Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:49

J’avais été un peu déçu par Hiver arctique, je retrouve avec plaisir l’Erlendur que j’aime dans cette Hypothermie.

indridasonC’est l’automne à Reykjavik. Maria s’est pendue dans son chalet d’été, au bord d’un lac. Son amie Karen, qui devait venir se mettre au vert pour le week-end, a découvert son corps. Maria était une femme discrète, souvent déprimée, qui avait du mal à se remettre de la mort de sa mère survenue deux ans auparavant. Son mari est effondré, il lui semblait que depuis quelques temps elle commençait à aller mieux. Affaire classée. Sauf pour Karen qui ne croit pas au suicide. Elle contacte le commissaire Erlendur et lui confie une cassette où Maria a enregistré son entretien avec un médium. Erlendur qui n’a pas grand-chose sur le feu accepte de creuser un peu …

Finalement c’est comme ça que je préfère Indridason et Erlendur. Quand ils enquêtent sur l’intime, sur les failles imperceptibles, sur le malheur « ordinaire ». Comme dans la voix, et surtout dans mon préféré de la série, La femme en vert.


Certes ce n’est pas trépidant. Erlendur n’est pas un super flic qui tire comme le grand Clint, distribue les coups de tatane et démantèle à lui tout seul des réseaux internationaux de drogue (il ne résout pas non plus le théorème de Fermat, plouf plouf). Il ne « gagne » même pas à tous les coups. Non, il se déplace, parle, écoute beaucoup, rumine, observe …


Il se débat avec ses propres problèmes (avec ses enfants, avec la disparition toujours douloureuse de son frère). A ce sujet, je trouve ce dernier roman mieux réussi que le précédent. On en apprend un peu plus sur les obsessions d’Erlendur, ses relations avec sa fille évoluent.


Et surtout, surtout, il fait preuve d’empathie. Il vit plutôt seul mais il aime les gens. Il n’aime pas les foules, les fêtes, les rassemblements … Mais il comprend la douleur d’un vieillard aux portes de la mort qui n’a jamais su ce qu’il est advenu de son fils disparu subitement. Et son auteur nous fait pleinement ressentir tout ça.

Hypothermie est un roman en harmonie avec la saison durant laquelle il se déroule, l’automne. Un bien beau roman pastel et mélancolique.

Arnaldur Indridason / Hypothermie  (Arðskafi, 2007), Métailié (2010), Traduit de l’islandais par Eric Boury.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars scandinaves
commenter cet article

commentaires

meyer meyer 03/10/2010 12:09



C'est chez Stock collection Cosmopolite. C'est une auteure finlandaise d'origine estoniene par un de ses 2 parents. L'histoire se déroule en estonie entre 1936 et 1992. Ca commence en 1992 et
s'est plein de flash backdurant l'occupation allemande et l'annexion à l'Union soviétique. Elle est le 1er ecrivain non francophone à recevoir le prix du roman Fnac.


Bon dimanche.



Jean-Marc Laherrère 03/10/2010 17:20



Bon, il va falloir que je regarde cette auteure ... Merci.



meyer meyer 03/10/2010 00:29



15 jours de vacances m'ont permis en plus du Bialot, de lire entre autre autrele denier opus des enquêtes de notre ami Erlandur. C'est un bon millésime même si ce n'est pas le meilleur à mon
gout. Je partage les commentaires qui placent la femme en vert ou la cité des jarres au dessus.


 


Ce que j'apprécie chez Indradasson, c'est que c'est un auteur qui prend le temps. Comment imaginer par exemple un flic américain qui prendrai autant de temps pour enquêter à la fois sur un
suicide et sur des disparitions classées depuisplus de 20 ans . Eh bien Arnaldur le fait. Là où Ellroy compactel'action et les informations (ex Underworld Usa), Indradasson prend le chemindes
écoliers.


C'est vraiment un auteur qui me déçoit rarement (hormis dans "la voix") Je serais m^me moins sévère que la plupart des commentairs sur Hivers arctiques.


 


Autre chiose qui n'a pas grand chose à voir mais quand même (le lien c'est que je l'ai lu pendant mes 15 jours de vacances bretonnes) : je signale un bouquin très original et intéressant : "la
purge" de Sofi Oksanen. je suis preneur de commentaires notamment sur la dernière partie du livre.


Bon,ce n'est pas tout Denis Lehane et mon lit m'attendent.


Bon dmanche à tous



Jean-Marc Laherrère 03/10/2010 11:57



Je pense que si Indridasson et Erlendur prennent leur temps, c'est que les flics islandais sont moins débordés que les flics américains ! Et pour avoir rencontré Thorarinsson, le flegme n'est pas
que britanique !!


Sinon, je ne connais pas Oksanen, c'est chez Gaia ?



mazel 27/06/2010 16:29



décue également par hiver arctique,


en cours de lecture de celui-ci


bonne journée, bonne lecture,



Jean-Marc Laherrère 27/06/2010 23:14



Dure journée, avec un anniversaire de gamins, donc peu de lecture.


Je me rattraperai demain.



bouky56 03/06/2010 23:41



Merci JM de m'avoir fait découvert cet islandais attachant au cours de  ma première visite sur ce blog. Je "sortais" des larsson et des lackberg et j'étais à la recherche d'autre chose venue
du nord, quelque chose de différent et  je l'ai trouvé avec l'Islande et Erlendur et cie.  J'ai enchainé les six et pour moi mon préféré et le  plus marquant reste la femme en vert
avec sa tension dans cette cellule familiale. Mon coté amateur d' historique a eu un gros faible pour l'homme du lac et j'ai avalé hypothermie après avoir caller sur hiver arctique. Une reflexion
: j'ai l'impression qu'il n'y qu'Eric Boury qui traduit L'islandais (cf Mani) ? Une info la dessus? En tout cas bravo au traducteur



Jean-Marc Laherrère 04/06/2010 00:02



Même préférence pour moi : La femme en vert numéro 1 et Hiver arctique un peu au-dessous du lot.


Pour Eric Boury, effectivement, on dirait qu'il n'y a que lui qui traduit de l'islandais, au moins pour les polars. C'est aussi lui qui traduit Thorarinsson !


Pour quelque chose de très différent venu du nord, je conseillerais bien Jo Nesbo, à lire dans l'ordre, au moins à partir du n° 3 à savoir Rouge Gorge.



Ingannmic 09/02/2010 12:34


Mon préféré est aussi "La femme en vert", que je recommande à tout va...
Je me suis arrêtée (pour l'instant) à "La voix", mais j'ai bien l'intention de combler ce retard...


Jean-Marc Laherrère 09/02/2010 15:03


l'homme du lac est différent, et assez surprenant.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact