Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 23:41

Cela fait quelques temps que j’entends parler d’Abdel Hafed Benotman, que les copains me disent de le lire … Je l’ai même croisé brièvement lors de la dernière AG de l’association 813 … Mais voilà, il sort tant de livres, et de bons livres, que je l’avais raté. Oubli réparé grâce à la réédition en poche d’Eboueur sur échafaud. Il était temps. Je passais vraiment à côté d’un auteur remarquable.

 

Dans la famille Bounoura il y a : Benamar, le père, colosse analphabète qui se venge à la maison des humiliations qu’il subit tous les jours au dehors et cogne sur tous ceux qui contestent sa loi ; Nabila, la mère qui ne peut oublier l’Algérie, ne parle quasiment pas français, et sombre peu à peu dans une folie dont la violence s’exerce tour à tour sur ses enfants et sur elle-même ; Nourredine (dit Nono), l’aîné qui voudrait faire du théâtre ; Karima (dite Kim) et Nadia (dite Nadou), les deux filles qui, chacune de son côté, va trouver sa façon d’échapper à la tyrannie et à la violence du père ; et Faraht (dit Fafa, le narrateur), le petit dernier, battu, martyrisé à la maison, moqué au dehors, qui avec ses rares copains va se rebeller, se battre et plonger, peu à peu, dans la délinquance. Tout cela se passe à Paris, fin des années 60, début des années 70. D’après Benamar le tyran, Fafa n’a que deux avenirs possible : éboueur ou sur l’échafaud.

 

Etonnant. Alors que le fond de l’histoire (folie, maltraitance, brutalité sur un enfant, racisme, obscurantisme … et j’en passe) est sinistre, on arrive à sourire et à se laisser emporter par la beauté de la langue, et la vitalité du narrateur. Même si l’auteur ne laisse aucune illusion à son lecteur, c’est bien l’éducation d’un délinquant qui va passer de très nombreuses années en prison, avec la noirceur et la misère que cela implique, qui est ici décrite, on ne peut s’empêcher de … prendre du plaisir à la lecture.

Etonnant vraiment, car malgré la noirceur de l’ensemble c’est bien cela qu’il se passe, on prend du plaisir ! Avant d’être rattrapé par le fond, d’un noir profond. Miracle de la langue, du style … miracle de la littérature pour faire bref.

 

C’est aussi qu’il y a un côté Malaussène dans cette famille Bounoura. Des Malaussène où l’amour et la solidarité auraient été remplacés par la colère, la haine ou la folie. Mais par certains côtés, on retrouve la même chaleur, même si ici elle brûle au lieu de réchauffer. Et puis il y a de magnifiques pages sur l’amitié, la révolte, ou la complicité entre Fafa et Nadou. Il y a surtout une humanité, une énergie flamboyante, une envie de vivre qui emportent tout. Aucune froideur, aucune indifférence.

 

Les copains avaient raison (comme toujours), il fallait que je lise Abdel Hafed Benotman.

 

Abdel Hafed Benotman / Eboueur sur échafaud, Rivages Noir (2009).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Laurent 02/05/2009 12:00

Merci pour ce conseil de lecture. Empreinté à la bobliothèque. Vite lu et aimé. J'enquille sur un autre de ces livres "Marche de nuit sans lune".

Jean-Marc Laherrère 02/05/2009 13:50


De rien.


eireann yvon 29/04/2009 18:06

Bonjour.
J'ai beaucoup aimé "Les forcenés" recueil de nouvelles.
Yvon

Jean-Marc Laherrère 29/04/2009 22:33


A lire donc.


alain 23/04/2009 21:34

J'ai lu ses autres livres que j'ai beaucoup aimé et je l'ai rencontré à Lamballe. C'est quelqu'un de très sympa

Jean-Marc Laherrère 23/04/2009 22:02


Il faut donc absolument que je lise ses autres bouquins.


Judith Vernant 23/04/2009 10:46

Je suis dans Marche de nuit sans lune, du même Benotman (revu, après l'AG, à une signature puis à Lamballe, et décidément très, très sympathique). Ton article me donne envie d'embrayer sur celui que tu conseilles... Et d'aller manger dans son restau, aussi.

Jean-Marc Laherrère 23/04/2009 18:01


Pour le restau, malheureusement, il faut être parisien ...
Les bouquins, il va falloir que je rattrape mon retard.


Freude 23/04/2009 08:54

Un fond de malausssène, un style qui vaut le détour et comment fabriquer un délinquant en dix leçons, je note et je prendrais sur moi pour la noirceur !

Jean-Marc Laherrère 23/04/2009 09:10


Cela vaut la peine d'essayer, j'espère que vous ne serez pas déçue.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact