Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 23:26

Ca y est, je l’ai vu. Et j’ai beaucoup aimé. Pour tout un tas de raisons bien entendu. Dont un certain nombre sont très subjectives, et ne relèvent même pas vraiment de l’art cinématographique. En vrac …

 

Parce que j’y suis allé avec une très grande envie … de l’aimer. Parce que j’aime Tavernier, Burke et Robicheaux !

Parce que Tommy Lee Jones cadre parfaitement avec l’image que je me faisais de Dave Robicheaux. Parce qu’en plus, un fois de plus, il joue très bien. Il rend parfaitement le côté borderline du personnage de James Lee Burke, en apparence calme, voire imperturbable, mais qui doit se contrôler en permanence pour ne pas péter les plombs. Et dont les accès de violence sont d’autant plus imprévisibles et donc impressionnants. Un peu à la manière d’un Takeshi Kitano.

 

Parce que John Goodman incarne à la perfection le pourri. Cela fait déjà un moment que John Goodman excelle dans ce genre de rôle qui oscille entre le ridicule et l’effrayant. Il fait ça, très très bien.

 

Parce que tous les autres acteurs sont bons, et justes.

 

Parce que j’adore Buddy Guy, et que c’est un bonheur de le voir, d’entendre sa voix, et, cerise bien appréciable sur un beau gâteau, de l’entendre chanter.

 

En parlant de chant, parce que la bande son est superbe.

 

Parce que c’est très bien filmé. Je m’étais fait une idée des bayous que je n’ai jamais vus en lisant les romans de James Lee Burke. Je n’ai pas été déçu par les images comme c’est parfois le cas. Bien au contraire, je les ai trouvé somptueuses.

 

Parce que, contrairement à pas mal d’autres, j’ai aimé la voix off. Je l’ai aimé parce que Tommy Lee Jones a une voix extraordinaire, qui dit superbement le texte de James Lee Burke et rend sa poésie originale.

 

Parce que Bertrand Tavernier, de mon point de vue, a capté l’ambiance des Dave Robicheaux et l’a parfaitement transposée sur la pellicule. Sons, moiteur, paysages, poids étouffant du passé, folie latente de Robicheaux, racisme d’aujourd’hui si profondément ancré dans le racisme d’hier, arrogance des grandes familles … Tout y est, et y est bien.

 

Parce que Tavernier a su préserver la lenteur et la complexité du roman. Parce qu’il a su également rendre la touche de fantastique, et la rendre légèrement, laissant au lecteur (ou au spectateur), le choix de croire, ou non, à ce fantastique. Une touche qui fait la spécificité de ce roman dans la série.

 

Parce que j’aime James Lee Burke et que je l’ai retrouvé, et parce qu’il y a longtemps que j’avais lu ce roman là, assez longtemps pour en avoir oublié les péripéties. Ce qui m’a permis d’être à la fois en terrain connu, et pris par l’histoire.

 

Et sans doute pour plein d’autres raisons que je ne saurais exprimer …

 

Autour du film, il y a presque un mois Mauvais genres, sur France Culture a consacré deux émissions à James Lee Burke. J’ai déjà écouté la première. Passionnante.

 

Je feuillette, lis, parcours … depuis le début de l’année le magnifique bouquin de Bertrand Tavernier, Amis américains. Un vrai régal, textes comme illustrations. Si vous ne savez pas quoi vous faire offrir pour votre anniversaire, la fête des mères, des pères …

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Serge 31* 18/05/2009 23:20

Oui, Tavernier a frappé fort et juste avec Burke. Mais entre la Louisiane et la France n'est-ce elle pas une grande histoire d'amour?... On est loin du cinéaste pataud contournant Jim Thompson ("Coup de torchon", laborieuse adaptation de "1275 âmes", perclue de fausses bonnes idées: la transposition en Afrique, les plans séquences lourdingues, Eddy Mitchell en bénêt...). Là, je confirme qu'il donne envie de lire Burke à ceux qui ne le connaissent pas... "Shutter Island" déboule chez nous en septembre et je rêve que dans la foulée Scorsese s'attaque à "Un pays à l'aube"...

Jean-Marc Laherrère 19/05/2009 09:31


Bon, on est d'accord sur tout ... Sauf sur coup de torchon que j'avais beaucoup aimé il y a bien longtemps.
mais bon, dès qu'il y a Noiret et/ou Huppert dans un film je suis conquis. Alors les deux ...


cynic63 14/05/2009 21:07

Voilà un avis totalement opposé au mien mais tellement argumenté (pouvait-il en être autrement de ta part?) que je l'ai lu avec attention. Malheureusement, je persiste à penser que quand on a le talent de Tavernier, un scénario de cet acabit, un casting de rêve (ah Goodman chez les frères Coen dans the big lebowsky...), il y a de quoi être déçu par le résultat....

Jean-Marc Laherrère 14/05/2009 21:31


Allez, sans rancune.
Prochain monstre attendu, Scorcese, normalement, tourne Shutter Island.


natacha 13/05/2009 18:20

Je compte bien le voir en VO lors de mon prochain passage parisien, et de toute façon j'ai envie de revoir le film! Oui, les VF sont une plaie, mais quand un film passe à la fois en VF et en VO dans ma ville, la salle VO est quasiment vide. C'est sûr, ça n'encourage pas les exploitants de salles...

Jean-Marc Laherrère 13/05/2009 21:40


Faut déménager ! Il y a plein de petits cinés de banlieue qui passent des VO autour de Toulouse !


Cathe 13/05/2009 10:00

Tout à fait d'accord avec toi et pour les mêmes raisons !!

Et il faut absolument le voir en V.O. pour entendre les différents accents

Et j'aime beaucoup ta première image :-))

Jean-Marc Laherrère 13/05/2009 10:21


Ben je suis un fan de Buddy Guy, alors ...


Freude 13/05/2009 09:45

Tout le temps que tu veux ! Merci d'avance !

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact