Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 22:31

Ma culture britano-cinématographique ou cinématographico-britanique est pitoyable, et je n’en suis pas fier. C’est ainsi que je ne sais absolument rien de Mike Hodges qui est, si j’en crois la quatrième de couverture de Quand tout se fait la malle, un réalisateur reconnu, et même internationalement célèbre. Il semblerait que nous ayons là, entre les mains, son premier roman noir. S’il est aussi talentueux comme réalisateur que comme écrivain, il va falloir que je songe sérieusement à chercher ses films …

 

Mark Miles est un impresario minable. Magiciens ratés, ventriloques ou tentatives de battre le Guiness des cracheurs de noyaux de cerises sont son quotidien … Quand il réussit à obtenir l’organisation du séminaire du Docteur Temple, gourou sensé transformer en un week-end une bande de gogos en leaders invincibles, il pense avoir décroché le gros lot. Bien entendu, tout ce qu’il va gagner, c’est un paquet d’emmerdes qui mériterait, pour le coup, de le faire entrer lui, dans le Guiness …

 

Amateurs de bon goût, de situations léchées et de tasses de thé tenues, petit doigt en l’air par des ladies anglaises, ce roman n’est pas pour vous. Certes Mike Hodges est anglais. Mais il n’est ni gentleman, ni flegmatique. A ce titre, la quatrième de couverture (encore elle) parle de « farce grinçante cent pour cent british » ; je trouve pour ma part plus de ressemblances avec les polars déjantés de certains confrère américains comme Carl Hiaasen ou Mark Haskell Smith, sans aller quand même jusqu’à Tim Dorsey.

 

Ce détail réglé, le roman de Hodges, qu’il soit très british, ou complètement américano-déjanté, est de toute façon cent pour cent excellent.

 

Il ose tout, même le plus hénaurme, balance de tombereaux de fange sur ses pauvres personnages (et pas seulement au sens figuré) et vous entraîne dans un tourbillon fort drôle au début, puis de plus en plus sombre et sinistre. Parce que si l’on rit au début, sa plume acérée dénonce de façon tellement vraie la crédulité et la bassesse humaines, que peu à peu, le sourire tourne au rictus.

 

On commence par sourire des gesticulations de Mark Miles, personnage assez typé du polar, escroc minable, arnaqueur looser comme on les aime. Puis on se moque de la langue de bois du gourou docteur, de toute cette dialectique ridicule de « vainqueurs » qu’on nous a servi encore et encore. Mais quand le séminaire débute, on commence à la trouver saumâtre.

 

Le sourire disparaît, la nausée monte, et on est confronté au plus bas de l’instinct humain, ce qui le rend si lâche et si veule dès qu’il est en bande, et qu’on lui montre une proie, un faible. D’autant plus lâche et veule qu’il a été lui-même en position de victime, ou qu’il craint d’y passer. Et on trouve au récit, en apparence outrancier, d’étranges et dérangeantes résonances très actuelles.

 

Tout cela, sans perdre de vue l’humanité des personnages. Ce qui met d’autant plus mal à l’aise. A la fin, on ne rit plus du tout. Un auteur à découvrir, assurément, qui sait parfaitement jongler avec les émotions, et qui a parfaitement disséqué ce que notre époque a de plus … pitoyable. Sans jamais tomber dans le larmoyant, mais avec une force et une énergie étonnantes.

 

Mike Hodges / Quand tout se fait la malle, (Watching the weels come off, 2007) Rivages Noir (2009), traduit de l’anglais par Alexis G. Nolent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars grands bretons
commenter cet article

commentaires

Travis 02/06/2009 09:06

+1, Get Carter est terrible. Michael Caine est excellent (Mais c'est un pléonasme)

Jean-Marc Laherrère 02/06/2009 10:06


Get carter donc, devant cette unanimité.


holden 02/06/2009 09:04

pan dans la liste, j'avais failli craquer, je craque
je ne vous remercie pas :))

Jean-Marc Laherrère 02/06/2009 10:05


Désolé !


Éric 01/06/2009 17:22

Je me suis mal exprimé. La loi du milieu s'appelle, en anglais, Get Carter.

Éric 01/06/2009 02:20

Le premier, en anglais, s'appelle Get Carter, tiré du livre brillantissime de Ted Lewis. À voir en anglais de préférence. Un classique.

Jean-Marc Laherrère 01/06/2009 10:54


Encore un film à voir. Merci pour la référence.


Serge 31 30/05/2009 23:31

De Mike Hodges, à ne pas rater: "La loi du milieu" (1971) avec Michael Caine, et "Seule la mort peut m'arrêter / I'll sleep when I'm dead" (2003), avec Clive Owen et Charlotte Rampling. Deux très très grands films noirs. J'attendais la parution de ce livre sur lequel je vais me précipiter...

Jean-Marc Laherrère 31/05/2009 00:24


Maintenant je sais quels films chercher. Merci.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact