Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 22:51

Pour une fois, il ne va pas être question d’un roman, mais d’une revue et de deux essais. Tous consacrés au polar.

813La revue, c’est 813. Une revue qui parait 4 fois par ans, dont je vous ai causé il y a maintenant pas mal de temps à l’occasion de la sortie du numéro spécial sur les 100 polars de l’association.

Il se trouve que le dernier numéro est de particulièrement haute volée. Non que les autres soient mauvais, mais disons que deux dossiers dans le dernier m’ont particulièrement touché.

L’hommage à Joseph Bialot pour commencer, recueil de textes très émouvants et témoignages touchants de gens qui ont eu la chance de le connaître. S’il m’a marqué c’est que tous ces textes racontent un homme drôle, chaleureux et généreux, un homme jamais résigné face à l’injustice du monde. Un homme tel que je l’avais ressenti lors des trop rares échanges téléphoniques que j’ai pu avoir avec lui. Un homme que malheureusement je n’ai jamais pu rencontrer.

Le gros dossier est celui consacré à Jim Thompson, un des premiers auteurs sur lequel je sois tombé quand j’ai commencé à lire sérieusement du polar, et le responsable, avec quelques autres, d’une addiction qui ne s’est jamais démentie. Le dossier présente une partie passionnante sur la traduction, des analyses et un excellent texte de François Guérif. De quoi donner envie de lire et relire, découvrir ou redécouvrir un des très grands noms du polar américain.


Si je cause également ici de deux essais c’est que leurs deux auteurs ont contribué à la revue 813, et que les deux sont des figures incontournables du polar.

MESPLEDE-1

Le premier est Claude Mesplède, l’archiviste du polar, auteur du monumental Dictionnaire des littératures policières, le DLLIPO souvent appelé Le Mesplède. Il faut savoir que pour cette œuvre pharaonique il s’est appuyé, sur son réseau inégalé d’amis et connaissances, mais aussi sur un fouillis en apparence inextricable de notes, articles, critiques, revues de presses, textes d’interventions …

Il faut être allé chez Claude pour comprendre. Vous allez bosser, prenons un exemple, sur une présentation du polar latino-américain. Au bout d’une heure, effaré, vous regardez votre montre, vous percevez que vous n’avez rien écrit, et que Claude vous a montré ses dernières acquisitions en DvD, le roman dont vous n’aviez jamais entendu parler d’un auteur américain dont a été tiré un polar mexicain, vous a fait écouter de vieilles musiques de film, vous a dégotté un article de 1975 sur un journalistes uruguayen qui est devenu auteur de polar … Vous vous affolez, vous lui dites que dans un heure il faut être prêt, vous flippez, puis vous oubliez quand il vous raconte comment il a rencontré Chavarria ou bu un coup avec Montalban … Et finalement, tout se passe bien parce que  … parce que c’est Claude. Ben Claude Mesplède, chroniques, fictions, entretiens, essais chez Krakoen, c’est ça. C’est un peu comme aller chez lui, et on ne voit pas le temps passer.


guerif

L’autre essai passionnant c’est Du polar, très long entretien entre François Guérif et Philippe Blanchet. Qui connait un tout petit peu le catalogue Rivages, et les ouvrages sur le cinéma signés François Guérif, n’est pas vraiment étonné de lire des avis d’une rare pertinence, et des analyses passionnantes sur le roman et le film noirs, de Jim Thompson à Jean-Hugues Oppel, en passant par Robin Cook, James Ellroy, Paco Ignacio Taibo II ou Manchette. Son travail parle pour lui, François Guérif est un très grand du polar en France. Ce qui n’était pas forcément prévisible pour qui ne le connait pas personnellement, c’est que, soit c’est un grand conteur, soit Philippe Blanchet est un magnifique interviewer … Soit plus vraisemblablement les deux. Ce recueil c’est un peu comme les noix de cajou. Vous commencez, vous vous dites que vous allez lire juste un chapitre, puis vous en lisez un autre, puis un autre … Jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. La différence avec les noix de cajou, c’est qu’au lieu de faire grossir ça rend intelligent.

 


Claude Mesplède / Chroniques, fiction, entretiens essais, 1982-2012 Volume I, Krakoen (2013). François Guérif et Philippe Blanchet / Du polar, Rivages (2013).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article

commentaires

Guillome 25/06/2013 21:57


le bouquin de guérif est passionant. j'ia noté plein de titres de romans que je n'ia pas lu. et coup de coeur pour les passages sur Manchette, écrivian que j'affectionne particulièrement.

Jean-Marc Laherrère 26/06/2013 00:10



Passionant effetivement. dans le genre pistes de lecture je conseille aussi Une brève histoire du roman noir de l'incontournable Pouy. Une mine.


http://actu-du-noir.over-blog.com/article-27481132.html



Hannibal le lecteur 30/05/2013 16:43


Quoi ? Les noix de cajou ça rend intelligent ? :P
J'ai acheté "Du polar" mais j'ai pas encore mis le nez dedans. Ca ne saurait tarder...

Jean-Marc Laherrère 30/05/2013 21:39



Oui, et Du polar ça fait grossir.



Laurent V 29/05/2013 10:29


Merci pour ce billet Jean Marc. Cela m'a permis de découvrir le livre de Claude Mesplede que je me suis empressé de commandé via le site de l'éditeur.

Jean-Marc Laherrère 29/05/2013 14:08



De rien, c'était le but.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact