Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 23:01

Janvier c’est le mois du froid, des intempéries, des journées courtes, des kilos en trop pour cause de gueuletons à répétitions des fêtes … Mais heureusement, janvier c’est aussi le mois du Montalbano nouveau, ce qui contribue amplement à compenser cette sinistre ambiance. La cuvée 2013 s’appelle L’âge du doute, et c’est bien évidemment sous la plume toujours alerte du maestro Andrea Camilleri.

 

Camilleri

Prenez donc Montalbano qui vieillit (et oui, à 56 ans il vieillit), ajoutez Caterella toujours catastrophique, Mimi toujours séducteur, Fazio qui tente d’arranger les choses, une questure avec laquelle Montalbano a du mal et quelques coups de fil désastreux avec Livia, sa copine génoise. Ca ce sont les ingrédients de base. Pour le 2013 le point de départ est la découverte d’un cadavre défiguré sur un canot, une jeune femme qui n’est peut-être pas aussi désemparée qu’elle n’en a l’air, deux yachts de luxe, et une lieutenante de la Capitainerie fort gironde. Assaisonnez avec beaucoup d’humour, quelques bons plats et de nombreux coups de gueule. Servez chaud ou froid, mais pas tiède.


Il y a des auteurs et des séries qui me font perdre tout sens critique. Les aventures de Salvo Montalbano font parties de celles-là. Je suis incapable de dire si c’est meilleur, moins, bon, s’il y a des facilités, si … J’adore, je bade. Plusieurs fois le week-end dernier mes gamins m’ont regardés interloqués : « Mais pourquoi tu ris ? Ah c’est encore ton livre. »


Ben oui, c’était encore mon livre. On rit du comique de répétition (avec Livia, avec Caterella, avec la questure, avec lui-même …), on rit des nouvelles inventions de Montalbano, on rit de ce qu’on sent venir, bref on rit. Et en plus, mine de rien, ça dit beaucoup de choses sur la peur de vieillir, sur la saloperie du monde, sur les relations entre les gens … Et tout ça, en faisant rire.


Vivement janvier 2014 pour le prochain.


Andrea Camilleri / L’âge du doute(L’étà del dubbio, 2008), Fleuve Noir (2013), traduit de l’italien par Serge Quadruppani.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars italiens
commenter cet article

commentaires

Victoria 19/01/2013 15:44


de montalbano fanne je fus


J'ai lu le dernier Camilleri intitulé Intermittence


j'ai trouvé l’histoire confuse, improbable


Bref je pense qu'Andrea a mérité sa retraite


Be

Jean-Marc Laherrère 19/01/2013 17:15



Je suis d'accord, intermittence est franchement en dessous, mais la série Montalbano reste au même niveau de qualité.



alain 17/01/2013 13:27


J'ai essayé et je n'y arrive pas, j'en ai fini un, mais sous perfusions avec un secouriste à portée de main qui me faisait des massages cardiaques tous les 10 mn,mais je me suis juré de ne plus
en lire d'autre, ( en vf, peut être en vo c'est mieux, je ne sais pas).


Comme quoi , les gouts et les couleurs

Jean-Marc Laherrère 17/01/2013 14:05



Ben moi aussi j'ai besoin d'un secouriste, mais c'est parce que je rigole trop ! Comme tu dis, des goûts et des couleurs ...



veronique almuneau 17/01/2013 00:04


comment ça il faut attendre encore un an avant de lire le prochain ! peut etre si je le demande à la manière de catarella  ou deviens plus belle que livia , monsieur quadruppani il
pourrait me faire passer les traductions prochaines ... 

Jean-Marc Laherrère 17/01/2013 00:25



Je crois que c'est surtout madame ou monsieur Fleuve Noir qu'il faut convaincre ...



Tasha 16/01/2013 15:53


A chaque fois que tu en chroniques un, je me dis qu'il faut que je réessaie, mais je l'avoue piteusement, La forme de l'eau (c'est bien ça?) m'était tombé des mains, à cause de la
VF. Je sais que Quadruppani fait un travail remarquable, tout le monde le dit, mais rien a faire, je trouve qu'en français ça ne passe pas. Et contrairement au premier commentateur de ce billet,
bien qu'ayant fait quelques années d'italien, je ne crois pas que je serais capable d'aborder la langue si particulière de Montalbano.

Jean-Marc Laherrère 16/01/2013 16:29



La forme de l'eau, c'est bien ça.


Mais si tu es allergique à la traduction de Serge Quadruppani ce n'est peut-être pas la peine d'essayer de nouveau, elle est d'une rare cohérence sur toute la série. Pour moi qui aime, c'est un
vrai régal.



Claude 16/01/2013 10:43


J'ai aussi  la chance de pouvoir lire en "Talien"...Paradoxalement je les ai découverts en français mais bien sur la V.O. est -comme toujours- incomparable.   Entièrement d'accord avec
Totirakapon sur la qualité du travail de Quadruppani qui est plus qu'un traducteur: parfois un interprète: il faut une sensibilité méditerranéenne pour bien comprendre Camilleri. Pour moi
aussi  "Chien de faïence" "La forme de l'eau" sont les premiers à lire (Et peut-être les meilleurs). Etant à deux pas de l'Italie j'avais déjà acheté "L'età del dubbio"
-L'age du doute- il y a pas mal de temps. Il y a un bon décallage entre la parution italienne et la traduction française.


Bonne journée

Jean-Marc Laherrère 16/01/2013 11:28



Et oui il y a quatre ou cinq ans entre les sorties italienes et française. Donc le rayon de soleil montalbanien sera bien au rendez-vous en janvier 2017 !


Sinon, voici un autre avis, qui recoupe en partie le mien, sur les romans à lire pour commencer.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact