Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 23:13

Je l’avais un peu laissé de côté l’an dernier, mais j’ai profité des vacances pour essayer cet islandais dont c’est le second roman traduit chez Métailié. J’avoue que Excursion de Steinar Bragi m’a laissé perplexe.

 

Bragi

Ils sont quatre, deux couples. Ils ont décidé en cette fin d’été d’aller faire une virée en 4x4 en pleine nature pour s’amuser et échapper le temps d’une balade au rythme de la capitale et des affaires. Sauf que la nature islandaise n’est pas toujours hospitalière, que n’importe qui ne s’improvise pas explorateur et que l’isolement ne fait pas toujours ressortir le meilleur de l’homme. Un accident les oblige à trouver refuge dans une maison complètement isolée habitée par deux vieux étranges. Et c’est là que tout commence à se gâter.


Je suis donc resté perplexe.


Ça démarre très bien. L’accident, la réclusion en pleine cambrouse, la nature intimidante, les deux vieux bizarres. L’immensité et l’étrangeté, ainsi que la menace sous-jacente du « désert » du centre de l’Islande sont très bien rendues. Le malaise s’installe petit à petit, les failles apparaissent et la bonne humeur de façade se craquèle. Les conventions sociales lâchent, les rancœurs et saloperies ressortent peu à peu. Les deux hôtes forcés deviennent petit à petit aussi inquiétants que le décor. Et l’incapacité chronique à quitter cet enfer est fort bien racontée et mise en scène.


Si cela en restait là, j’aurais beaucoup aimé le portrait caustique que ce huis clos en plein air dresse de la société islandaise moderne. Mais peu à peu l’auteur ajoute des mystères, des éléments de fantastique, et sauf erreur de ma part (ou alors je suis complètement passé à côté), ne résout rien. Un mystère pèse sur l’identité des hôtes, qui reste ouvert, les personnages disparaissent peu à peu victime de ? On ne sait pas. Des forces fantastiques semblent à l’œuvre, lesquelles ? Mystère. Je serai bien incapable de dire exactement comment ça se termine.


Alors je ne suis pas contre quelques questions qui restent ouvertes, ni contre quelques mystères laissés à l’interprétation du lecteur, mais là, franchement, il y en a trop pour moi et cela me laisse l’impression que l’auteur ne savait plus comment se sortir d’affaire.


Perplexe je suis donc resté. Et vous ?


Steinar Bragi / Excursion (Hálendid, 2011), Métailié (2013), traduit de l’islandais par Patrick Guelpa.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars scandinaves
commenter cet article

commentaires

Bad Chili 27/02/2014 00:16


Ca va ressembler à de l'acharnement... mais moi non plus je n'ai pas aimé. Pour dire la vérité, je me suis arrêté à mi-chemin. L'incursion du fantastique qui me tentait bien au départ m'a en fait
complètement égaré. Quant à la forme... je me suis demandé si la traduction y était pour quelque chose, mais j'ai eu beaucop de mal, en particulier avec les dialogues qui manquaient de naturel.
 

Jean-Marc Laherrère 27/02/2014 08:34



On est donc quelques uns à être restés complètement hermétique à ce bouquin.



Vincent 08/01/2014 17:56


Personnellement je ne testerai pas ce second roman de Bragi tellement le premier, Installation, ne m'a rien apporté sinon de l'incompréhension totale. Une qutrième de couv' qui m'avait séduite et
puis mon intérêt est retombé en lisant la dernière page pour finir par me dire: "quel était l'intérêt de ce bouquin?". Je me pose encore la question. NB: Merci pour votre site...

Jean-Marc Laherrère 08/01/2014 21:55



Je suis allé fouiller dans mes archives, rien sur Installation, ce qui veut dire que je ne suis pas allé au bout. J'aurais dû m'en souvenir.



victoria 08/01/2014 14:31


Nom plus facile à prononcer que son collègue

Jean-Marc Laherrère 08/01/2014 16:50



Certes, mais à ce compte là je préfère Stefan Mani ...



Mary 08/01/2014 08:47


Nous avons eu sensiblement le même retour des lecteurs et des bibliothécaires. L'idée semble effectivement bonne, avec un gros potentiel, mais si comme tu le dis le fantastique ne fait que
rajouter des questions sans jamais résoudre quoi que ce soit, je comprends que cela devienne assez obscur. Etrange roman, en tous cas.

Jean-Marc Laherrère 08/01/2014 08:51



Bon, je me sens moins seul.



wollanup 08/01/2014 03:58


Bravo pour cette belle chronique humoristique.


Perplexe est un adjectif qui exprime parfaitement l'état d'esprit provoqué par ce roman qui a certaines qualités mais pas que cela,il y a quand même autre chose aussi.A un moment,j'ai stoppé ma
lecture pour vérifier qu'il ne me manquait pas des pages parce que je ne comprenais plus grand chose.Quant à la fin,c'est un peu n'importe quoi et n'importe comment mais vraiment gore et
terrifiant surtout parce qu'on ne comprend qu'épisodiquement et superficiellement ce qui se passe.


 


D'habitude,j'aime bien la mythologie islandaise mais là,j'ai frôlé l'indigestion


 


Je ne suis pas encore sûr de me jeter sur son prochain roman,je vais peut-être faire un petite pause moi.


 

Jean-Marc Laherrère 08/01/2014 08:39



Bon, je ne suis donc pas le seul. Et je crois que moi aussi je vais faire une pause.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact