Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 22:29

On se demandait s’il avait définitivement cessé d’écrire pour se consacrer entièrement à la traduction. Ben non, il écrit toujours, et il n’a rien perdu de son originalité. Antoine Chainas nous revient enfin avec Pur.

Chainas

Quelque part du côté de Cannes ou Nice, dans un futur très proche … Les résidences fermées et sur sécurisées ont prospéré. Des consortiums européens et même mondiaux louent à prix d’or les villas et les services à des clients triés sur le volet. C’est d’ailleurs le boulot de Patrick : créer des questionnaires suffisamment efficaces et suffisamment faux-culs pour permettre aux résidents de ne choisir que des gens comme eux (pas question qu’un métèque, même riche, vienne s’installer dans ces petits paradis), sans pour autant pouvoir tomber sous le coup d’une quelconque loi sur la discrimination. Tout un art. Que maîtrise Patrick, jeune homme propre sur lui, en excellente santé, de plus en plus à l’aise financièrement. Il forme avec Sophia un couple de publicité : beaux, jeunes, heureux … Jusqu’à l’accident. Leur voiture fait une sortie de route, Sophia est tuée sur le coup.


Juste avant, sur l’aire d’autoroute, deux jeunes arabes les avaient un peu provoqués, puis rattrapés avec leur bolide. Patrick semble persuadé qu’ils sont responsables de l’accident. Dans un contexte de tensions grandissantes, où des groupuscules d’extrême droite tiennent le centre-ville, où un sniper a déjà tué quatre maghrébins sur l’autoroute, et où un maire joue pour sa réélection la carte de la peur et des troubles, l’affaire ne peut être qu’explosive.


Retour en fanfare pour Antoine Chainas. Tout au long du roman j’ai pensé à un film, La Zona, dont j’avais parlé ici. Le traitement est bien entendu différent, mais la thématique centrale est la même.


Comme souvent dans ses romans, Chainas fait juste un petit pas de plus. A partir de la situation dans sa région de la Côte d’Azur, il imagine juste ce que cela pourrait être dans quelques années, si les résidences devenaient juste un peu plus fermées, si les tensions étaient juste un peu plus marquées, si le discours dominant était juste un peu plus assumé. Autant dire que, s’il dépeint une situation imaginaire, c’est aussi un avenir très probable.


Il le fait à sa façon, très personnelle, en construisant un suspense très bien construit et extrêmement froid, glacial même, autour de personnages particulièrement déplaisants ! Comme toujours pas de cadeau, le seul qui soit à peu près honnête et pas complètement pourri est entré dans une spirale d’autodestruction (ceci dit, au sein de ce monde, les raisons de s’autodétruire ne manquent pas).


Comme toujours aussi, il adapte son style au discours : Dans un monde qui veut tout contrôler, éliminer celui qui est différent, tout surveiller, son style se fait froid, plus « classique » que, par exemple, l’ouverture de Versus … Cela rendra peut-être ce roman plus accessible que certains autres tout en étant, disais-je en parfaite adéquation avec le fond. Pour vous faire une idée, ouvrez le roman, la scène d’ouverture est magnifique et donne parfaitement le ton.


Le résultat fait froid dans le dos. La logique d’enfermement, de retrait du monde des résidences sécurisées est parfaitement décrite, ses effets délétères implacablement démontés par la narration. Là encore, il ne s’agit que de faire un pas de plus par rapport à notre société qui façonne, de plus en plus, des petits groupes « homogènes » qui se côtoient de moins en moins. Il décrit des logiques où ce cloisonnement est accentué, et surtout activement recherché. Et montre à quelle aliénation volontaire cela conduit. Entre autres thématiques, mais c’est là celle qui m’a le plus marqué.


Le grand retour donc d’Antoine Chainas, un des auteurs français les plus originaux et intéressants de ces dernières années, qui nous propose un futur possible, très possible, déjà fortement engagé. Il ne tient qu’au lecteur de lire, trembler et pourquoi pas tenter d’infléchir le cours des choses …


Antoine Chainas / Pur, Série Noirel (2013).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Bad Chili 23/10/2013 23:20


Je me retrouve dans le commentaire n°9. Pour les mêmes raisons, j'ai été déçu. J'attends toujours (et j'en ai vraiment envie) de retrouver un Chainas à la hauteur de Versus.  

Jean-Marc Laherrère 23/10/2013 23:48



Versus était il est vrai un vrai monstre (je crois que c'était d'ailleurs le titre de mon post) avec une rage impresionnante. Et là Chainas semble vouloir maîtriser cette énergie.


J'aime beaucoup mais je comprends vos réticences.



Sisco 09/10/2013 12:11


Tu as raison. Marpeau, de toute façon, ce n'est pas transcendant. Mais c'est bien de ne pas avoir les mêmes analyses.

Jean-Marc Laherrère 09/10/2013 23:29



Nous sommes bien d'accord. A la prochaine pour un accord ou un désaccord !



Sisco 08/10/2013 18:11


Chez Leroy, c'est un gouvernement qui appelle Le Bloc pour venir gouverner de manière autoritaire face à la flambée des émeutes. Elle est, là, l'anticipation. Dans le Chainas, ce ne sont que des
faits d'actualité pris ici et là (il le reconnaît pour l"histoire du sniper), agglutinés, à peine poussés. Je suis déçu. On peut être de gauche, tout en gardant un oeil critique sur la production
de La série Noire qui a tendance à être un peu didactique non ?

Jean-Marc Laherrère 08/10/2013 21:03



Je pourrais me vexer. Je garde un oeil aussi critique que possible, et je te jures, j'aime le Chainas pour toute sortes de raisons, parmi lesquelles ne figure pas sa maison d'édition, ni son
appartenance politique (supposée).


A titre de contre exemple je n'avais pas aimé Black Blocs d'Elsa Marpeau, à la série noire, et plutôt à gauche. Et j'aime Hunter et Ellroy qui ne sont pas franchement communistes ...


Donc je comprends qu'on puisse être déçu par Chainas sans être pour autant de droite, je revendique d'aimer son bouquin indépendamment de mon penchant à gauche.



Sisco 07/10/2013 20:39


je ne comprends pas cet enthousiasme. Les résidences surveillées existent en France depuis quelques années déjà. Les milices d'extrême droite aussi. Les élus corrompus servant des faits divers
itou... que nous apprend Chainas que nous ne savons déjà ? De plus les personnages du Révérend, de la fliquette sont des caricatures grossières. Hormis la langue, très soignée, ce livre sonne un
peu bobo et Dieu sait que je ne suis pas à droite. Très loin de la vision d'anticipation de Jérôme Leroy.

Jean-Marc Laherrère 07/10/2013 22:48



Ben pourquoi tant de haine ?


Les résidences surveillées existent, c'est vrai, mais pas encore avec une telle autonomie, les milices d'extrèmes droites ne sont pas encore maîtresses de villes entières, les élus corrompus,
certes, mais il est toujours bon de démonter le mécanisme ...


Bref, je comprends qu'on n'aime pas, mais le roman de Jérôme (que j'ai aussi beaucoup aimé) n'est guère plus en avance sur l'actualité, certains ministres de l'ancien président étaient si proches
du FN qu'il ne leur manquait que la carte.


Enfin, on ne peut pas non plus être touours d'accord ...



Jean 20/09/2013 19:20


Une chronique formidable ! Effectivement, le thème est traité par le très talentueux et décédé Pascal Garnier dans "Lune captive dans un oeil mort". Mais certainement pas de la même manière et
dans un tout autre style. Je prends ilico note de ce titre.


Merci, Jean

Jean-Marc Laherrère 20/09/2013 19:30



Merci. Bonne lecture.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact