Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 23:01

Je continue à me prendre les pied dans les premiers romans (du moins les premiers romans traduits en France). Et encore une fois, avec un roman que j’ai ouvert bien décidé à l’aimer. Ne serait-ce que parce qu’en général j’aime beaucoup tous les romans publiés en suite italienne chez Métailié. Mais Les âmes noires de Giaocchino Criaco ne m’a pas entièrement convaincu.

 

CriacoIls sont trois bergers calabrais. Même s’ils aiment profondément leurs montagnes et la vie qu’ils y mènent l’été, ils décident de ne pas vivre comme leurs pères. Peu d’opportunités dans cette région. Devenir un piqué (affilié à la `Ndrangheta, la mafia calabraise), ou, envers et contre toute forme d’autorité (de l’état ou de la pègre), se mettre à son compte. C’est ce qu’ils décident de faire. Avec succès. Et dans le sang. Jusqu’à tenir le haut du pavé à Milan où ils ont la main sur le trafic de drogue. Jusqu’à l’inévitable chute.


Dommage. Comme cela arrive parfois j’ai l’impression d’être passé près d’un très grand roman. Parce qu’il y a une écriture. Les descriptions de la vie dans la montagne calabraise sont magnifiques. Apres et lyriques, rendant compte de la beauté et de la rudesse de ce pays et de ses habitants.


Le récit des affaires milanaises, de l’enchaînement des succès, des vengeances, de la chute, fait dans un style beaucoup plus sec et neutre est aussi très réussi.


C’est la structure générale qui me gène. Le manque de liant entre les différents passages très réussis, les ellipses qui font qu’on se perd, qu’on ne sait plus trop qui a fait quoi et surtout pourquoi.


J’ai refermé le roman avec l’impression que l’auteur suppose chez le lecteur une connaissance de la réalité locale qu’il n’a pas, et le perd donc en ne lui fournissant pas quelques éléments de compréhension. Du coup, malgré les fulgurances du texte on décroche, et on ne s’intéresse pas autant qu’on le pourrait à cette histoire et à ses protagonistes.


Dommage.


Giaocchino Criaco / Les âmes noires (Anime nere, 2008), Métailié (2011), traduit de l’italien par Leila Pailhès.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars italiens
commenter cet article

commentaires

Maïté Bernard 06/04/2011 10:32



Cher Jean-Marc, si tu veux te réconcilier avec les premiers romans polar, tu devrais lire "Morte la bête" de Lotte et Soren Hammer, des danois publiés chez Actes Sud.  On est loin du succès
usurpé de Camilla Läckberg, qui cartonne grâce à ses couvertures semblables à celles de Millenium, alors que sur le fond comme sur la forme, franchement...Enfin bref, j'aime pas dire du mal, donc
parlons plutôt du positif.  J'en suis à la page 180 de "Morte la bête", soit la moitié, mais plus j'avance, plus je me dis que c'est vraiment de bonne tenue.  Pas le roman du siècle,
mais bien, vraiment bien, maitrisé, intelligent (et pas roublard), peturbant (et pas glauque), subtil, humain.  TPS fait les auteurs du Nord cette année, non?  Moi j'dis ça, j'dis
rien...



Jean-Marc Laherrère 06/04/2011 10:50



Je note. D'autant plus qu'après m'être ennuyé avec millenium et avoir constaté qu'Actes Sud exploitait le filon j'ai un peu fait une croix sur cette maison ...


En ce moment je me régale avec le sedon roman de Barouk Salamé, Arabian triller suite du Testament Syriaque.


Sinon, non, TPS ne fait pas les auteurs du Nord, ça n'a pas marché, alors on se recentre sur l'Espagne et quelques latinos (Orsi, Argemi et Salem) et surtout notre invité d'honneur Taibo II !



holden 06/04/2011 09:13



bah j'ai fait une chronique differente


that s all folk



Jean-Marc Laherrère 06/04/2011 09:31



Je vais aller voir. J'en conclue que tu as aimé ...



holden 06/04/2011 08:55



carrément le contraier.......


j'aime la diversité


a peluche



Jean-Marc Laherrère 06/04/2011 09:07



Euh ... Tu peux expliciter ?



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact