Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 14:41

Je ne suis pas un fan des romans à énigme. Ni un grand admirateur de Holmes, Rouletabille, et autres Poirot, même s’ils m’ont offert de belles heures de lecture il y a bien des années. Mais de temps en temps … Et puis là, il s’agissait d’un auteur japonais, traduit pour la première fois en France. De quoi exciter notre curiosité. Voici donc, en provenance du pays du soleil levant, Tokyo Zodiac Murders de Soji Shimada.

 

shimadaLes Holmes et Watson japonais se nomment Mitarai et Ishioka. Mitarai est un dilettante. Astrologue, détective déductif, aimant par-dessus tout la tranquillité … Il est interpelé par une affaire vieille de plus de quarante ans : En 1936, Heikichi Umezawa, vieux peintre misanthrope est assassiné dans son atelier. Un atelier dont la porte est fermée de l'intérieur et dont les fenêtres sont protégées par des grilles. Près du cadavre, un texte, où la victime décrivait son fantasme : fabriquer en suivant les principes astrologiques Azoth, la femme idéale. Pour les morceaux, facile, les filles vivant sous son toit les fourniraient. Quelques jours plus tard, la fille aîné de sa seconde femme est violée et tuée chez elle. Puis ce sont les cadavres incomplets des six filles sensées composer Azoth qui sont trouvés, un peu partout dans le pays. L'affaire du tueur du zodiac est née. Elle va passionner le Japon jusqu'à cette année 1979 où une femme vient apporter un document inédit à Mitarai …

 

Je ne suis toujours pas un fan de ce style de roman, et je n’en lirais pas tous les jours. Mais je me suis quand même bien amusé. Parce que l’auteur, tout en écrivant un roman dans la grande tradition, a réussi également à écrire un roman totalement original.

 

De la tradition nous avons tous les éléments : un détective génial, son assistant faire-valoir, un meurtre en chambre close, un soupçon d'astrologie (pour rire), des déductions, des schémas, un final avec présentation de la solution devant les intéressés …

 

Totalement original à plus d’un titre : Tout d'abord nous ne sommes pas en Angleterre mais au Japon, un pays décrit dans son évolution de 1936 à la fin des années 70. Egalement parce qu’aux mystères « classiques » l’auteur associe le thème moderne du serial killer. Son détective est totalement décalé, hors norme. Non pas qu’il soit cocaïnomane, alcoolique … ou autre, de ceux là, on en a des wagons. Non il est bien plus étrange, surtout pour un japonais : figurez-vous que moins il travaille, moins il est connu, plus il est content. Il déteste avoir des obligations, devoir se lever alors qu’il a envie de rester au lit, et gagner de l’argent l’indiffère totalement. Travailler moins pour vivre mieux en quelque sorte.

 

Autre originalité, l’auteur interpelle directement le lecteur, le mettant au défi :

 

« Défi lancé au lecteur […] Il va sans dire que vous êtes désormais en possession de tous les éléments nécessaires. N’oubliez pas que la clé de l’énigme est limpide et qu’elle se trouve juste sous votre nez » (page 282).

 

Et plus loin : « Le second défi […] Nous avons maintenant un indice grossier […] Je suis pourtant sûr qu’un grand nombre de lecteurs restent encore dans l’incompréhension […] C’est pourquoi je lance mon second défi : qui est donc ,%%µ**** ? » (page 298).

 

Pour finir, la liberté de ton, en particulier dans les dialogues, est très moderne, ce qui crée un contraste plaisant avec la thématique. Pour vous donner un exemple, voici comment Mitarai l’iconoclaste ose parler de son illustrissime prédécesseur : « Holmes nous est présenté comme le roi du déguisement. Une perruque et des sourcils blancs, une ombrelle et le voilà qui traverse la ville déguisé en vieille femme. Tu sais combien mesurait Holmes ? Plus de six pieds, soit quasiment un mètre quatre-vingt-dix ! Tu imagines des gens qui se disent : « Tiens, voilà une petite vieille d’un mètre quatre-vingt-dix » ? Un monstre, oui ! En fait les gens devaient se dire : « Tiens, voilà ce pitre de Holmes, encore déguisé en bonne femme ! » Seul Watson se laissait avoir. »

 

En bref, une excellente récréation pour les amateurs de logique qui ne dédaignent pas une pointe d’humour et un filet d’exotisme.

 

L’avis de l’ami Jeanjean sur moisson noire, même s’il m’énerve parce qu’il a trouvé le titre parfait pour cette chronique.

 

Soji Shimada / Tokyo Zodiac Murders  (Senseijutsu satsujinjiken, 1987), Rivages/Thriller (2010), Traduit du japonais par Daniel Hadida.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans polars asiatiques
commenter cet article

commentaires

Mary 01/05/2013 15:24


Il est dans ma bibliothèque depuis sa sortie. Il y a tellement à lire! Je note, je note, à lire en priorité. Si tu aimes le polar japonais, j'en suis moi-même férue. Dans le cas où tu voudrais en
lire un bon, je pourrais peut-être t'aider!


Merci pour cette critique plus que contructive, bonne journée !

Jean-Marc Laherrère 01/05/2013 16:09



Je ne connais pas vraiment le polar japonais, et j'ai lu celui-ci par hasard, mais je suis preneur de tous les conseils, quitte ensuite, malheureusement, à ne pas trouver le temps de tout lire.



Catherine 01/05/2012 15:14


Bonjour Jean-Marc, je viens de valider (avec un peu de retard, désolée) un commentaire pour toi sur http://defi5continents.over-blog.com/article-jean-marc-presente-tokyo-zodiac-murders-de-soji-shimada-47627380.html


Bonne semaine et à bientôt.

Jean-Marc Laherrère 01/05/2012 22:28



Bonsoir,


 


J'y vais de ce pas. Merci.



Sisco 08/06/2010 17:07



C'est marrant, je n'ai pas accroché du tout. J'ai trouvé ça trop didactique. Le style un peu académique aussi m'a fait peiner. Et l'adresse au lecteur m'a paru bizarre, comme un rébus. Par contre
c'est vrai que le coup des cinq corps coupés qui en font six, c'était pas mal.



Jean-Marc Laherrère 09/06/2010 01:06



Je comprends tout à fait cette réaction. Et d'habitude le style académique me rebute aussi. Mais là, sans savoir pourquoi, il m'a amusé ...



Catherine 29/03/2010 18:24


Bonjour Jean-Marc,
Merci pour ton inscription à nouveau au défi Littérature policière sur les 5 continents : ça me fait plaisir de retrouver des participants de 2009 qui « rempilent » pour 2010 !
Ton article de présentation est ici http://defi5continents.over-blog.com/article-jean-marc-de-actu-du-noir-47625656.html
Et ta note de lecture (excellente d'ailleurs, et le titre est bien trouvé aussi !) sera en ligne demain matin.
Bon défi et à bientôt,
Catherine


Jean-Marc Laherrère 29/03/2010 21:35


Merci. A bientôt.


giuseppina La Ciura 11/03/2010 20:14


Estoy leyendo la novela japonesa.
Un imbroglio incroyable! Je préfére "Le Mystère de la sombre zone" de Siniac.
Ciao G


Jean-Marc Laherrère 11/03/2010 21:32


je ne connais pas ce Siniac, dont j'ai lu plutôt les romans totalement déjantés.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact