Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 16:19

Décidément le catalogue des éditions Asphalte est ambitieux, exigeant et éclectique … et en même temps cohérent. Cette fois Asphalte est allé nous dénicher une chronique de Lima par un nouvel auteur péruvien, Martín Mucha. Cela s’appelle Tes yeux dans une ville grise.

mucha

Résumer ce roman (ou cette chronique) est à la fois difficile et facile. Difficile car il n’y a guère de progression. Facile si l’on accepte de faire très court : Jeremias a grandi dans les quartiers pauvres de Lima, séparés des zones riches par un grand mur. Aujourd’hui, toujours pauvre, il a quand même réussi à aller à l’université. Tous les jours il traverse la ville en bus, et observe …

Normalement je n’aime pas trop ce genre de bouquins. Succession de tranches de vie sans lien apparent les unes avec les autres, succession de petits riens, pas de fil narratif, encore moins de tension …


Et pourtant là ça marche. Mystère de l’écriture ? De la construction ? Il est vrai que l’épilogue, a posteriori, redonne une véritable signification à ce qui se déroule sous nos yeux pendant tout le bouquin. Il est vrai également qu’à l’arrivée on s’aperçoit qu’on a un tableau d’ensemble d’une ville (Lima) et de sa société.


Une société et des individus qui semblent étonnamment dépourvus de repères, de valeurs, une génération tellement différente de celle des années 70 qui, partout en Amérique Latine se battait, armes à la main, contre les régimes militaires soutenus par l’ogre yanqui. Mais les années 90 sont passées par là, avec leur mirage de la consommation pour tous et leur entreprise de lavage de cerveau médiatique …


Cela donne un grand vide en même temps qu’une grande frustration et un désespoir qui ne sait pas vraiment comment s’exprimer et s’incarner. Et du coup une forme de violence difficile, voire impossible à combattre.


A la réflexion, un petit roman qui en dit plus qu’il n’y parait. 


Martín Mucha / Tes yeux dans une ville grise (Tus ojos en una ciudad gris, 2011), Asphalte (2013), traduit de l’espagnol (Pérou) par Antonia Garcia Castro.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars latino-américains
commenter cet article

commentaires

Ingannmic 19/01/2013 17:50


Tiens, il a intégré ma bibliothèque cette semaine, suite au billet
d'Anne-Françoise...


J'ai encore plus hâte de le lire maintenant, même si vos avis me font entrevoir qu'il s'agit d'un récit difficile (d'un point de vue émotionnel, s'entend).

Jean-Marc Laherrère 19/01/2013 18:17



Non, il n'est pas dur d'un point de vue émotionnel. La difficulté réside plutôt, pour un amateur de polar, dans l'absence d'une trame et d'une tension narratives identifiables. Ainsi que dans
l'apparence décousue du récit.



Pierre FAVEROLLE 18/01/2013 19:00


Salut Jean Marc, je viens de le finir, et je suis d'accord avec toi sur tout. En fait, ce trajet de Jeremias est plein d'images et de poésie. Il décrit la vie des gens qu'il rencontre en deux
pages. Et puis, il décrit parfaitement cette ville coupée en deux, dans un style simple, pur, poétique. Du coup, la fin est prenante, car elle nous laisse un grand vide. Une vraie très bonne
surprise surprenante. Je me répète ? Tant pis ! Lisez ce roman ! Amitiés

Jean-Marc Laherrère 19/01/2013 14:23



Un avis enthousiaste donc.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact