Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 22:24

J’aime beaucoup tous les romans de Dominique Manotti. Sans exception. Alors forcément, quand j’en vois un nouveau, je me réjouis. Quand en plus il parle des réfugiés italiens, des années de plomb, on qu’on sent planer l’ombre de Cesare Battisti (même si en fait l’histoire n’a rien, ou presque, à voir avec lui) je me réjouis doublement. A la lecture de L’évasion, je me dis que j’ai bien eu raison de me réjouir.

Manotti

1987, Filippo Zuliani, jeune délinquant romain s’évade par hasard avec Carlo, un ancien dirigeant des Brigades Rouges avec qui il partageait la cellule. Ils se séparent au bout de quelques heures, et Filippo marche seul dans la montagne jusqu’à Bologne où il apprend en lisant les journaux que Carlo a été abattu lors d’un hold-up à Milan. Il se rend alors à une adresse à Paris, donnée par celui qui était devenu son ami, et rencontre Lisa Biaggi, qui attendait Carlo, son amour et son camarade de lutte. En France il est très mal accueilli par les réfugiés italiens qui voient en lui, au mieux un petit truand méprisable, au pire un infiltré. Pour vaincre ce mépris, il décide d’écrire son histoire, sans se douter qu’il va se trouver pris dans une lutte sans merci entre les différents groupes d’extrême gauche et les services secrets italiens.


Quand j’ai lu, un peu rapidement, le résumé, j’ai immédiatement pensé à Cesare Battisti. Puis je me suis aperçu que le roman n’avait rien à voir avec lui. Sinon le contexte politique. Pas grave, dès le premier chapitre j’étais harponné et j’ai lu L’évasion en un temps record. Il faut dire que le roman est court, et que Dominique Manotti a un style qui me convient parfaitement. Concis, d’une efficacité redoutable et, à l’image des plus grands, d’une fluidité et d’une apparente évidence et simplicité qui donnent une impression de facilité. Son récit coule, entraîne le lecteur d’une phrase à l’autre, d’une page à l’autre.


A ce style habituel elle ajoute ici une construction très habile qui, après les premiers chapitres, quand Zuliani se met à écrire et que tout le monde devient de plus en plus paranoïaque, amène le lecteur à douter lui aussi, à se demander où est la réalité. Qui dit vrai ? Le récit de l’évasion des premiers chapitres raconté à la troisième personne, ou Zuliani quand il le raconte à sa façon ? Quelle part de vérité y a-t-il dans le roman dans le roman ? Une des forces du roman étant d’ailleurs de ne pas éclairer toutes les zones d’ombre, de laisser à chacun le choix d’ajuster les détails à sa façon, à l’aune de sa propre paranoïa. Une autre est de ne jamais poser de façon explicite ces questions (ce qui alourdirait le récit) mais de faire confiance au lecteur pour se les poser tout seul.


Ce qui n’empêche pas le roman, comme toujours chez Manotti, d’être extrêmement bien documenté, et de mettre en lumière les saloperies des services secrets italiens (sans tomber dans la théorie du complot, il vaut mieux se méfier, car comme disait le grand Pierre, ce n’est pas parce que je suis parano qu’ils ne sont pas tous après moi), les divisions et les rancœurs entre différents groupes d’extrême gauche italiens, leur mépris envers Filippo, homme du peuple s’il en est, au nom duquel ils sont censés s’être battus, les rouages très médiatiques et très mercantiles du milieu de l’édition … Tout cela sans jamais juger et sans enlever à personne son humanité.


La conclusion du roman, fort peu optimiste est particulièrement forte, et on croirait y entendre l’auteur elle-même qui, après des années de luttes politiques et syndicales a décidé de passer à la fiction : « Oui, j’abandonne. Ce combat-là est perdu. Si je veux essayer de sauver notre passé, il ne me reste plus qu’une chose à faire. Ecrire des romans. » dit Lisa Biaggi, et sans doute aussi Dominique Manotti.


Dominique Manotti / L’évasion, Série Noire (2013).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Andrea Stephani 30/05/2013 20:22


Moi aussi, j'aime bien L'Évasion. Je trouve l'écriture particulièrement convaincante, très adaptée au sujet, aux personnages. Tout en gardant des caractéristiques du style Manotti tel qu'on le
connaît (et aime) et qui fait qu'on a le soufflé coupé, le texte est beaucoup plus narratif que les autres romans de l'auteure (ce qui peut d'ailleurs décevoir pas mal de fans de Manotti). Ce que
j'admire surtout, c'est  à quel point elle arrive à être proche de ses personnages.

Jean-Marc Laherrère 30/05/2013 21:40



Je me sens moins seul. merci !



Hannibal le lecteur 22/05/2013 13:57


Pas "très déçu" mais pas vraiment convaincu pour autant. Mon moins bon Manotti pour l'heure.
La chronique est par ici.

Dominque Manotti, je l'ai croisé ce week-end à l'excellent festival du Goéland masqué (c'est par chez moi, Penmarc'h, 2-9 représente ^^) et j'ai eu une super dédicace personnalisée dans Kop, pour
fêter la montée de Guingamp en L1 ! (Les paysans sont de retour ! War Raok Gwengamp ! Oups, je m'égare...) On a un peu papoté foot. Manotti aime le foot, qu'elle regarde assez souvent à la télé
mais elle ne s'est rendu au stade qu'au moment d'écrire Kop (au Parc des Princes). Elle ne supporte pas un club en particulier mais surtout pas le PSG. Ca nous fait un point commun de plus. A bas
le tout plein de fric dans l'foot !

Jean-Marc Laherrère 23/05/2013 08:25



Kop est très bien, comme les trois romans de la trilogie : Sombre sentier, A nos chevaux et Kop.


Serais-je le seul à avoir aimé l'évasion ?



Sisco 20/05/2013 12:14


Pas aimé du tout. Le gangster qui écrit un livre, les Brigades rouges en cavale, la passionnaria seule contre tous... j'ai trouvé ça bourré de clichés post soixante huitards. Très déçu par ce
Manotti.

Jean-Marc Laherrère 20/05/2013 21:31



Comme quoi ... Il suffit parfois d'un détail qui fait qu'on décroche et quon ne croit plus à un bouquin.



Pierre FAVEROLLE 19/05/2013 09:07


Salut Jean Marc, evidemment, je l'ai acheté, et je vais bientôt l'attaquer. Apparemment, c'est un excellent cru ... mais quand on est fan, les crus sont forcément bons ! Amitiés

Jean-Marc Laherrère 19/05/2013 14:13



Bonne lecture.



norbert 17/05/2013 20:04


Oui, Hannibal, Le Corps noir par Manotti, ça peut être intéressant aussi... Mais je préfère pour l'instant d'autres sujets, plus "originaux", qui n'ont pas déjà été traités je-ne-sais combien de
fois au cinéma, ou pire dans 1 téléfilm sur 3  ou 4 chaque fois tu ouvres la télé. Mais merci pour tes conseils avisés.

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact