Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 21:54

Après le choc Winslow il faut changer de style, 220 volts de Joseph Incardona me semblait un bon candidat. Court, thématique a priori très classique, donc une sorte d’exercice de style. Bon choix, c’est parti.

 

IncardonaRamon Hill est un auteur ravi de son succès. Deux bestsellers (des romans d'espionnage) lui ont permis de vivre une vie, non pas luxueuse, mais fort confortable. Seulement voilà, c'est la panne. Alors que son agent attend le suivant de pied ferme, Ramon est complètement coincé à quelques chapitres de la fin. Et il se laisse aller.

 

Ce qui n'est pas au goût de Margot, son épouse, qui s'est habitué à bien vivre. Du coup le couple bat de l'aile. Alors c'est décidé. Ils laissent les enfants chez les parents de Margot et filent quelques temps dans leur maison paumée dans la montagne. La solitude, l'air frais, l'exercice, tout cela devrait décoincer Ramon …

 

A moins que cela ne réveille de vieux démons et que la suspicion ne viennent s'installer …

 

Contrairement à Jeanjean je n’ai pas lu les ouvrages précédents de cet auteur, donc je ne peux pas dire s’il est plus à l’aise sur les courtes distances que sur les longues. Ceci mis à part, je partage son avis. C’est de la bel ouvrage.

 

Du grand classique donc : un couple (ou groupe) isolé, les soupçons, le doute qui monte, les antagonismes qui s'exacerbent … La montée de la tension, jusqu'au drame. Puis son dénouement. Très classique, et très efficace quand c'est bien fait. Et Joseph Incardona le fait bien.

 

Bien que sachant plus ou moins où il va arriver, le lecteur se fait prendre, et surprendre. Et l'auteur lui réserve quand même quelques surprises, au moment où il s'y attend le moins. Du bon boulot. Alors certes on n’a pas là un roman qui va révolutionner le genre, ou qu’on citera spontanément dans les 10 grands romans qui nous ont marqué. Mais il se lit avec un très grand plaisir et on ne s’ennuie pas une seconde. C’est déjà pas mal non ?

 

Joseph Incardona / 220 volts, Fayard/Noir (2011).

 

PS. Pour comprendre le titre de mon billet, faut lire le roman.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

polars addict 04/04/2011 13:28



j'avais beaucoup aimé Remington, beaucoup moins "lonely betty" qui est très étrange et à 220 Volts m'a beaucoup plu !


C'est bien écrit, court et pleinement satisfaisant. Personnellement je n'en demande pas plus.



Jean-Marc Laherrère 04/04/2011 14:25



Ca me va aussi, même si je ne crache pas dans la soupe quand il y a un peu plus d'épices ou de matière ...



xave 01/04/2011 09:30



Remington, c'est frais et superlight, ça m'a plu pour ces raisons. A prendre comme tel, un roman pour se reposer entre un Ellroy et un Peace. Je comprends donc parfaitement les réserves
de l'ami Jeanjean.



Jean-Marc Laherrère 01/04/2011 09:39



Je ne dirais pas que 220 Volts est "frais", light peut-être, mais frais ...



BiblioMan(u) 31/03/2011 17:05



Remington vaut lui aussi le détour. C'est peut-être un peu plus long, effectivement, mais sans rien de superflu non plus, à mon goût.



Jean-Marc Laherrère 31/03/2011 18:33



J'ai cru voir que l'ami Jeanjean était un peu plus mesuré sur Remington. En tout cas j'ai bien aimé celui-ci.



xave 31/03/2011 11:46



Classique et efficace, c'est déjà ce qui caractérisait son précédent "Remington" que j'avais apprécié.



Jean-Marc Laherrère 31/03/2011 18:30



... Et que je n'avais pas lu ... Mais je me suis rattrapé avec 220 Volts.



alain 31/03/2011 10:31



C'est un proverbe breton? J'ai bcp aimé Remington. Pas encore lu ce nouveau titre.



Jean-Marc Laherrère 31/03/2011 18:30



Non, c'est en rapport avec le bouquin ...



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact