Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 22:04

Ca y est, je suis allé au bout, 760 pages. On a attendu, attendu le retour de Harry Hole, on désespérait presque, mais ça valait le coup d’attendre. Juste un conseil, avant d’attaquer Le léopard, le dernier Jo Nesbo, faites un peu de muscu (la bête est lourde), et prévoyez de pouvoir être tranquilles pendant quelques jours …

 

NesboDeux femmes ont été retrouvées, mortes. Tuées par le même assassin selon toute vraisemblance. Et rien ne semble les relier. La police norvégienne rame et décide d’aller chercher son seul spécialiste en serial killer où il se terre, à Hong Kong. C’est là qu’Harry Hole est allé se cacher après l’affaire du Bonhomme de neige.

 

Kaja Solness de la brigade criminelle d’Oslo le retrouve et arrive à le convaincre de rentrer, un peu parce qu’elle est très belle, beaucoup parce qu’elle lui annonce que son père est mourant et désire le voir. Harry revient donc, et la traque commence.

 

Une traque longue et difficile, d’autant plus qu’il se retrouve au beau milieu d’une guerre entre différents services, et sur le chemin d’un policier ambitieux, aimé des politiques et de la presse, qui compte bien devenir le grand patron, à tout prix ; une sorte de réincarnation du glaçant Tom Waaler de L’étoile du diable

 

Plus de sept cent cinquante pages, et pas un instant de trop, pas une seconde d’ennui. D’emblée Jo Nesbo prend le lecteur aux tripes pour ne jamais le lâcher. Pourtant, superficiellement, qu’y a-t-il d’original dans ce thriller ? Un tueur sadique, un flic électron libre aux prises avec ses propres démons, des faux coupables, des fausses pistes, des morts atroces … De nombreux auteurs s’essaient à l’exercice, croyant que les ingrédients « obligatoires » suffisent à faire le succès du roman. Avec les mêmes ingrédients Le chuchoteur (par exemple) est profondément ennuyeux.

 

Alors pourquoi Le léopard est-il exceptionnel ? En premier lieu parce qu’ici les péripéties, les coups de théâtre sont réglés au millimètre, et qu’on se fait avoir à tous les coups ; parce que le suspense est multiple, entre la traque, la guerre entre les flics, les trahisons multiples, les révélations distillées avec une maîtrise incroyable. Jo Nesbo est maître dans l’art de nous montrer une scène, sans en nommer les personnages, et de nous laisser ensuite dans une douloureuse incertitude … Qui est mort ? Qui est l’assassin ? Un procédé casse-gueule, uniquement possible en littérature (impossible au cinéma), mais imparable quand il est bien mené.

 

Ensuite il y a Harry Hole, un personnage exceptionnel, une gueule cassée comme les lecteurs de polar les adorent, que l’on connaît maintenant depuis quelques années, dont l’auteur exploite à merveille les failles et le passé. Avec lui on aime voir les ambitieux, les prêts à tout, les pourris à l’apparence bien lisse, bien propre, en prendre plein le museau. C’est peut-être facile, mais ça fait du bien. Et puis l’émotion passe à tous les coups : sentiments complexes face à la fin de vie de son père, nostalgie des amitiés de jeunesse, amour perdu, et toujours cette peur d’entraîner ses proches dans sa chute inéluctable.

 

Condition sine qua non, les méchants aussi sont réussis. Flics, tueur … et je n’en dit pas plus. Des méchants aussi bien construits que les personnages principaux. Et qui font peur. On tremble avec les personnages, et on sait qu’ils risquent lourd, Nesbo n’ayant pas pour habitude de les ménager.

 

Et puis surtout, il y a cette alchimie de l’écriture qui fait que Jo Nesbo est grand là où d’autres ne sont que des imitateurs plus ou moins doués. Une alchimie que je ne saurais définir, mais qui fait que, le lecteur tourne les pages, tourne, tourne, et, passé un certain point, ne peut plus s’arrêter jusqu’à la fin. Pour se désoler ensuite parce que c’est terminé.

 

Pour compléter, cette interview de l’auteur où il révèle que son roman qui lui tient le plus à cœur est Rouge-Gorge. Il se trouve que dans une série de très très grande qualité, c’est aussi celui que je préfère.

 

Jo Nesbo / Le léopard (Panserhjerte, 2009), Série Noire (2011), traduit du norvégien par Alex Fouillet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars scandinaves
commenter cet article

commentaires

peioloco 26/10/2012 17:44


tout à fait d'accord avec Poupoune..suis très déçu et pourtant j'adore Nesbo et Hole mais là ça fait un peu déjà vu. Le passage africain m'a fait penser à Mankell en moins bien. J'ai eu
l'impression que Nesbo surfe un peu sur cette vague, qu'il se dénature...Les rebondissements sont artificiels et le roman se délaie sur la fin. Il aurait pu avoir 150-200 pages de moins je pense.
J'ai au final, le sentiment d'un polar de commande où l'auteur a mis beaucoup d'ingrédients (trop?) dont certains ne lui correspondent pas mais correspondent à une attente du GRAND public. Où est
passée l'âme?

Jean-Marc Laherrère 26/10/2012 20:00



De mon côté j'avais été un peu déçu par le Nesbo sans Hary Hole, et je me suis régalé avec celui-ci. On verra le prochain ...



thierry 09/07/2012 15:59


Tout à fait d'accord avec vous ! Jo Nesbo est un grand du thriller et malgré l'épaisseur de la bête, le récit ne s'essouffle jamais. Bien à vous.

Jean-Marc Laherrère 10/07/2012 09:22



Jo Nesbo et Deon Meyer sont mes deux préférés actuellement.



poupoune 22/05/2011 17:30



Je me permets de revenir, parce que pour une fois je ne suis pas d'accord ! Je suis pourtant bien accro à Nesbo (à Hole, en fait, j'ai détesté le chasseur de têtes), mais là... C'est du grand
n'importe quoi. Pas crédible une seconde - quelle police dépenserait de telles fortunes pour essayer de récupérer un flic alcoolique au bout du monde ? La même qui dépense les mêmes fortunes
pour envoyer ce même flic à un autre bout du monde suivre une piste d'une enquête sur laquelle il ne doit plus travailler, certes, mais franchement ?! Et cet affreux méchant flic ambitieux est
très en dessous de ce que fut Waaler... Quant au reste... Pour moi, tout est "trop" : trop de rebondissements inutiles, trop d'effets qui ne sont que ça, des effets, trop long, du coup...
Bref : une vraie grosse déception.


Bon : je suis d'autant plus sévère que j'ai vraiment aimé la plupart des précédents, bien sûr... mais voilà : habituée au meilleur, là j'ai eu l'impression de lire un trop long Harlan Coben (avec
mes excuses aux fans de Coben !)



Jean-Marc Laherrère 22/05/2011 18:15



Dommage ... C'est vrai que dans celui-là il ne recule devant rien ... Quant à la comparaison avec Coben ... Ce sont les fans de Nesbo qui vont se vexer !



Meyer Meyer 01/04/2011 08:13



Le grand Nesbo est de retour. J'a crains de l'avoir perdu quand il a commis "chasseur de têtes". En retrouvant Harry, tout s'arrange. Il y a des couples qu'il ne vaut mieux pas séparer
(Mankell/Wallender, Conelly/Bosh, Kerr/Gurntner...).


C'est certes un pavé mais qui est très digeste et qui se lit rapidement. Le livre est excellent, un des meilleurs ( avec Rouge-gorge, L'éétoile du diable et le bonhomme de neige). Je comprends
également les réserves de sisco  mais comme Jean-Marc cela ne m'a pas gêné. 


Personnellement j'ai commencé la série de Harry Hole par Rouge Gorge (sur un conseil  d'un libraire de la fnac ) Je crois que c'est une bonne entrée pour découvrir le personnage.



Jean-Marc Laherrère 01/04/2011 09:39



Entièrement d'accord avec tout ce que tu écris. Et moi aussi j'avais été déçu par le chasseur de têtes.



gogogaga 18/02/2011 11:41



Super critique ! Ils l'ont mis sur la page facebook de la série noire :)


http://www.facebook.com/pages/S%C3%A9rie-Noire/156101494442455?v=wall#!/pages/S%C3%A9rie-Noire/156101494442455


C'est personnellement mon Nesbo préféré avec Le Bonhomme de neige



Jean-Marc Laherrère 18/02/2011 11:50



Merci.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact