Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 22:18

Quand j’ai vu annoncé dans les programmes des éditions Métailié un roman d’un certain Liam McIlvnney, j’ai fait un bond (un petit bond, mais un bond). Et je me suis précipité sur internet pour voir s’il avait un lien de parenté avec le grand (et trop méconnu) William McIlvanney. Il en a un, c’est son fils. C’est alors avec impatience que j’ai attendu Les couleurs de la ville, son premier roman traduit. Vous allez voir que, si le fils, à mon avis, ne vaut pas encore le père, ses débuts sont très prometteurs.

 

McIlvanneyGerry Conway est responsable de la rubrique politique au Tribune on Sunday, le journal de référence à Glasgow. Depuis quelques années il a misé sur Peter Lyons, jeune homme prometteur, déjà ministre de la justice et sur le point de devenir premier ministre. Mis quand un anonyme lui révèle des liens entre Lyons et les mouvements terroristes protestants d'Ulster, Gerry Conway voit l'occasion de marquer un grand coup et d'assurer son poste dans un journal en pleine restructuration. Son enquête va le mener jusqu'à Belfast, où même après des années de cesser le feu, la guerre est présente dans tous les esprits. Entre Glasgow et Belfast bien des surprises et bien des déconvenues attendent Gerry.

 

Débuts très prometteurs donc, même si j’ai une petite réserve. D’ailleurs commençons par là.

 

Je ne sais pas vraiment dire pourquoi, mais j'ai ressenti une certaine insatisfaction durant les deux premiers tiers du roman. Le genre de gêne difficile à décrire mais qui fait qu’on n’est pas forcément pressé de se remettre à la lecture, et qu’on se trouve, au moment d’ouvrir le bouquin, tout un tas de petites choses à faire (choses qu’on ignore complètement si, par exemple, on est plongé dans le dernier Deon Meyer, ou Antoine Chainas …). Peut-être un manque de profondeur des personnages secondaires, une certaine indifférence à ce qui leur arrive, une difficulté, parfois, à s'y retrouver dans leurs rôles à chacun, un certain flou dans la direction de l’histoire …

 

Fin de la réserve. Parce qu’à part cela, ce roman est très prometteur, comme annoncé plus haut.

 

Le fond est passionnant, surtout pour quelqu'un comme moi (et sans doute la plupart des lecteurs français) qui ne savais rien, ou pas grand-chose, des liens entre l'Ecosse et l'Irlande du nord, et des répercussions dans le vie politique écossaise de la guerre entre l'IRA et les paramilitaires unionistes. Le roman est bien construit, les informations arrivent de façon naturelle, sans que jamais l'auteur ne donne l'impression de faire un exposé, et sans jamais non plus perdre un lecteur peu au fait de cette histoire récente. On découvre tout un monde d’intolérance, de rancœurs, de guerres sourdes par procuration. On découvre qu’à Glasgow aussi il y a des querelles (pour ne pas dire plus) entre catholiques et protestants, que comme il y avait des circuits de trafic d’armes des US vers l’IRA il y en avait du Canada et d’Ecosse vers les unionistes …

 

Outre cette découverte, les séquelles physiques et psychologiques de la guerre d’Irlande du Nord sont palpables, comme dans certains romans de Ken Bruen et surtout d’Adrian McKinty, ce qui donne une vraie épaisseur au récit.

 

Pour les personnages, si certains, secondaires, sont peut-être un peu « bâchés », le personnage principal est bien campé et on sent que l’auteur connaît bien le fonctionnement des journaux, et en particulier de leur rubrique politique.

 

Dernier point positif, et non des moindres, la fin fait oublier les réserves et emporte tout dans une superbe succession de coups de théâtre (comme par hasard, je l’ai terminé d’un trait, sans pouvoir le refermer).

 

Un bon roman donc, très intéressant, auquel il manque peu de choses pour être une réussite totale.

 

Liam McIlvanney / Les couleurs de la ville  (All the colours of the town, 2009), Métailié (2010), Traduit de l’anglais (Ecosse) par David Fauquemberg.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars grands bretons
commenter cet article

commentaires

Sisco 13/06/2010 12:03



D'autant que je ne connais pas (encore) le père. Oui je sais les lacunes, tout ça...



Jean-Marc Laherrère 13/06/2010 15:19



Le père est malheureusement trop peu connu. Je conseillerai volontier Big Man pour le découvrir.



Sisco 13/06/2010 11:16



Eh oui, c'est un très bon polar. Une superbe ambiance et surtout une vision du journalisme tout à fait réaliste et bien moins romantique que celle de Stieg Larsson : oui les journalistes bouffent
avec les élus, oui la presse écrite est dans une mouise qui lui fait écrire tout et son contraire... et je suis bien placé pour le savoir. Donc livre fortement recommandable.



Jean-Marc Laherrère 13/06/2010 11:37



Je suis content de voir qu'il plait. Un auteur à suivre sans aucun doute, et pas seulement parce qu'il est le fils de son père !



Sisco 09/06/2010 09:12



Dès que j'ai vu Glasgow je me suis précipité : j'adore cette ville et j'aime Brookmyre. J'en suis à la moitié du livre aujourd'hui et je suis emballé parce que tout ce qui touche aux
Troubles m'a toujours intéréssé. L'écriture est excellente et je remercie ici le traducteur car le vocabulaire est super, les ambiances de Belfast bien rendues. De la belle oeuvre...
enfin pourvu que ça dure.


Comme je suis nouveau ici, je vous félicité pour ce blog.



Jean-Marc Laherrère 09/06/2010 11:49



Ca va durer, pas de soucis.


 


Et merci.



Ys 26/05/2010 11:16



Je cherchais des infos sur ce livre et je n'en trouve pas beaucoup, sauf ici (comme souvent...). En fait, je crois qu'il vaut mieux que je découvre d'abord le père, non ? Je pars en vacances en
Ecosse cet été et je me prépare un copieux planning de lectures pour avant et pendant.



Jean-Marc Laherrère 26/05/2010 11:29



On peut bien entendu lire les deux.


Disons que William McIlvanney est pour moi un auteur majeur et vraiment trop ignoré. Et que Big Man et la série Laidlaw sont des chef d'oeuvres, très représentatifs de cette époque où la classe
ouvrière a perdu totalement sa concsience d'être une classe, et c'est retrouvée totalement paumée (c'est le thème central de Big Man).


A lire aussi de cet auteur Docherty, chroniques du pays minier parue chez Rivages (collection blanche).


Ensuite, pour l'Ecosse, il y a bien entendu l'incontournable Ian Rankin et son flic amateur des Stones.


Et le fils écrit lui sur une autre thématique, et une autre époque.


Pour résumer McIlvanney père et fils pour Glasgow, Rankin pour Edimbourg ...


Bonnes lectures, et bonnes vacances écossaises.



Serge 31 23/05/2010 23:30



Pour répondre à ta question: non, tous les romans n'ont pas été traduits. Il manque à l'appel "The skin" (1996) et "Week-end" (2006). Mais je ne sais s'il s'agit de romans noirs ou plus sociaux
comme il en a aussi écrit... Dans tous les cas, c'est bien dommage...



Jean-Marc Laherrère 24/05/2010 00:35



Donc si des éditeurs zodassieux passent par ici ... Ils savent ce qu'il leur reste à faire.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact