Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 20:45

Si vous êtes ici, c’est que vous vous intéressez au polar. Et donc, vous en avez forcément entendu parler. De quoi ? Du numéro de LIRE qui annonce un Spécial Polar. Il fallait bien que je le lise …

Est-ce que ça vaut la peine que vous l’achetiez (si ce n’est déjà fait) ? Non.

Le fameux dossier contient trois parties :

  • Le polar scandinave.
  • Une supposée nouvelle tendance du polar français : le polar nihiliste.
  • Une liste des dix meilleurs polars de l’année.

Première critique de fond : l’amateur de polar sait bien qu’on écrit des polars aussi aux US, en Irlande, en Italie, en Espagne, au Mexique, en Afrique du Sud … Et il comprend bien qu’à moins de réécrire le dictionnaire de tonton Claude, on ne peut pas parler de tout. Mais il n’aurait pas été mal d’avoir une petite introduction qui explicite les limites de l’exercice. Parce que lecteur de polars occasionnel pourrait croire qu’en dehors de 3 auteurs français, et d’une vague de froid, il n’y a rien de nouveau dans le monde du polar …

Sur la partie polar scandinave, rien à dire, elle est impeccable. Ceux qui viendraient là attirés par le succès de Millenium apprendront que les précurseurs étaient marxistes et s’appelaient Maj Sjöwall et Per Wahlöö, créateurs de Martin Beck. Ils verront, sans doute pour la première fois, les noms de grands auteurs assez peu connus comme Gunnar Staalesen ou Yrjänä Joensuu auprès des célébrissimes Henning Mankell et Arnaldur Indridason. Rien à dire, du beau boulot.

C’est avec la partie française que ça se gâte. On y apprend qu’il existe un Nouveau Polar Nihiliste (NPN ?) ! Antoine Chainas, DOA et … Jérôme Leroy ! En fait, il semblerait que l’auteur de l’article ait eu une grosse envie de l’appeler Nouveau Polar de Droite (NPD ?), par opposition bien entendu avec la génération des Pouy, Daeninckx, Jonquet etc … Mais il s’est visiblement heurté au refus des auteurs de répondre affirmativement à des questions orientées qui visaient à leur faire dire qu’ils se sentaient à droite.

Exit la droite, les voilà nihilistes ! Déjà pour Chainas et DOA ça se discute. Mais Jérôme Leroy ??? Je rigole. Plus marxiste ya pas. Il envoie même le Poulpe sauver Marx ! La moitié de ses personnages sont communistes, ou anciens communistes. Dans tous ses romans il y a, en plus d’une belle matière romanesque bien sûr, une critique marxiste du système ! Et ce n’est pas un reproche (les habitués de ce blog s’en doutent), mais juste une constatation.

Exit le Nouveau Polar Nihiliste donc.

Et si on veut juste parler d’une nouvelle génération, comment évacuer Caryl Férey en une phrase ? Qu’est-ce qu’il lui a fait au journaliste ? Il lui a dit qu’il était de gauche ? Il n’a pas des personnages assez déjantés, désenchantés, cyniques et autodestructeurs pour être classé nihiliste ? Incompréhensible.

Ou plutôt si, très compréhensible. Le journaliste est parti avec une idée très personnelle, une accroche, une idée « marketing » et a ensuite tordu la réalité pour la faire rentrer dans son schéma, au risque d’écrire de grosses bêtises. Sur la façon de tordre la réalité, allez voir ce qu’en dit DOA sur son blog où il cite l’interview complet, que ceux qui ont LIRE entre les mains pourront comparer avec ce qui est gardé dans l’article (je sais, je vous ai dit que ce n’était pas la peine de l’acheter, mais j’ai le droit, moi aussi, d’être incohérent).

Et franchement, est-il si intéressant de savoir si un polar est de droite ou de gauche ? La question a-t-elle un sens ? Plonger le nez du lecteur dans les dérives des services secrets français et dans les mécanismes du terrorisme islamiste et dans la naïveté parfois navrante de journalistes bien pensants, c’est de gauche ou de droite ? Mettre en scène un flic pourri jusqu’à l’os, pathologiquement misanthrope qui hait autant les syndicalistes que les profiteurs, les flics que les voyous, les pervers que les moralisateurs, c’est de gauche ou de droite ? Ou est-ce seulement la matière même de cette littérature que nous n’aimons jamais autant que lorsqu’elle expose, avec talent, les disfonctionnements de la société et de l’homme. Et ça, c’est de gauche ou de droite ?

Au final, on apprend très peu de choses sur ce qui pousse ces auteurs à écrire, sur ce qui les intéresse, sur leur univers … Le journaliste a surtout l’air de vouloir leur faire dire que NON ILS N’AIMENT PAS LA GENERATION POUY / DAENINCKX ! Franchement, je m’en fous de ce qu’ils n’aiment pas, ce qui m’intéresse c’est pourquoi nous, lecteurs, nous pouvons aimer ce qu’ils écrivent. Mais ça a dû paraître beaucoup moins vendeur que de réussir à écrire que pour eux Pouy est sur le déclin, ou Vargas rassurante. Une bonne polémique man, c’est ça qui est bon, c’est ça qui fait vendre.

C’est Gérard Meudal du Monde que j’ai entendu, dans un débat, énoncer cette vérité aveuglante : Le Monde ne le paie pas pour améliorer les ventes des livres mais améliorer celles … du Monde. La différence, c’est qu’en plus, Gérard Meudal donne envie de lire des livres. Ici le seul intérêt du papier est qu’il parle de Chainas et les autres. Mais je ne suis même pas sûr qu’il donne envie de les lire !

Finissons avec les 10 polars de l’année. Je ne m’appesantirai pas, ce genre de choix est forcément subjectif, et donc forcément discutable. Mais quand même, n’y faire figurer ni Dennis Lehane ni James Lee Burke ! Ensuite, un argentin (Carlos Salem, je suis plutôt d’accord) et que des français, anglais et américains. Exit Deon Meyer, pas d’irlandais (et pourtant entre Hamilton, Bruen et Millar, pour ne citer que les sorties les plus récentes), pas d’italien (ni Carofiglio, ni l’incontournable Camilleri, là aussi pour les derniers édités) etc …

Voilà pourquoi, si vous aviez l’intention d’acheter LIRE uniquement pour le dossier polar, vous pouvez vous abstenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article

commentaires

Laure 20/07/2009 14:48

En revanche, le "hors-série" du magazine littéraire sur le même sujet .... le polar, donc, est bien foutu. Du moins il me semble. J'ai particulièrement aimé l'interview de Fred Vargas, et puis l'article "Plaidoyer pour le polar" brillamment écrit par Somerset Maugham.... Et puis j'ai été bien contente de voir que dans leur sélection des "32 romans noirs de l'été" figure le "Robe de marié" de Pierre Lemaître

Jean-Marc Laherrère 26/07/2009 01:16


Entièrement d'accord, je sui plongé dans le magazine littéraire (entre deux romans), il est très bien fait.


Pierre 16/07/2009 20:42

Je suis en train de lire Caryl Férey (Les Causes du Larzac, en plus !) et je ne me suis pas rasé depuis trois jours... Je vais envoyer un mail au journaliste de Lire pour savoir si je suis de gauche.

Il faudra un jour que nos chroniqueurs littéraires comprennent que le lecteur ne lit pas des romans selon ses penchants idéologiques (quand ceux-ci peuvent être définis et affirmés...) mais selon une logique qui fait sans doute intervenir l'humeur du moment, l'intérêt à l'instant i pour un sujet supposé original, ainsi que l'âge du capitaine. Parfois même le hasard !

D'où la difficulté pour certains journalistes, éduqués au biberon du marketing H1N1 (Hautement Nuisible), de classifier aussi bien les auteurs que leurs lecteurs. Ce serait tellement plus facile de les catégoriser afin de les enfourner avec des produits culturels préformatés.

La culture a finalement du mal avec le marketing. Mais ça pourrait faire l'intrigue d'un polar...

Jean-Marc Laherrère 26/07/2009 01:15


La culture a du mal avec le marketing ... Ce qui est finalement plutôt rassurant.


Brize 19/06/2009 10:24

Ton article va m'éviter une dépense inutile (vacances + spécial Polars = pour une fois, j'aurais acheté le magazine !), parce que, s'ils ne parlent même pas de Hugo Hamilton, où va-t-on ?!!!

Jean-Marc Laherrère 19/06/2009 10:29


Pour une fois, je fais économiser des sous à quelqu'un !


cynic63 18/06/2009 22:07

On est donc d'accord sur ce dernier point.
Pour la revue XXI, je t'envoie le lien:http://www.leblogde21.com/...
Rien à lire de Raynal en ligne mais c'est dans le numéro 4 (version papier...). A mon avis, ça vaut le coup d'oeil et surtout, Raynal essaie de construire une véritable analyse (pouvait-on en espérer moins de sa part, d'ailleurs???°

Jean-Marc Laherrère 18/06/2009 22:53


Merci, j'irai au moins faire un tour sur le site.


cynic63 18/06/2009 19:02

C'est quoi ce truc de dire \"spécial\" machin ou truc et de n'y consacrer que quelques pages? Bien sûr que, trop souvent, la presse \"installée\" est à la recherche du buzz qui fait vendre (et puis, la querelle anciens contre nouveaux, c'est vieux comme le monde). Au lieu de parler de l'originalité de DOA, Chainas, Leroy, Férey, on entre, en forçant le trait comme tu dis, l'ensemble dans la même catégorie ou on n'en parle pas quand ça ne cadre pas.
Par contre, je ne suis pas certain que de vouloir faire une lecture idéologique du polar soit si vain ou inutile. Au contraire même...mais bon, j'ai l'impression d'être le seul à penser ça (et pourtant j'ADORE \"le voyage au bout de la nuit\" aussi). Par contre, se contenter de ce type de lecture, ça me paraît réducteur.
Quant au polar nordique, il y a un dossier en ligne sur Lire depuis quand même pas mal de temps. Ils se mettent au recyclage ou quoi????
Dernier truc (je squatte un peu là....): on peut faire un dossier sur le même polar nordique. Encore aujourd'hui. Patrick Raynal l'a fait dans la revue XXI et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est loin d'être inintéressant, y compris pour quelqu'un qui s'y connaît un peu, voire même plus. J'aimerais bien ton sentiment sur ce point Jean-Marc.
A plus

Jean-Marc Laherrère 18/06/2009 21:44


Salut,

Je ne connais pas la revue XXI on la trouve où ?
Et je n'ai rien contre faire une lecture idéologique des polars, bien au contraire. Mais pour ça il faut être près à dire des choses un peu plus complexes que : voilà le polar nihiliste !


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact