Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 21:31

J’ai raté Les ombres du passé de Thomas Cook à sa sortie, mais grâce au travail de réédition de folio policier, j’ai pu me rattraper. Je ne le regrette pas.

A dix-huit ans Roy a quitté la petite ville perdue où il a grandi. Il n’y est jamais retourné et a mené pendant Cook ombresvingt ans une vie solitaire de professeur de lettre dans le nord de la Californie. Il revient maintenant veiller sur les derniers jours de son père atteint d’un cancer. Un père rude, qui ne l’a jamais aimé. Ce retour réveille ce qu’il a fui et tenté d’oublier : le suicide de son frère coupable d’un double meurtre, l’oppression d’une petite ville, son amour pour Lila, terminé net le jour de la mort de son frère … Et ce père qui semble toujours lui reprocher quelque chose. Tout cela va remonter à la surface, et certaines questions restées sans réponse vont se trouver ouvertes de nouveau.

Quel beau roman ! Apre, rude, rugueux comme Chris Offut ou du Larry Brown. On y retrouve la même Amérique rurale, coupée de tout, repliée sur elle-même, où la raison du plus fort n’est contrebalancée par rien. On y retrouve ces personnages durs comme le granit, incapable d’exprimer la moindre émotion.

Mais c’est loin d’être monolithique. Car c’est en même temps, comme Les feuilles mortes, extrêmement fin dans l’analyse des personnages, de leurs sentiments, de leurs relations complexes. Et plus particulièrement dans les relations familiales. Entre un père et son fils, entre les deux frères, si différents l’un de l’autre. C’est un roman sur les non-dits, les malentendus qui naissent de ce que la pudeur empêche d’exprimer.

C’est aussi l’histoire d’une vengeance. Celle d’un petit, d’un qui n’avait droit à rien, mais qui n’a jamais accepté de courber la tête, malgré les pressions.

L’intrigue est superbement construite, ne surgissant que peu à peu, à petites touches. Cela commence comme la chronique d’une rencontre entre un père et un fils qui ne se sont jamais compris, et cela devient, insensiblement, la description d’une zone isolée sous la coupe d’un homme brutal et sans scrupule.

Et là encore, Cook construit son histoire de main de maître, laissant persister jusqu’à la toute fin des zones d’ombre, nous menant par le bout du nez, là où il veut, comme il veut … Un vrai grand roman, noir, prenant et très émouvant.

Thomas H. Cook  / Les ombres du passé  (Into the web, 2004), Folio/Policier (2009), Traduit de l’américain par Laetitia Devaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

cynic63 28/04/2010 21:09


J'ai fini par le lire et en parler. Je l'ai trouvé très bien, très fin dans les analyses de personnages. Ceci dit, il y a des choses qui s'agencent sacrément bien (ne serait-ce que la découverte du
cadavre au début juste le jour de la visite de Roy chez Lonnie...).Beau roman sur la quête d'identité où le héros est à la fois détaché, comme un spectateur, mais terriblement marqué par son passé,
ne serait-ce que parce que tout a un goût de tellement familier pour lui. Bien mieux, pour moi, que les Liens du sang


Jean-Marc Laherrère 28/04/2010 22:00



Je n'ai pas lu les liens du sang, mais toutes les critiques que j'ai vu le décrivent comme moins réussi.


J'ai par contre beaucoup aimé Les rues de feu (totalement différent, très politique) et Les feuilles mortes, plus intimiste.



Claude Le Nocher 18/01/2010 20:44


Il est assez normal que le fils soit "détaché" par rapport à certaines révélations de l'affaire pour deux raisons : 1/ il a été témoin d'une partie de la soirée meurtrière (jusqu'au bout ?
improbable ou ça reste incertain) 2/ il dit et répète que sa vie n'est plus ici ; les faits passés ne riment donc pas avec une sorte de "devoir de mémoire", mais s'expliquent (vous l'avez dit tous
deux) dans sa relation avec son père et ses principes. Ce qui explique cette fluidité admise par Jean-Marc (et par moi aussi). Bonne tradition du roman noir, donc, mais je ne connais pas les autres
titres de l'auteur (y a tant de Cook dans le polar !)
Amitiés.


Jean-Marc Laherrère 18/01/2010 23:30


C'est vrai qu'il y a pas mal de Cook, dont quand même un exceptionnel, l'anglais bien entendu, l'incontournable Robin Cook, père de Dora Suarez.


Emmanuel 14/01/2010 10:53


J'avoue avoir été déçu par celui-ci, non pas par tout ce que tu évoques qui est très juste, surtout sur les relations père/ fils, mais j'avais trouvé ques les événements s'imbriquaient trop bien
les uns à la suite des autres et que les personnages n'étaient à certains moments nullements surpris des révélations ou des connaissances de leur vis-à-vis à certains moments de l'histoire. ça
m'avait surpris... Pour ce qui est du dernier, j'ai été emballé par le style, par l'histoire aussi, par la manière de Cook de nous faire buter contre des murs, nous faire passer d'une certitude à
l'autre. La fin, par contre m'a un peu déçu au regard de l'ensemble du livre. Mais dans la foulée, je me suis quand même pris les Feuilles mortes.


Jean-Marc Laherrère 14/01/2010 14:01


Maintenant que tu le dis ... C'est vrai qu'ils ne manifestent aucune surprise face aux révélations.
Normal pour le père qui vit dans sa rancoeur et son obsession, peut-être moins pour le fils qui, au moins au début, devrait être plus détaché.
Mais j'avoue que ça ne m'a pas du tout géné à la lecture.


Éric 13/01/2010 17:22


Cook est un auteur majeur dont on ne parle pas assez souvent. Le dernier, même s'il est un peu en-dessous de Feuilles mortes, est tout de même excellent. Toute son oeuvre est à lire, et
particulièrement Les instruments de la nuit, un chef d'oeuvre.


Jean-Marc Laherrère 14/01/2010 00:20


Encore un titre que je n'ai pas lu. Merci du commentaire, et du conseil.


kathel 12/01/2010 12:02


Une nouvelle vie en Folio policier qui me donne bien envie de le lire, après "Les rues de feu"...


Jean-Marc Laherrère 12/01/2010 14:34


C'est la grande force du tamdem : série Noire / Folio Policier (comme chez Rivages entre thriller et noir).


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact