucs émissaires, sur nos peurs irrationnelles, sur la transformation d’une foule en bête immonde …

Certes les romans de Fred Vargas finissent en général bien, et, même quand elle le met dans des situations impossibles, on tremble rarement pour Adamsberg, parce qu’on sait qu’il s’en sortira. Mais j’ai gardé un peu du gamin en moi qui, bien qu’il sache que tout ira bien à la fin, fait semblant d’avoir peur, pour le plaisir.

Et puis, quel talent de conteuse ! Elle vous accroche dès les premières pages avec ses petits et grands mystères impossibles, inimaginables ailleurs que chez elle, et ne vous laisse aucun autre choix que celui de la suivre, jusqu’au bout, souvent sans dormir. Et elle vous offre sa galerie de personnages invraisemblables, Adamsberg pelleteur de nuages, un flic qui parle en alexandrins, une autre qui nourrit toute la brigade, un troisième qui est un vrai puits de science … Ceux là, comme les mystères de Fred, on ne les trouve nulle part ailleurs.

Fred Vargas est unique, inimitable, immédiatement reconnaissable, égale à elle-même. Et je ne saurais, comme beaucoup de lecteurs, la remercier assez pour les moments de bonheur qu’elle nous offre.

Mais attention lecteur, avec Fred Vargas, c’est finir ou ne pas commencer. Alors quand on commence son nouveau roman, on n’a d’autre choix que de le finir, à n’importe quelle heure …

Fred Vargas / Un lieu incertain , Viviane Hamy (2008).

PS. Dernier billet avant le départ en vacances. Rendez-vous dans deux semaines, avec plein de nouvelles lectures.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

meyer meyer 25/11/2010 22:02



Je viens de terminer un lieu incertain qui descendait ou montait dans la pile des à lire (sous la table de nuit)au gré de mes humeurs et de mes envies. Le préférant à la dernière minute à 'la
descente de Pégase", je me suis plongé dans cet aventure pas très passionnante du Commissaire Adamsberg.


C'était ma 2ème tentative avec Vargas (après pars vite et reviens tard) , et je n'accroche vraiment pas. Ce que je préfère ce sont les titres des bouquins. C'est fini pour un bout de temps avec
la Belle Fred. Du coup, pour m'en remettre  tout ça j'ai pris un Jonquet. Et Burke me dira-t'on ? Eh bien à la faveur d'un achat de quelques bouquins nouvellement achetés, il a perdu quelque
places dans la files des "à lire".


Ps : heureusement que Mac Bain faisait du Mac Bain !!!


Bien cordialement


Meyer Meyer



Jean-Marc Laherrère 26/11/2010 01:03



Si Pars vite et revoens tard ne t'as pas emballé, inutile de continuer avec Fred Vargas, c'est un concentré de son style.


Et Burke, comme vargas, reste fidèle à son style. On adore ou on décroche ...



Flo 20/06/2010 12:31



Est ce que vous savez quand sortira le prochain roman de Fred Vargas ? Cela fait 2 ans qu'un lieu incertain est sorti et il me tarde de lire le prochain.



Jean-Marc Laherrère 20/06/2010 21:49



Non je n'ai malheureusement pas d'infos ... Il va falloir prendre notre mal en patience.



Géraldine 26/07/2008 01:20

Je n'ai pas encore lu de Vargas. Cela semble incontournable, il va falloir que je m'y mette !

Cdlt

Géraldine

Jean-Marc Laherrère 26/07/2008 22:27


Excellente idée. Pour la série Adamsberg, autant commencer par le premier, l'homme aux cercles bleus, et sinon, il y a l'excellent debout les morts, avec les évangélistes, sacrés personnages
également.


Vladkergan 22/07/2008 22:36

Dans ce dernier roman, Fred Vargas plonge ses personnages fétiches dans une intrigue où plane les ombres des premières légendes vampiriques. Le style de l'auteur fait une fois de plus mouche dans ce polar surprenant. Une chronique plus complète est disponible ici : http://blog.vampirisme.com/vampire/?331-vargas-fred-un-lieu-incertain

Clément 13/07/2008 20:29

Vous m'avez redonnez envie de lire du Fred Vargas !J'avais adoré avec Pars Vite et reviens tard et j'ai continué à en lire 5-6 autres jusqu'à l'homme à l'envers... que j'ai eu du mal à finir. Donc peut être que je vais me laisser tenter par un lieu incertain.
La vraie raison qui m'amène ici n'est pas très louable... c'est pour que vous ajoutiez, si vous en avez envie bien sûr, un lien vers mon site sur les polars dans votre catégorie "ils lisent surtout du noir". En contrepartie j'ajouterais un lien vers votre site dans ma section "liens".
Voici l'adresse : http://polars-addict.e-monsite.com/
Merci,
Clément

Jean-Marc Laherrère 19/07/2008 23:45


Bonsoir.

Je rentre juste. Je regarde votre blog demain ou lundi. A très bientôt.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact