Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 23:12

Je me suis un peu énervé ce matin dans ma voiture en écoutant Marin Karmitz justifier son virement de casaque, pour aller bâfrer à la soupe sarkosienne en acceptant d’être nommé délégué général du Conseil pour la création artistique présidée par … l’inévitable Président.

Je sais, ce n’est pas très grave, et ce n’en est qu’un de plus qui renie tout ce à quoi il disait croire pour un peu de pouvoir / strass / fric, barrez la mention inutile, s’il y en a. Ce n’est pas grave mais quand même.

Ce qui est agaçant c’est la justification de ce nouveau traître qui vient en queue d’une liste qui s’allonge, s’allonge ...

M Karmitz fait appel au bon sens commun et à la tolérance pour nous dire que, enfin voyons, marre de ces clivages stériles, toute action en faveur de la culture est bonne à prendre. Et bien non.

Notre Président, et son gouvernement cassent l’éducation nationale, la santé publique, la recherche publique, le droit du travail, la liberté d’expression … ont instauré un ministère de l’épuration et de la déportation, entre autres choses. En participant à ce Conseil, M Karmitz dit que ça ne le dérange pas de travailler avec ce président là. De deux choses l’une, soit M Karmitz est d’accord avec ce que fait ce gouvernement, soit il fait semblant de croire que l’on peut totalement séparer la culture de tout le reste. Dans le premier cas c’est un traître de plus qui est prêt à se vendre pour avoir accès à la gamelle, dans le second c’est un fieffé imbécile. Je ne sais pas pourquoi, la seconde hypothèse me semble peu vraisemblable. Dans tous les cas, il apporte une caution « de gauche » au pire gouvernement de droite que l’on n’ait jamais eu.

Mais il y a autre chose qui m’a encore plus agacé. Pour justifier son revirement, M Karmitz a cité ce qu’il présente comme un précédent : De Gaulle et son ministre de la culture, un certain Malraux, nommant Lean Vilar (un communiste) à un poste important, sans provoquer de polémiques.

Comme je persiste à croire que M Karmitz n’est pas un imbécile, je pense qu’il nous prend pour des cons. Parce qu’il sait très bien que sur bien des points, gaullistes et communistes étaient très proches. Outre qu’ils avaient combattus ensemble, ce qui n’est pas rien, ils avaient des valeurs communes au-delà de ce qui les séparaient. Des idées proches sur service public, sur la grandeur de la nation … Or M Sarkozy n’a aucune valeur commune avec la gauche, et de plus, a montré un mépris total pour la culture et plus généralement pour tout ce qui ne rapporte pas immédiatement des thunes ! Et tout cela M Karmitz le sait. Donc il nous prend pour des cons.

Je crois que finalement, c’est ça qui me gène le plus. Ca et la conclusion que ne manqueront pas d’en tirer certains, à savoir tous pourris, personne ne croit vraiment aux valeurs qu’il fait semblant de défendre, et tout n’est qu’opportunisme … Donc moi aussi je m’assied sur tout, et je ne mense qu’à ma pomme.

Résumons, M Karmitz est un traître qui n’assume même pas et nous prend pour des billes.

Promis juré, si le Président me propose de siéger dans une commission pour la promotion du roman noir en France je lui réponds de se la tailler en pointe ! J’en fais le serment, ici même.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article

commentaires

Herve 06/02/2009 19:33

Je ne suis pas bien sûr que de Gaulle aimait les communistes, il y a des moments où il a agi pour les contrôler, mais il y avait certainement du respect pour leur courage. Ce qui est pénible à note époque. c'est ce manque de courage absolu de certains, ceux qui ne disent plus non sur des questions de principe ou de valeur. L'affaire Kouchner va bien dans le même sens. J'espère naïvement que l'élection américaine va casser cette image détestable. Ca serait tout de même ironique que ça soit de ce pays que l'on vive un retour vers certaines valeurs fondamentales. N'oublions pas non plus que l'époque Mitterand n'a pas toujours été grandiose dans la confusion des genres. Allez continue à nous faire plaisir avec ton blog, le mieux reste de cultiver son jardin, comme disait l'autre!

Jean-Marc Laherrère 06/02/2009 21:38


Je n'ai pas dit qu'il les aimait, seulement qu'il y avait du respect et certaines valeurs communes. On a maintenant qu'il ne reste plus qu'une valeur partagée : le fric !

Quant à Koukouche, le dessin de Maester (voir trois billets plus haut) est magistral.


Auvray Alain 04/02/2009 21:54

bravo pour ce coup de gueule

Jean-Marc Laherrère 04/02/2009 22:40


Merci. Ca ne fait pas avancer les choses, mais ça soulage.


Vincent 04/02/2009 17:44

Haine des premiers (les gaullistes) contre les seconds (les communistes), qui se manifestait dans la volonté de les évincer de la scène politique.

Jean-Marc Laherrère 04/02/2009 22:47


Il me semblait pourtant que malgré des luttes sans pitié, il y avait, de part et d'autre, un certain respect. Mais il est vrai que je connais beaucoup moins de gaullistes que de communistes pour le
vérifier.


Vincent 04/02/2009 09:40

Les gaullistes et les communistes avaient des valeurs communes ? Il me semble bien que ce qui les rapprochait, c'était la haine viscérale qu'éprouvaient les premiers pour les seconds.

Jean-Marc Laherrère 04/02/2009 10:20


Haine viscérale ? Etrange pour des gens qui ont combattus ensemble, gouverné ensemble. Etrange quand on sait les liens que De Gaulle a inicié avec l'URSS.
Etrange à entendre pour moi qui ait eu des parents communistes que je n'ai jamais entendu vomir de Gaulle (comme ils vomissent sarko).
Etrange quand on sait que De Gaulle était considéré comme un des grands personnages français par les soviétiques ...
Alors des luttes, des divergences, des bagarres rudes, violentes mêmes, mais ni haine ni surtout mépris.


DEMANGE CLAUDE 04/02/2009 09:26

"Il" va a la soupe ok ,il nous reste donc a faire que sa gamelle soit moins pleine et a partir d'aujourd'hui lorsque je verrais le logo de karmitz je passerais mon chemin.C'est dommage de se priver de tres bons films mais n'oublions jamais que dans UNE VIE on ne peut tout voir tout lire et que le choix de ce que la CULTURE nous propose est immense et que sans dechoir on peut se passer de ce petit monsieur ;

Jean-Marc Laherrère 04/02/2009 10:13


C'est vrai, ça aidera à faire certains choix.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact