Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 17:51

Je continue les lectures retardataires, avec ce petit ouvrage dont tout le monde a déjà dit le plus grand bien. Je pourrais certes m’abstenir d’en rajouter un couche, pas forcément utile, mais sait-on jamais, il y a peut-être un ou deux de mes nombreux fans qui n’en a pas encore entendu parler. Voici donc Tribulations d’un précaire, de Iain Levison.

 

Iain Levison vit aux US. Il a une licence en lettres. Qui ne lui sert strictement à rien. Et il cherche du boulot. Il en trouve toujours, mais jamais pour longtemps, car comme il le dit lui-même : "Au cours des dix dernières années, j'ai eu quarante-deux emplois dans six états différents. J'en ai laissé tomber trente, on m'a viré de neuf, quand aux trois autres, ça a été un peu confus." Ses Tribulations d’un précaire offrent un bref aperçu de ces quarante-deux emplois.

 

Voici donc un petit bouquin, apparemment anecdotique, puisqu'il ne raconte que les déambulations d’un sans nom, d’un sans grade, d’un de ces milliers de gens, pas vraiment misérables, sans destin extraordinaire, juste un nouveau prolétaire qui essaie de s’en sortir. Rien de bien romanesque a priori.

 

Ben si. Premièrement parce qu'il est très bien écrit, avec un humour formidable, et se lit, ou mieux, se déguste avec un immense plaisir. Ensuite parce que Iain Levison ne se contente pas de raconter de façon très drôle ses pérégrinations (ce qui, insistons, suffirait à en faire un bon bouquin tant il écrit bien). Non, l’animal est affuté, lucide, et analyse parfaitement le nouveau monde du travail, ses rapports de force, sa précarisation. Sa description de la survie des nouveaux prolétaires américains est bien entendu, à peu de choses près, transposable en Europe. Il nous montre tout un monde qui, sans être dans la misère totale, ne peut que survivre, sans faire aucun projet, sans prendre le temps de vivre, si ce n'est lors de pauses volées furtivement à la faveur d'une panne.

 

Il décrit aussi avec une justesse sans pitié les truandés du grand mensonge du « travailler plus pour gagner plus » cher à notre petit président. Les battants, les entreprenants, qui ne se rendent pas compte que, juste pour gagner un peu plus que le minimum vital, juste pour se sentir supérieurs aux pauvres précaires, acceptent un travail qui les détruit totalement, pour un taux horaire ridicule, mais avec le mirage d’être libres, quand ils ne se sont qu’aliénés.

 

Et dire qu’on entend ici et là que la lutte des classes est terminée ! A tous ceux qui le pensent, je conseille la lecture de ce petit roman témoignage implacable et horriblement drôle.

 

Iain Levison / Tribulations d'un précaire, (A working stiff's manifesto, 2002) Liana Levi/Piccolo (2007), traduit de l’anglais par Fanchita Gonzalez Battle.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Frédéric Delalot 08/08/2009 00:08

Parfaitement raison.

Frédéric Delalot 05/08/2009 20:25

C'est vrai, ce livre est authentique. De récit en micro-récits, il met l'accent sur le sort étrange réservé à toute une génération.

Jean-Marc Laherrère 07/08/2009 09:56


Son petit plus (à mon avis), c'est qu'en plus de passer par des micro récits, il démonte la cohérence de l'ensemble dans un système global.


Jérôme Leroy 05/08/2009 17:35

Si tu savais, Jean-marc, dans le genre retard impardonnable, j'ai lu seulement pour la premiere fois un Christopher Moore il y a quinze jours (Le lézard lubrique de Melancholy Clove) Il m'attendait depuis des années et j'en ai quatre ou cinq en réserve à la maison auxquels je n'ai jamais touché. Quand je pense au nombre de choses inintéressantes que j'ai lues pendant ce temps alors que de tels trésors étaient sous mes yeux...

Jean-Marc Laherrère 05/08/2009 18:49


Ah Christopher Moore ! Si dans ceux que tu as en réserve il y a un blues de coyote, précipites toi.
C'est absolument radical contre toute forme de mélancolie ou de déprime.
D'après ce que j'ai appris de l'auteur, il est passé par des moments pas franchement drôles, et il est passablement allumé.


Nicolas 03/08/2009 09:46

Je vous recommande UN PETIT BOULOT.

Jean-Marc Laherrère 03/08/2009 09:49


Je note.


holden 03/08/2009 08:45

hello

j'avais adoré son premier et celui est toujours das ma pile de prévision d'achat
c'est une valeur sure
amitiés

Jean-Marc Laherrère 03/08/2009 09:49


C'est lequel le premier ?


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact