Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 02:58

Il semblerait que je n’ai pas trop de chance en ce moment avec mes bouquins. Après le Colin Harrison, que j’ai trouvé moyen, j’ai attaqué un bouquin d’un inconnu, publié chez Krakoen, maison dont j’aime bien les parutions en général. Ca s’appelle Poétique du combat (joli titre), de Cyril Gely. Et je suis mitigé. Explication.

 

gelyAxel Mars est un ancien flic, ancien boxeur, devenu privé. Il s'occupe habituellement de divorces, de fugues et d'affaires d'espionnage industriel. Là c'est autre chose. Une des voisines de sa grand-mère qui l'a élevé à la mort de ses parents a été violée et tuée avec une sauvagerie impitoyable. Axel, avec l'appui de son ancien mentor toujours flic décide d'enquêter main dans la main avec la police. Mais le meurtrier ne s'arrête pas là et quelques jours plus tard une seconde jeune femme est massacrée dans des conditions analogues. La course poursuite avec le tueur qui se moque d'eux est engagée.

 

La quatrième de couverture nous apprend que Cyril Gely est un auteur de théâtre connu et reconnu. Ce qui explique sans doute que dans son roman les dialogues sonnent juste. Ce qui est déjà beaucoup. Les personnages sont plutôt bien campés, et on suit l’histoire sans ennui. Mais.

 

Mais, une histoire de serial killer de plus. Pas moins bien faite qu'une autre. Donc elle se lit. Mais n'apportant pas non plus grand-chose de nouveau. Et une chose m’a agacé : dans le bouquin, Axel Mars a plusieurs fers au feu. Outre l’histoire principale, il est en conflit ouvert avec un ancien collègue, et il démarre une enquête sur l’espionnage industriel dans une boite internet. Et, à la fin du bouquin, il laisse ces deux histoires complètement en l’air. De deux choses l’une, soit il n’a pas su tout conclure dans les temps et espaces impartis, et il fallait couper. Soit il fait au lecteur un gros, très gros appel du pied pour qu’il achète le suivant. Dans les deux cas, ça m’agace.

 

En bref, bien sans plus. Et pour me remettre d’aplomb, j’ai décidé de revenir aux fondamentaux comme disait mon entraineur de rrrrrrruby. En l’occurrence un Dave Robicheaux que j’avais complètement raté à sa sortie en grand format. Et c’est le pied.

 

Cyril Gely / Poétique du combat, Krakoen (2010).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Laurent 26/02/2010 16:39


De chez cet éditeur (Belge je crois), l'ai lu La troisième vague de Paul Colize que tu avais recommandé l'été dernier et c'était très bien. J'ai l'impression que Krakoen est "une maison de
qualité", comme disait ma grand-mère, fan du guide Michelin ;-)


Jean-Marc Laherrère 26/02/2010 19:54


Je suis d'acoord avec ça, c'est pour ça que j'ai été un peu déçu.


Olivier Verstraete Radio Cité Vauban (RCV) 26/02/2010 06:30


salut jml
pour du neuf et décalé, avais-tu jeeté un oeil sur hecatombe, de Nada, 1er roman paru chez Baleine?
je viens de le finir et le gaillard ne fait pas dans la demi-mesure
si tu l'as lu, qu'en penses-tu?
bon we
amicalement,


Jean-Marc Laherrère 26/02/2010 19:52


Je ne connais pas, mais je note. Merci.


Xavier 26/02/2010 03:21


J'ai ce roman sur mon étagère, il me semble. On aime la boxe dans cette maison. De Krakoen, je n'ai lu que "Amin's Blues" de Max Obione et j'ai vraiment apprécié et pris un grand plaisir dans cette
lecture.


Jean-Marc Laherrère 26/02/2010 19:52


Effectivement, j'avais aussi beaucoup aimé Amin'S Blues.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact