Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 21:08

Pour une fois, Parker n’a pas choisi lui-même ses coéquipiers. Résultat, il se retrouve en taule en attente de jugement. Pressé de sortir de là, il s’associe avec deux codétenus pour s’évader. Mais leur aide, et celle de leurs complices à l’extérieur a un prix : Il doit participer à un coup dans la ville. Un coup qu’il ne sent pas, un coup qu’il n’a pas préparé. Un coup qui, bien entendu, tourne mal …

C’est certain, ce n’est pas le meilleur Parker. Etrangement, on a presque l’impression de voir Parker embarqué dans un scénario Dortmundérien où chaque nouveau mouvement pour se sortir de la mouise ne fait que le précipiter dans une mouise encore plus grande. Du coup le scénario est moins dense que dans ses meilleurs épisodes.

Mais c’est quand même un Parker, dans la narration, et dans le style. Ce qui est synonyme de grand, très grand plaisir de lecture. Car le personnage est immuable, imperturbable, granitique, d’une efficacité totale, économe en mots et en actes … Et Richard Stark (alias Westlake comme tout le monde le sait) a poli son style au fil des épisodes, le rendant aussi tranchant que son personnage. Toutes les scènes dans lesquelles se trouve Parker sont d’une précision et d’une limpidité parfaites. Impossible d’en retirer une phrase, un mot, une ponctuation, sans en amputer le sens.

C’est amusant que ce billet succède à celui sur Gonzalez Ledesma, car les deux romans sont exactement contraires. Là où Francisco Gonzalez Ledesma utilise l’histoire pour faire passer ses sentiments, ses émotions, ses analyses historiques et philosophiques, Richard Stark bannit totalement les émotion, les sentiments, la psychologie. Au lyrisme nostalgique dans les descriptions de l’un répond l’action pure comme le diamant, qui claque sèche comme un coup de trique de l’autre. Deux régals de lecture, aussi différents qu’on puisse l’être.

Bravo à Emmanuel Pailler pour la traduction.

Richard Stark / Breakout (Breakout, 2002), Rivages/Thriller (2008), traduit de l’américain par Emmanuel Pailler.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

jérôme leroy 18/10/2008 16:24

Moi aussi la nouvelle m'avait échappé et elle me chagrine car j'ai beaucoup ri aux premiers découverts en engrenage international et aux débuts de Rivages Noirs.
Pour en revenir à Stark, je trouve qu'il a inventé une forme en plus d'être un raconteur d'histoire, quelque chose qu'il est vraiment seul à savoir faire. J'adore les westlake, entendons nous bien mais il ya quelque chose d'incassable ou d'indémodable chez les Parker. Le style, je crois, encore et toujours le style.

jérôme leroy 18/10/2008 15:28

Le behaviorisme de Parker, son "manchettisme", je me demande si paradoxalement, alors que l'auteur lui-même considère cette série comme mineure, ne sera pas ce qui restera de Westlake, au bout du compte. Les écrivains sont les plus mauvais juges possibles de ce qui est important et de ce qui l'est moins dans leur production: Baudelaire était persuadé de passer à la postérité pour ses critiques d'art!
La mort de van de Wetering.... On a envie de crier Halte au feu. La mort ne pourrait pas s'en prendre aux traideurs pour changer...

Jean-Marc Laherrère 18/10/2008 16:18


La seule fois où j'ai pu croiser Westlake, et animer avec Claude Mesplède une rencontre avec lui, il n'a pas donné l'impression de sous-estimer les Parker. Ou plutôt, pas davantage que le reste de
son oeuvre puisqu'il s'était présenté comme un "simple raconteur d'histoires", espérant seulement qu'elles pouvaient divertir ses lecteurs. Modestie ou comme tu dis, mauvais jugement sur
l'importance de son oeuvre ?

Quand à Van de Wetering, après vérification la nouvelle date déjà de juillet, mais j'avais totalement oublié (l'annonce avait été faite sur 813). Sans doute parce que je n'ai jamais complètement
accrooché à ses bouquins.


Nina 16/10/2008 23:14

S'cusez-moi, ça n'a pas à voir avec ce post,
mais je fais passer l'info : le décès de van de Wetering
...dont j'avais vraiment bien aimé le travail ...

http://www.guardian.co.uk/books/2008/oct/14/netherlands

Jean-Marc Laherrère 16/10/2008 23:18


Décidément, c'est une véritable hécatombe.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact