Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 22:23

Petite info qui m’a doucement fait marrer : le groupe du « riche con » Arnault retire toute sa pub présente et à venir à Libé qui a osé le crime de lèse-majesté avec sa une de la semaine dernière.

 

Hihi …

 

J’entends encore tous les chantres (chancres ?) du libéralisme à tout crin et à poil de zébu long parler de « radio libre », « presse libre », « télé libre » en opposition au service public dépendant de l’état et donc, forcément inféodé, aux ordres … Alors que le fier journaliste travaillant pour une presse « libre » peut, lui, dire ce qu’il veut.

 

Hihi.

 

Et quand je disais que tout organe de presse qui dépend de la pub pour vivre était forcément à la botte de ceux qui payent cette pub, je me suis souvent fait traiter de vieux con (con pourquoi pas, mais vieux merde !), de réac (pouf pouf), d’abominable étatiste, d’affreux jacobin … Bref de tous les noms.

 

Ce petit épisode cocasse montre que :

 

Quand un organe de presse dépend de l’état, au moins tout le monde sait de qui il prend ses ordres (on sait à qui obéit l’ex contestataire Philippe Val par exemple), et tout le monde peut, dans une certaine mesure, foutre un coup de pied au cul des donneurs d’ordre en question aux élections suivantes. En général ça ne change pas grand chose, mais ça soulage momentanément.

 

Quand un organe de presse dépend de la pub, il est pied et poings liés, contraint de lécher plus ou moins subtilement le fion de ceux qui le maintiennent en vie. Mais là ce n’est pas affiché. Et ceux là, on n’a aucun moyen facile de les foutre dehors. A part peut-être une bonne révolution, avec quelques émasculations et pendaisons de grands patrons et d’actionnaires. C’est tentant, mais on dirait que ce n’est pas pour demain.

 

Certains avaient fini par oublier la laisse. Le rappel à l’ordre n’a pas tardé… Moralité, le seul moyen d’être indépendant est de ne dépendre d’aucun revenu publicitaire, la pub c’est la laisse et la muselière.

 

 

En parlant de riches, comme je ne suis pas gentil, je vous fais part de la réflexion d’une collègue qui m’a bien fait rire : les fossoyeurs de chez Leclerc vont pouvoir faire un prix familial à leur tout dernier client. Hihi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article

commentaires

gridou 19/09/2012 21:36


et voilà pourquoi on ne verra jamais de pub émailler l'actu du noir (malgré les sollicitations diverses...- enfin j'imagine! même moi j'ai été "racolée" par des messages flatteurs "sur la qualité
de mes écrits" me proposant de "gagner de l'argent grâce à votre blog")!!! Sans doute un rite de passage quand on entre dans le club des bloggeurs...


Dès qu'un espace de liberté se crée, la pub s'en empare: c'est triste mais hélas, j'vois pas trop comment lutter (en dehors du boycott).

Jean-Marc Laherrère 19/09/2012 22:13



Oui on a parfois droit à ça ... pas très dur de résister par contre, surtout quand on a la chance de ne pas être dans la dêche.


Et puis ne désespérons pas, il reste encore quelques (rares) espaces sans pub.



alain 19/09/2012 14:00


Bonjour,


 


Tout a fait d'accord avec toi!!


Trés déçu par Philippe Val, je n'aurai jamais cru cela de lui, lorsque je l'entendais parler sur France Inter. Ainsi va la vie.

Jean-Marc Laherrère 19/09/2012 14:27



Ben non, momi non plus je ne l'aurais pas mis spontanément dans la liste des tourneurs de veste. Comme quoi personne (ou presque) n'est à l'abri.



Mr.Mustard 19/09/2012 12:35


Moi ce qui me fait rigoler c'est que j'ai des gens croient encore que LIbé est de gauche alors que les pubs qu'on y trouve sont justement depuis pas mal d'années des marques de luxe comme celles
qui ont décidé de ne plus leur filer de blé (et ça ne durera pas, les bourgeois sont abonnés à libé, ces marques ont besoin de toucher les bourgeois, donc retour bientôt de ces marques dans les
pages de Libé). Libé et le Figaro Madame même combat.


 


Les journaux français vivent dans un triple paradoxe, ils appartiennent tous (je parle de la presse institutionnelle) à des banques ou des marchands d'armes à de rares exceptions près. Ils vivent
des subventions que l'Etat déversent sur eux (400 millions rien qu'en 2011) et le reste de leurs rentrées c'est la publicité.


Ne pas froisser l'actionnaire, ne pas froisser l'Etat, ne pas froisser les entreprises susceptibles de communiquer. C'est ce qu'on appelle en France la presse libre.

Jean-Marc Laherrère 19/09/2012 14:22



C'est vrai que c'est rigolo Libé qui appartient à partie à Rotschild et qui dépend des pubs de LVMH ... pas très gaucho ça ...


D'un autre côté, qui de la poule ou de l'oeuf ... Ca fait tellement de temps que je n'achète plus de journaux que ce n'est pas avec moi qu'ils vont vivre.


Ce qui n'empêche pas de se moquer un peu.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact