Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 21:24

Exceptionnellement, je vais écrire deux billets sur un roman. Il se trouve aussi que c’est un roman exceptionnel. Il s’agit vous l’aurez deviné de Underworld USA de James Ellroy, l’événement de ce début d’année.

Un premier billet donc, pour planter le décor, suite demain, où je rentrerai dans le vif du sujet.

Avant toute chose, un petit résumé de mes « relations mouvementées » avec cet auteur, ou plutôt avec ses livres. Je suis tombé dans le polar avec Rivages, et deux auteurs, très différents, mais très talentueux Tony Hillerman et sa série navajo, et James Ellroy et Brown’s Requiem. Vous imaginez bien le choc. Choc qui ne s’est pas démenti avec la trilogie Lloyd Hopkins, et les premiers du Quatuor de LA.

Puis vint White Jazz, son parti pris stylistique, son écriture très scandée … J’ai eu beaucoup de mal à le terminer, en ai gardé une assez mauvaise impression. Et donc, honte à moi, je n’ai lu ni American tabloid, ni American Death Trip. Et là, je prends Underworld USA de plein fouet, après quelques années de sevrage ! C’est la gifle, l’ouragan dévastateur. Je n’ai pas encore terminé (mais presque), mais je sais une chose, je vais lire les deux premiers, dès que je trouve un peu de temps. Comme l’a fait avec une conscience professionnelle digne d’éloges l’ami Jeanjean.

Revenons à mon titre un rien provocateur. Ellroy facho, réac, raciste, misogyne, homophobe, crypto-facho … Le pauvre s’est vu affublé de tous les noms d’oiseaux. Je dis le pauvre, mais il y a bien contribué. Parce qu’en plus d’être un immense écrivain, c’est un vrai cabot, un showman et un provocateur né. Alors il en rajoute, fait son numéro de gros con réac dès qu’un journaliste pointe son nez. Et comme le journaliste en question, souvent (ou au moins parfois), ne lit pas ses bouquins, il en reste au personnage du clown, et voilà Ellroy étiqueté.

Pourtant … Pourtant. Ses flics sont réacs, racistes, phallocrates, homophobes … Ils sont surtout créés par un écrivain immensément talentueux, qui leur donne une vie, une réalité hors norme. Mais cela veut-il dire qu’il partage leurs valeurs ? Le raccourci est un peu rapide. Dès Brown’s Requiem, on a un personnage d’extrême droite qui n’est pas spécialement décrit comme un « héros ». Bien au contraire. La description de la corruption et de la violence de la police dans le quatuor de LA est sans pitié. Alors Ellroy facho ?

Les journalistes américains ont découvert avec stupéfaction à la sortie du dernier bouquin que le bonhomme était, peut-être, un peu plus complexe qu’ils ne le pensaient. J’en avais déjà parlé il y a quelques temps, à la suite d’un papier de Sarah Weinman. Je cite de nouveau :

« And here's the biggest revelation of all: prepare to forget everything you think you know about James Ellroy's politics. Those ugly facets of the macho persona he writes so well -- the racism, misogyny and homophobia -- might well have led you to believe Ellroy is so right-wing he makes George W. Bush look like a pinko. And that's apparently what he wants us to think; he wilfully plays up to that reputation, describing his own views on his Facebook page as "reactionary". But if a novel can give an insight into a writer's true nature, then BLOOD'S A ROVER belies that public image. In these pages, Ellroy mercilessly examines the cost of fascism to man and society. ».

Sans en dire d’avantage sur le roman (j’y reviens demain), je peux vous dire que ceux qui prennent encore Ellroy pour un affreux d’extrême droite machiste vont avoir un choc ! Sachez seulement que le personnage central de ce dernier roman est une femme,  juive et communiste !

Et voici ce qu’on peut lire : « Les raids anti-Rouges. Les libertés individuelles suspendues, abrogées, écrasées, prohibées, supprimées. Les droits du Premier  amendement conchiés. Rafles politiquement motivées, emprisonnements sous de faux prétextes, expulsions selon le bon vouloir des autorités. Simultanément, résurgence des groupes anti-immigrants et du Klan. John Edgar Hoover mesura la force de la peur et l’exploita. »

Alors, Ellroy Coco ? Ce serait aussi stupide, bien entendu, que d’avoir prétendu, avant, qu’il était facho. Ellroy immense écrivain ? Sans le moindre doute. A demain.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jérôme Leroy 14/01/2010 17:01


L'Amérique d'avant 72, j'ai vu...Effectivement, quel progressiste... Et puis prendre une juive communiste comme personnage n'entraîne pas automatiquement d'aimer le personnage, même si je te le
concède, elle est présentée de manière très empathique. Ceci dit la vision d'Ellroy de l'Histoire comme d'un vaste complot, la survalorisation de la force et de la violence individuelle font de lui
un auteur profondément de droite. Et, encore une fois, cela ne l'empêche pas d'être génial.


Jean-Marc Laherrère 14/01/2010 22:08


Bon je ne prétends pas qu'il soit marxiste !
Mais je continue à maintenir qu'il n'est pas le réac borné, machiste, raciste, homophobe, souvent qualifié de facho qu'on dit, même s'il aime bien jouer ce personnage pour faire braire les moutons
(je sais un mouton ne braie pas).
Je pense qu'Ellroy est viscéralement un individualiste (comme beaucoup d'américains quand même), qui pense que les solutions viennent de l'individu et pas du collectif (même si ici il met en scène
des personnages qui croient dans le collectif).
Cela s'explique d'ailleurs par son parcours.
Pour son côté cabot, il me fait penser à ces momes (tu as dû en fréquenter des wagons) qui, certains qu'on ne les aime pas, font tout pour se faire remarquer en faisant les affreux, et sont ensuite
capables de fondre si on leur montre qu'on s'intéresse à eux.
Mais trêve de psychologie de bar, je te laisse à ta lecture.


Jérôme Leroy 14/01/2010 15:43


Je suis en plein Underworld USA. Effectivement, j'ai l'impression qu'il est au sommet, équilibrant parfaitement ses expérimentations littéraires et la puissance de son histoire.
Mais je vois pas pourquoi tu t'obstines à vouloir qu'Ellroy ne soit pas, disons, profondément conservateur (pour être gentil). Si être d'extrême droite avait empêché d'être un grand écrivain, ça se
saurait. On peut simplement ironiser gentiment sur le fait que le milieu littéraire accepte ça plus facilement d'un Américain génial que d'un Français.


Jean-Marc Laherrère 14/01/2010 16:02


Je ne m'obstine pas, j'ai raison !
Au détour de l'échange (assez indigeant) sur Libé, Ellroy martelle et répète : Il ne s'intéresse pas à l'Amérique d'aujourd'hui, et il ne vote pas.
On l'a traité de réac parce que la majorité de ses personnages jusqu'à présent l'étaient. Ce qui est assez con. D'autant plus con qu'il ne les ménage pas.
Ben aujourd'hui, les personnages les plus forts du romans sont une noire syndicaliste, une juive activiste gauchiste, une dominicaine révolutionnaire etc ... Et on sent pour eux une véritable
sympathie, voire admiration.
Va-t-on le traiter de coco ?


christophe 08/01/2010 14:15


Pour Bordeaux, si c'est la même affluence que a dernière fois, je vous conseille d'arriver tôt !


Ingannmic 08/01/2010 12:55


Bordeaux... ça m'intéresse ! Puis-je avoir plus de précisions ?

Signé : une pôv' naïv' qui n'imaginait pas que des lecteurs qui croient que la personnalité et les opinions des personnges de romans reflètent celles de l'auteur, ça existe !!


Jean-Marc Laherrère 08/01/2010 13:46


Pour Bordeaux, il suffit d'aller sur le site de Rivages, cliquer sur Underworld USA, on on trouve sous le résumé les dates du Ellroy Tour.

Sinon, c'est vrai aussi qu'en polar, ça arrive que le personnage ait les mêmes opinions (ou pas loin) que l'auteur. Pepe carvalho par exemple, ou les personnages de Taibo (lun étant lui-même !) etc
... Voire même Crumley et ses deux fous furieux.

Mais bon, en lisant attentivement, on arrive, à peu près, à faire la part des choses.


christophe 08/01/2010 12:52


Ha oui, comment être à la hauteur du Maître ? et après y'a la taille de l'article... pour PAGE des libraires, résumer le tout en 3000 signes espaces compris, ouïe ouïe...
sinon, Jean-Marc, yes, c'est moi qui anime la rencontre...


Jean-Marc Laherrère 08/01/2010 13:43


Bonne rencontre alors ...


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact