Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 22:15

Je ne me souviens plus où j’ai lu le plus grand bien de Tabloid City de Pete Hamill. Si quelqu’un se reconnaît, qu’il en soit remercié.

Hamill

Minuit, en hiver à New York. Sam Briscoe, soixante-dix ans, est à son poste, à la rédaction du New York World, un des journaux mythiques de la ville. A ses côtés Helen Loomis qui depuis des décennies réécrit les faits divers dictés en trois mots par des reporters pressés, mais aussi Fonseca, jeune homme fier de sa carte de presse toute neuve et quelques autres. Dehors dans le froid, Malik Watson traine sa rage et veut faire payer les mécréants qui envoient des soldats dans les pays musulmans, alors qu’Ali, son père, flic, le cherche dans toute la ville. Cynthia Harding, elle, organise une soirée pour récolter des dons pour une bibliothèque. Sam ira peut-être la rejoindre plus tard. Ailleurs, un jeune loup, plus économiste que journaliste, programme la mort du New York World version papier … Autant de destins qui vont basculer en 24 heures.


Si j’en crois la préface, Pete Hamill est journaliste. Je veux bien le croire tant sa description du milieu, son chant d’amour au journalisme « à l’ancienne » sonne vrai, tant il est émouvant. Un monde souvent présent dans les plus grands romans et les plus grands films américains. Un monde, une fois de plus magnifiquement rendu.


Le roman est construit comme un puzzle, on passe, pendant vingt-quatre heures, d’un personnage à l’autre, d’une errance à l’autre. Le tableau se dessine peu à peu, l’intrigue apparaît, se noue et se dénoue, comme une image floue qui se précise petit à petit. Cela pourrait faire un peu exercice de style, ou artificiel, il n’en est rien tant l’auteur s’attache à tous les personnages, les fait vivre et exister en quelques lignes.


Un puzzle bien plus riche qu’il n’y parait au départ. Outre une histoire parfaitement menée, l’auteur dresse un superbe portrait de New York post 11 septembre, avec ses traumatismes, ses peurs mais aussi son envie de vivre. C’est également un roman sur la solitude, sur les petits matins gris après une nuit de travail, sur l’angoisse d’une fin de vie sans occupation, sans but et sans compagnon, et une réflexion sur un type de journalisme proche des gens, qui s’attache à raconter leurs histoires.


Un roman d’une tonalité mélancolique, douce-amère qui laisse des images, des personnages, des sensations, longtemps après avoir été refermé.


Pete Hamill / Tabloid city (Tabloid city, 2011), Balland (2012), traduit de l’américain par Daniel Roche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

blandenet thierry 08/08/2013 11:31


Oui, chez Stock, la Cosmopolite.  Bonne journée

Jean-Marc Laherrère 08/08/2013 14:02



Merci.



Blandenet thierry 07/08/2013 12:39


Blog toujours aussi curieux et diversifié, j'adore. Sinon, ai lu dernièrement Le Gardien Invisible de Dolores Redondo et malgré quelques passages techniques sur les techniques médico-légales,
c'est un très bon roman, lent, qui prend son temps et qui mêle habilement réalité et un zeste de surnaturel. Le récit se déroule près de Pampelune et je le conseille. En ce moment, je lis Le
diable Chuchotait de Miyabe Miyuki (chez Picquier of course) et je découvre en même temps le polar nippon. Très intéressant. Bien à vous.

Jean-Marc Laherrère 07/08/2013 15:23



Merci.


Je vais regarder si je trouve le temps de caser le Dolores Redondo (c'est chez Stock ?) et le Miyuki.



Serge 31 07/08/2013 01:43


Je ne connais pas celui-ci, mais Hamill a publié début des années 80 trois bons romans en Série Noire. Avec le même Briscoe, plus jeune de 30 bonnes années...

Jean-Marc Laherrère 07/08/2013 09:38



Je l'ignorais totalement.


Peut-être une idée pour folio / policier.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact