Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 23:01

J’ai beaucoup aimé Un doux parfum, et adoré L’escadron guillotine de Guillermo Arriaga. Quand en furetant dans une librairie j’ai découvert Le bison de la nuit, je me suis rué dessus. Et je suis déçu …

ArriagaGregorio et Manuel sont inséparables. Ils errent dans Mexico, trompant leur ennui par la violence. Ils se sont tatoués sur l’intérieur du bras le même bison, celui dont Gregorio sent le souffle sur sa nuque, la nuit. Tania est leur maîtresse. Gregorio entraîne le trio dans sa folie … Jusqu’à ce que Gregorio se suicide. Mais il a laissé derrière lui ce qu’il faut pour que Manuel et Tania ne puissent pas reprendre une vie normale, et, depuis sa tombe, les attire tous les deux sur son territoire, celui du bison de la nuit.

Ses lecteurs le savent, Guillermo Arriaga sait écrire, sait construire des personnages, sait passer d’un univers à l’autre.

Mais là j’avoue qu’il me laisse froid. Je n’arrive pas à m’intéresser aux personnages. Je devrais ressentir la douleur de leur folie, compatir à leurs pertes, craindre pour leur raison. Rien. Je ne comprends pas ce qui les anime. Je ne rentre pas dans leur désoeuvrement, dans leur ennui, dans leur dérive. Je lis, je ne m’ennuie pas vraiment, mais je m’en fiche un peu.

Est-ce parce qu’au fond le thème de ce nouveau roman m’indiffère ? L’auteur a-t-il voulu cette distance ? Ou s’est-il un peu raté ? Je ne saurais le dire. Je suis curieux de lire d’autres avis. Et malgré cette petite déception, j’attends toujours avec impatience ces nouvelles traductions.

Guillermo Arriaga / Le bison de la nuit  (El buffalo de la noche, 2002), Seuil/Points (1998), Traduit de l’espagnol (Mexique) par François Gaudry.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars latino-américains
commenter cet article

commentaires

lucien cioaca 22/01/2010 13:59


Problème de traduction comme dans bcp de polars ou l'éditeur ne veux pas "mettre le paquet"
Amitiés
Lucien Cioaca


Jean-Marc Laherrère 22/01/2010 18:19


En général Phébus présente de bonnes traductions. Et pour autant que je puisse en juger, les deux autres romans sont bien traduits. Mais c'est aussi une possibilité.
Ceci dit, il est de moins en moins vrai que les grandes maisons d"édition polar ne soigne pas leurs traductions.


christophe 21/01/2010 11:01


J'avais bien aimé mais ce qui m'étonne c'est qu'il ait été repris dans une collection policière...


Jean-Marc Laherrère 21/01/2010 13:23


C'est vrai que, même si c'est assez noir, c'est vraiment à la limite du genre.


Michel 20/01/2010 20:55


Le drame, une série commençant bien, on apprécie l'ambiance les personnages, et vlan ! un nouveau volume et c'est la déroute
vas tu redonner sa chance à cet auteur ?


Jean-Marc Laherrère 20/01/2010 22:39


Oui c'est certain. Ses trois romans sont tellement différents que rien ne peut laisser deviner ce que sera le prochain. Donc je reste curieux et je lirai le prochain.


Cathe 20/01/2010 13:10


J'avais été séduite par "Un doux parfum" et "L'escadron guillotine", du coup je ne me presserai pas à lire celui-ci...


Jean-Marc Laherrère 20/01/2010 14:18


D'un autre côté, c'est peut-être moi qui l'ai "mal" lu.


kathel 20/01/2010 08:52


J'ai beaucoup aimé "un doux parfum de mort" mais je ne note pas celui-ci... Certains auteurs méritent la découverte, mais on ne peut pas réitérer cette découverte sous peine d'être déçu...


Jean-Marc Laherrère 20/01/2010 09:10


Il faut absolument lire L'escadron guillotine, un modèle d'humour noir.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact