Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 08:21

Le suisse Colin Thibert (oui, même si ses polars se déroulent en France, il est suisse) revient avec un nouveau roman tout aussi extravagant que les précédents. Cahin chaos mettait en scène une fille très très moche, l’héroïne du Festin d’Alice est une véritable bombe, mais sa vie n’en est pas facilitée pour autant. Il faut dire qu’en général les personnages de Colin Thibert n’ont pas la vie facile …

Alice Delain est une véritable beauté. Elle mériterait d’être habillée par les plus grands couturiers et de manger dans les restaurants les plus fins. Elle en est persuadée. Malheureusement Alice est fonctionnaire de police à la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes), avec un salaire qui ne permet pas vraiment de telles extravagances. C’est lors d’une perquisition dans un appartement ravioli (sorte de cagibi puant où une armée de chinois exploités cuisinent pour les restaurants de Paris) que sa vie va changer. Dans un congélateur elle trouve un magot (modeste), mais surtout un carnet noir, plein de choses écrites en chinois. Sa rencontre avec Jean-Luc, ancien chercheur toujours fauché, aujourd’hui traducteur de chinois pour la police va lui ouvrir des horizons insoupçonnés, mais également la mettre en contact avec des gens beaucoup plus dangereux que dans ses pires cauchemars.

Du Colin Thibert 100 %. Des personnages partout, une intrigue des plus échevelées, des situations qui devraient faire pleurer mais qui finissent par faire rire parce que c’est comme ça qu’il écrit. La scène d’ouverture, avec la découverte de l’appartement où quelques chinois exploités par une véritable sorcière cuisinent dans des conditions d’hygiène dantesques vaut à elle seule son pesant de cacahouètes.

Et puis, mine de rien, derrière la farce, une charge bien grinçante qui n’épargne personne (flics racistes, intellos à morale variable, ados glandeurs, français plus que moyens ou exploiteurs chinois, il y en a pour tous) contre notre belle société qui ne sait se jauger qu’à l’aune de la consommation. Et en prime un belle collection de clichés et de conneries racistes, d’un racisme bien ordinaire, comme on en croise tous les jours. (Même chez nos ministres parait-il … Mais là n’est pas le sujet.)

Certains peuvent reprocher à Colin Thibert d’en faire trop, de trop en mettre, de ne pas resserrer, de trop laisser la bride à son imagination qui est plus que féconde. A contrario, difficile de lui reprocher de manquer d’idées, de souffle ou de générosité ! C’est ensuite question de goût, moi j’aime bien sa cuisine, mais il faut dire que je préfère les festins que les menus régime.

Colin Thibert / Le festin d’Alice, Fayard/Noir (2009).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

alain 13/09/2009 18:53

Je l'ai de coté. Tu me donnes envie de changer l'ordre de la pile..

Jean-Marc Laherrère 14/09/2009 14:00


Bon appétit !


M agali 12/09/2009 10:14

Là, tu me mets franchement en appétit, Jean-Marc! J'en prendrais bien une lichette de ce Colin Thibert...

Jean-Marc Laherrère 12/09/2009 12:37


Ben le Thibert se consomme plutôt à la louche qu'à la lichette, mais tu peux essayer quand même.


bs 12/09/2009 10:13

Perso, j'adore Colin Thibert. C'est vraiment très très agréable à lire. J'en ai fait un conseil du libraire et du coup je l'ai même interviewé http://www.bibliosurf.com/Interview-de-Colin-Thibert
Attention. Ce livre ne sort que le 23 septembre.

Jean-Marc Laherrère 12/09/2009 12:36


Exact, il faudra un tout petit peu de patience.
Et l'interview est à l'image du bouquin ...


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact