Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:42

Jusqu’à présent j’étais passé à côté des romans de Philip Kerr, malgré les critiques très élogieuses lues ici et là, en particulier à propos de la trilogie berlinoise. La sortie de son dernier roman, Hôtel Adlon était l’occasion de commencer à corriger cette erreur. J’avoue que je suis un peu resté sur ma faim …

 

Kerr1934. Bernie Gunther est un peu trop démocrate, pas assez nazi pour rester dans la police. Il trouve un poste de détective à l'hôtel Hadlon, l'un des plus beaux de Berlin. Un boulot souvent ennuyeux, parfois embêtant quand il faut fermer les yeux sur les éclats des nouveaux maîtres du pays. Mais un boulot sans risque. Jusqu'à l'arrivée de Noreen, superbe journaliste américaine, grande amie de la patronne de l'hôtel, qui veut montrer à l'opinion américaine ce que les nazis font aux juifs et faire ainsi pression pour que son pays boycotte les jeux de 1936. Le corps d'un boxeur juif retrouvé sans vie dans un canal pourrait faire une bonne histoire de départ. Bernie accepte de l'aider, parce qu'elle est très belle, parce qu'il s'ennuie, et parce qu'il aimerait bien porter un coup aux pouvoir. Sans se douter qu'il va mettre le pied dans un véritable nid de serpents …


Me voilà donc un peu déçu par Philip Kerr, pas aussi enthousiaste que ce que j’espérais. Ce qui ne veut pas dire non plus que je n’ai pris aucun plaisir. Je vais vous la jouer devoir appliqué de 2°.


Thèse : J'ai aimé la reconstitution historique, celle de la première partie, Berlin en 1934. On ressent bien l’ambiance berlinoise, la tension croissante, la violence de plus en plus ouverte des nazis et de ceux qui, par peur, lâcheté, intérêt ou adhésion se mettent à taper allègrement sur les boucs émissaires désignés. Et puis j’y ai appris pas mal de choses sur les magouilles qui ont entouré les JO de 36. Déjà. Corruption des membres du CIO (ou l’équivalent de l’époque), pots de vin liés aux constructions de stades, saloperies en tous genres envers les ouvriers … rien de nouveau sous le soleil me direz-vous, mais certaines choses gagnent à être dites. Et elles sont bien dites.


Antithèse : La seconde partie, en 54 à La Havane m'a moins convaincu. Intrigue un poil forcée, liens avec la première partie parfois tirés par les cheveux, quelques coïncidences un peu grosses, et puis la description est plus convenue, moins inattendue … Cuba, bordel de l'Amérique et tenue par la mafia, on le savait déjà ... Sur l’ensemble une autre critique : le recours dans la narration au jeu de mots et à la comparaison qui tue un peu systématiques, à la manière des voix off des privés hardboiled de cinéma. Un style qui peut passer, sur le fil du rasoir, mais qui peut rapidement devenir artificiel, et c’est parfois le cas ici (c’est du moins comme ça que je l’ai ressenti).


Synthèse : Je l’ai lu sans déplaisir, avec même un vrai plaisir par moment, mais sans pour autant arriver à m’enthousiasmer.


Philip Kerr / Hôtel Adlon (If the deadrise not, 2009), le Masque (2012), traduit de l’anglais (Ecosse) par Philippe Bonnet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars grands bretons
commenter cet article

commentaires

meyer meyer 13/03/2012 21:10


Ca y est je viens de le lire. Mon verdict : ce n'est pas le meilleur de la série (peut-être même le moins bien. La partie berlinoise est très bien mais la partie cubaine est un peu faiblarde.
Mais j'ai bien aimé quand même.Le livre est plein de référence aux opus précédents et je comprends que Jean-Marc en commençant la série par celui*ci n'ai pas pu apprécié le livre autant que moi.
Allez Jean-Marc persévère ( en commançant par le début) et tu seras récompensé.

Jean-Marc Laherrère 13/03/2012 23:04



OK, je me rends ... Il faudra donc que je trouve le temps d'attaquer la série.



Miss Alfie 25/01/2012 11:21


Je rejoins les autres commentateurs, j'apprécie beaucoup le personnage de Bernie Gunther et ce qu'en fait Kerr... Il offre une vision un peu différente de l'après-guerre en nous emmenant dans la
fuite des ex-nazis en Amérique du Sud, en nous donnant à voir des aspects de l'Histoire qui sont peu mis en avant habituellement...


En tout cas, je note ce titre, je n'avais pas vu qu'il était (enfin !) sorti !

Jean-Marc Laherrère 25/01/2012 15:10



Encore un avis pour que je me précipite chez mon libraire préféré. Promis, je vais le faire !



Pascale 24/01/2012 13:59


Rien à ajouter au commentaire de Meyer Meyer !

Jean-Marc Laherrère 24/01/2012 14:07



A Pascale et Christophe : je me rends, Meyer Meyer a raison (d'ailleurs comment pourrait-il avoir tord avec un tel pseudo ?). Je lirai les trois de la trilogie berlinoise. pas tout de suite, mais
je les lirai.



christophe 24/01/2012 12:20


Je ne peux que confirmer ce que dit Meyer Meyer, même si le premier volet de la trilogie berlinoise est parasité par des comparaisons lassantes. Ensuite, c'est un régal, tout comme le dernier
Field Grey, qui est sorti en VO en 2011

mayer mayer 23/01/2012 23:31


Dois-je comprendre que c'est ton premier Philip Kerr ? Si oui ,quelle hérésie de commencer par le 6ème. Un personnage comme bernie Gunther,ça se mérite, il faut l'apprivoiser et  faire sa
connaissance petit à petit. Et alors là on est conquis. Un conseil: lire la trilogie berlinoise ( dans l'ordre naturlich!) puis "la mort en autres" et "une douce flamme" (peut-être le meilleur où
on se rend compte qu'Eva Peron est loin d'être la petite Evita Madonesque). Ces romans combine un côté historique très bien documenté, de bonnes intrigues, une superbe amosphère de polar et un
personnage dignes des grands privés dur à cuire et tête de mule. Je n'ai pas lu "Hotel adlon" ce n'est peutêtre pas une réussite mais je vais quand même me précipiter pour l'acheter.


J'ai fait découvrir Philip Kerr à 5 personnes et  tous ont été enthousiasmés par les 5 livres. Alors Jean-Marc restera t'il une exception ?


Foi de Meyer Meyer, Philip Kerr est un bon.


J'ai beaucoup moins aimé une enqu^te philosophique mais ce n'était pas un Bernie Gunther

Jean-Marc Laherrère 24/01/2012 09:27



Tu as bien compris. Comme je l'écris en préambule je suis passé à côté de Philip Kerr ...


Mais je vais suivre ton conseil, même si je n'ai pas été complètement emballé par ce dernier.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact