Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 22:03

Une deuxième nouveauté en septembre à la série noire avec Declan Hughes et son Coup de sang qui vient confirmer la vitalité du polar irlandais.


HughesEd Loy a quitté Dublin à 18 ans. Il s’est installé et a fait sa vie à Los Angeles où il est devenu privé. Aujourd’hui, il est de retour en Irlande, pour enterrer sa mère. Il retrouve une ville qu’il ne connaît pas : le boom économique a tout changé, les grues sont partout, des fortunes inimaginables se sont construites en quelques années et tout le monde semble avoir oublié le passé. Par désœuvrement, il accepte de chercher le mari de Linda Dawson, une amie d’enfance. Une quête qui va l’amener à fouiller dans les coulisses de la nouvelle prospérité, et à exhumer un passé qui ne se laisse pas oublier si facilement.


Du classique, du solide, du sûr. Un privé, un point de départ archi connu (un privé part à la recherche du mari / de la femme disparu-e-), pour une intrigue solide, de beaux personnages, de l’émotion, de l’action, des coups de théâtre, des affreux convaincants, une belle écriture … cela serait déjà suffisant à faire de ce Coup de sang un bon polar dans la tradition.

 

Mais ce n’est pas tout. En prime il y a l’Irlande du boom. Celle décrite par Ken Bruen ou Hugo Hamilton. Celle qui se perd dans les mirages de la consommation à tout crin, dans le tourbillon de l’argent facile, et de l’argent roi. Celle qui ne veut pas voir qu’à côté du clinquant, il y a ceux qui sont restés en rade, et qui, par contraste et parce qu’ils sont plus seuls que jamais, sont dans une situation encore pire qu’avant.

 

« Après tout, il y avait de l’argent dans ces rues, et les personnes qui en avaient le portaient sur leur dos, autour de leurs poignets et de leur cou. Pourquoi pas dans la bouche aussi ? Quel est l’intérêt d’avoir de l’argent si personne ne savait que vous en aviez ? Pendant trop longtemps, les Irlandais avaient eu honte de leurs fonds de culotte troués. Plus personne n’avait le droit de penser ainsi, et même si cela impliquait un carnaval de vulgarité et d’avidité ostentatoire,  eh bien, n’avions nous pas attendu ce moment suffisamment longtemps ? […]

Dublin ressemblait maintenant à l’importe quelle autre ville. Je suppose que c’était le but : à un moment de notre histoire, nous avions essayé de défendre une identité irlandaise unique en nous isolant du monde extérieur. […]

Après avoir tenu à prouver que l’Irlande n’était pas une colonie appelée Grande-Bretagne de l’Ouest, nous étions désormais optimistes quand à notre recolonisation, résignés à notre destiné de 51° état des USA. »

 

Pour finir il y a la dimension politique du roman. Celle, dans la plus pure tradition du roman noir des origines qui parle de corruption, des liens entre crime et le monde politique. Un lien et une corruption inévitable dans un pays qui s’est enrichi si vite, et où la construction explose, tant bâtiment, pègre, politiques et pot de vin font bon ménage.

 

En résumé, un bon polar dans la tradition qui se révèle, en plus, un très bon roman noir.

 

D’accord avec Jeanjean de moisson noire, une fois de plus.

 

Declan Hughes / Coup de sang  (The wrong kind of blood, 2006), Série Noire (2010), traduit de l’anglais (Irlande) par Aurélie Tronchet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars irlandais
commenter cet article

commentaires

norbert 30/01/2013 09:20


Merci, et tiens-nous au courant !

norbert 29/01/2013 23:48


En voilà une idée qu'elle est bonne !!!


Parce qu'encore une fois des auteurs comme Hugues, McKinty, (même Charlie Williams et d'autres), sont vraiment excellents et à suivre. Alors oui, très franchement, si en plus ça peut avoir un peu
plus d'impact qu'un pauvre mail d'un lecteur inconnu du fin-fond de la France (en l'occurence mézigue), ça serait une riche initiative !


Pour le Frank Bill que j'ai commandé à la suite de ton billet, je devrais le recevoir demain ou après-demain.

Jean-Marc Laherrère 30/01/2013 09:15



Bon je vais essayer ....



norbert 29/01/2013 19:11


Presque 2 ans et demi après ton dernier message, et du coup je n'en suis plus aussi certain, que les prochains Declan Hugues soient eux aussi traduits... Croisons les doigts (et si quelqu'un a
l'occasion de motiver A. Masson, qu'il n'hésite pas, hein!).


A  noter que la traductrice Aurélie Tronchet avait dirigé fin des années 90/début 2000 la collection grand "Murder Inc" lancée alors par Gérard de Villiers, et qui avait traduit quelques
Pelecanos notamment. Elle a écrit aussi quelques romans érotiques sous le pseudo d'Aurélie Van Hoemyssen, parus dans l'autre collection grand format érotique lancée elle aussi à peu près en même
temps par de Villiers !

Jean-Marc Laherrère 29/01/2013 23:01



Je peux essayer d'appeler Aurélien. Ne serait-ce que pour lui dire tout le bien que je pense des nouvelles de Frank Bill ...



jeanjean 29/09/2010 14:32



pas trop d'humour, je confirme... Sinon, j'espère que Gallimard poursuivra la traduction de la série, c'est du tout bon. @+



Jean-Marc Laherrère 29/09/2010 15:02



J'espère aussi. Et je me dis que si Aurélien Masson a décidé de traduire celui-là, et qu'il en existent déjà d'autres, il a forcément l'intention de les publier également.



Michel 23/09/2010 20:03



Noté, privé, politique, social... un peu d'humour ?



Jean-Marc Laherrère 23/09/2010 21:28



Humour ... Non, pas trop, c'est pas Hamilton, Bruen, bateman ou McKinty ...



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact