Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 23:35

Entre autres choses, l’AG de l’association 813 permet rencontrer du monde, et d’échanger potins zé informations.

Parmi ces informations éditoriales d’importance, celle-ci que je vous livre : Rivages travaille en ce moment même à la traduction du dernier monument du lui-même monumental Paco Ignacio Taibo II : PANCHO VILLA, Una biografía narrativa.

Tout lecteur de Taibo connaît, d’une part l’importance de Pancho Villa dans son œuvre et dans son imaginaire, d’autre part son incontournable biographie du Che. Et ne peut donc être qu’impatient.

Or il se trouve que j’ai, depuis presque deux ans maintenant, la version originale du monstre, près de 900 pages d’histoire et d’histoires, de photos et de notes, que je n’avais jamais eu le courage d’ouvrir. Et bien c’est fait, j’ai démarré, et je vais essayer d’aller au bout.

Pour les hispanophones je vais même faire mieux, je vais, au fur et à mesure, vous en dévoiler quelques extraits, histoire de vous mettre l’eau à la bouche, et de vous préparer à vous ruer dans votre librairie préférée le jour de la sortie de la traduction française.

« Esta es la historia de un hombre del que se dice que sus metodos de lucha fueron estudiados por Rommel (falso), Mao Tse Tung (falso) y el subcomandante Marcos (cierto) […]

Un hombre que cuenta con tres « autobiografías », pero ninguna de ellas fue escrita por su mano.

Un hombre que apenas sabía leer y escribir, pero cuando fue gobernador del estado de Chihuahua fundó en un mes mas de 50 escuelas. »

Voilà, un écrivain monumental s’attaque à une légende, à un des mythes du XX°, et dès le chapitre zéro fait naître chez le lecteur le moins au fait de l’histoire mexicaine des images qui appartiennent à l’imaginaire collectif : Pancho Villa et ses sombreros, ses trains blindés, l’état de Chihuahua, les charges à cheval …

A la fin de son introduction, Taibo avertit ainsi son lecteur qui chercherait un vision simple et rassurante de Pancho Villa (génie révolutionnaire pour les fans, monstre sanguinaire pour les détracteurs) : « Acercarse a Villa en busca a Robin Hood y encontrarse a John Silver suele ser peligroso. Mucho mejor narralo. […] Partamos del supuesto de que Pancho Villa no se merece une versión edulcorada de sí mismo, ni se la merece el que la escribe después de harberle dedicado cuatro aňos de su vida, y no se la merecen desde luego los lectores. »

A bientôt pour la suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article

commentaires

coltrane 11/01/2009 23:38

Peut-être que depuis le bouquin est paru...je suis justement en train de me demander si je vais lire la bio du che de PIT ou celle plus "sérieuse" peut-être de Pierre Kalfon...mais en fait je penche de plus en plus pour la première...

Jean-Marc Laherrère 12/01/2009 00:13


Non la traduction n'est pas encore parue? J'avance lentement dans le VO, c'est passionnant et très riche.
Je ne sais pas si la bio de Pierre Kalfon est plus sérieuse.
Taibo, quand il fait oeuvre d'historien, le fait avec un sérieux total, une précision maniaque du détail. L'avantage étant qu'il n'oublie pas pour autant la prose de l'écrivain. C'est, à mon avis,
plus agréable à lire, mais pas moins sérieux pour autant.


Pascale Parlant 27/10/2008 23:48

En lisant le seul titre de l'alerte du blog, je me suis aussitôt dis: mais que peut-il avoir à dire de plus que Paco Ignacio Taibo II ?
Ayant derechef cliqué sur le lien, je me calme et j'attends la suite, déjà impatiente d'en savoir plus.
J'en profite pour vous demander si vous avez des nouvelles de Jean-François Vilar et si vous savez s'il écrit encore.
Merci !

Jean-Marc Laherrère 28/10/2008 09:40


J'avance lentement, mais j'avance, et c'est un vrai bonheur.

Quand à Jean-François Vilar, non, je n'ai eu aucune nouvelles.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact