Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 20:46

Eté 1978. A Bologne Antonio Sarti, comme tout le monde, crève de chaud. De plus il se fait confier une mission qui l'ennuie au plus haut point : assurer la sécurité d'une exposition numismatique. Comble de malchance, dès le premier soir les trois plus belles pièces sont volées, et Sarti se retrouve à patrouiller dans le Pilastro, quartier ghetto de la ville. Un quartier pauvre, où les flics ne sont pas particulièrement bienenus. Sarti, râle, bougonne, mais se prend d'amitié pour Claudio, gamin de 12 ans particulièrement vif. Quelques temps plus tard, Claudio est retrouvé mort, tué d'une balle dans la tête. Avec son ami l'étudiant perpétuel et contestataire Rosas, Sarti n'aura plus de repos tant qu'il n'aura pas trouvé le meurtrier.

Ceux qui aiment Loriano Macchiavelli et Sarti vont adorer Derrière le paravent. Les autres détesteront. Parce que c'est là du Macchiavelli pur jus (pour autant que l'on puisse en juger en France où seulement trois titres ont été traduits). Sarti court dans Bologne à la recherche d'un café correct, râle, s'engueule copieusement avec son ami Rosas, qu'il ne supporte plus, mais dont il ne peut se passer, et supporte très difficilement l'imbécillité de son chef. Il se heurte à ses propres préjugés, ses incohérences, et fait semblant de s'indigner quand Rosas où un autre lui met le nez dedans. Et Macchiavelli est là, tout le temps, à expliquer que "son policier" n'en fait qu'à sa tête, mais qu’il l’aime bien quand même, et qu’il ne saurait plus quoi écrire s’il lui arrivait un malheur …

Du pur Machavelli donc, avec son humour, son style, et sa façon, subtile, de pointer du doigt les disfonctionnement de l'Italie de 78 sans en avoir l'air. Cela peut être un peu désarçonnant pour un lecteur français qui découvre la série 30 ans plus tard, alors que Sarti est depuis longtemps un héros en Italie, et même un personnage de série télé. Alors que Macchavelli est une référence pour tous les auteurs de polar italien que nous découvrons depuis quelques années. Alors surtout que les années 70, avec leurs valeurs, leurs luttes, et même leur quotidien semblent, par certains côtés, si lointains, alors que finalement, on en est si proche.

Mais même aujourd’hui, avec ses partis pris stylistiques, c'est fort, noir et parfumé comme les vrais cafés que Sarti aime tant. On aime ou pas, mais on ne peut que reconnaître l'originalité et le talent.

Jeanjean fait aussi partie des fans de Sarti Antonio.

Loriano Macchiavelli / Derrière le paravent (Passato, presente e chissà, 1978), Métailié/Noir (2008), traduit de l’italien par Laurent Lombard.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars italiens
commenter cet article

commentaires

cynic63 02/03/2009 10:29

Je vois qu'on partage plus ou moins le même avis sur ce livre. J'ai bien aimé même si, au début, on est surpris par ces voix de l'auteur qui interviennent presque systématiquement. Tradition italienne car déjà vu chez Buzatti (ou Calvino, j'ai la mémoire qui flanche)? On "respire" lors des scènes dans ce petit village de campagne, néanmoins

Jean-Marc Laherrère 02/03/2009 16:32


C'est vrai que ces scènes campagnardes permettent de s'aérer un peu ...


Marie 27/11/2008 22:57

D'ailleurs, à ce propos, il y a un problème avec l'ordre alphabétique !
("Index des auteurs de F à J" n'est pas à sa place)

Jean-Marc Laherrère 27/11/2008 23:37


Exact. Pourtant quand je publie mes pages il est dans le bon ordre ... C'est peut-être parce que j'ai modifié, récemment la partie F à J ... Mais je ne sais pas trop comment y remédier.


Marie 27/11/2008 22:36

Merci pour ta réponse !
D'ailleurs, depuis, j'ai trouvé l'index des auteurs ;)

Jean-Marc Laherrère 27/11/2008 22:39


De rien. Il faut aussi dire que j'ai remanié l'index des auteurs pour qu'il soit plus lisible.


Marie 25/11/2008 22:46

J'ai parcouru les romans policiers italiens dont tu parles, mais je n'en ai pas vu de Gilda Piersanti (hypothèse pour qu'elle soit classée avec les français - mais j'ai eu la flemme de faire toutes les pages). Bref, je viens de lire "Rouge abattoir" et j'ai été assez déçue (critique dans deux jours). Curieuse de connaître ton avis sur l'auteur !

Jean-Marc Laherrère 25/11/2008 23:10


Je n'ai pas d'avis, malheureusement, car c'est un auteur que je n'ai jamais lu. Un parmi tant d'autres ...


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact