Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 19:16

Vous avez de l’argent, vous êtes à la retraite, vous en avez assez du froid du nord, vous voulez de la sécurité, du confort de la convivialité ? En un mot, vous voulez passer le restant de votre vie en vacances dans un cadre idyllique ? Une seule adresse, Les Conviviales.


Martial et Odette ont été les premiers convaincus. Au début ce fut un peu dur. Il pleuvait, les quarante neuf autres maisons étaient inoccupées, et le gardien M Flesh avait certes l’air efficace, mais il était aussi un peu … disons inquiétant. Heureusement, deux nouvelles maisons se garnissent coup sur coup.


Martial, tout sourire (éclatant) dehors, et Marlène à la silhouette si jeune ; et un peu plus tard Léa.


Et enfin, le soleil fait son apparition … Mais l'été il fait chaud, trop chaud, et puis 3 maisons occupées sur cinquante c'est peu, et la foyer qui devait être un lieu de vie est fermé … Alors peu à peu les sourires se changent en grimaces, les frictions apparaissent, et avec elles les rancœurs, les secrets … La chaleur aidant, un rien fait monter la trouille, et ça finit par péter.


Imparable. Insensiblement, sans que l’on puisse dire à quel moment cela se passe, la farce se fait grinçante. Sans que cela soit vraiment une surprise car, comme toujours chez Pascal Garnier, sous l’apparente normalité on discerne, en sourdine, une petite musique inquiétante qui agace les oreilles et empêche de sourire en toute tranquillité.


La progression est impeccable, le cadre, géographique et surtout humain, oscille en permanence entre risible et pathétique, et les personnages sont croqués de façon à la fois impitoyable, et pleine de tendresse. On sourit, mais on sourit jaune tant ces personnages sont proches de nous tout en ayant l’air de caricatures. On se moque de leur enfermement, des phobies qu’il occasionne, des douleurs qu’il fait remonter, mais on ne peut s’empêcher de se reconnaître tous un peu, ici ou là.


On les trouve à la fois ridicules, pathétique et touchants ces vieux, et quand le drame arrive, là où, bien entendu, on ne l’attendait pas, on le prend en pleine poire.


Une fois de plus, Pascal Garnier livre un concentré d’humanité, d’émotion, de noirceur que l’on lit vite, mais que l’on n’est pas près d’oublier.


Pascal Garnier, Lune captive dans un œil mort (Zulma, 2009).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Vincent 13/02/2009 22:03

Et bon voyage argentin, Jean-Marc. Tu emmènes un Giardinelli ? ;)

Jean-Marc Laherrère 15/02/2009 18:55


Merci. Et non, pas de Giardinelli, ni de Sampayo, ni d'Argemi ...


Vincent 13/02/2009 22:03

Un excellent roman, par celui qui, en trois livres, est devenu l'un de mes auteurs français en activité préférés (aux côtés de Jean Echenoz).
Moins cynique et noir que "La Théorie du panda", celui-là est néanmoins très très bon.

Jean-Marc Laherrère 15/02/2009 18:55


Je n'ai pas lu tout Garnier, mais tout ce que j'ai lu de lui est bon. Le plus noir que je connaisse reste à ce jour l'A26.


kathel 12/02/2009 08:44

Beau titre, belle couverture, beau billet : hop, dans la liste !
Et bon séjour sud-américain !

Jean-Marc Laherrère 12/02/2009 14:06


Merci


cynic63 11/02/2009 20:13

Tu as programmé tes notes de lecture??? Tu ne vas pas nous dire que tu les écris de ton été argentin quand même....En tous cas, ce Garnier, que je ne connais pas, m'a l'air lui aussi très digne d'intérêt

Jean-Marc Laherrère 12/02/2009 14:06


Si ! Mais il faut préciser un point, mon voyage argentin est plus familial que touristique. Donc entre les repas, cafés, apéros ... avec les belles-soeurs, beau-frères, cousins ... j'ai du temps
pour glander, bouquiner, et écrire les billets.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact