Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 12:24

Un premier roman qui, au vu du résumé, ne manque pas d’ambition. Allons-y. C’est Terminal Belz d’Emmanuel Grand.

Grand

Marko est ukrainien. Avec trois autres jeunes, il décide de rentrer illégalement en Europe. Mais quelque part en chemin les truands roumains qui les font passer violent la jeune femme qui est avec eux. Les trois hommes réagissent, tuent un des passeurs et partent avec le camion et l’argent du passage. Marko se retrouve à Lorient, sans papier, à la merci des policiers et poursuivi par un tueur de la mafia roumaine. Il trouve un boulot de marin sur l’île de Belz, auprès de Joël Caradec, patron pêcheur grande gueule qui a perdu son fils en mer. Une embauche qui ne plait guère aux autres iliens, et voilà Marko, en plus, en butte à l’hostilité des autochtones. Quand un pêcheur des plus revendicatifs est retrouvé mort, et que les vieilles légendes semblent resurgir, la situation de Marko s’assombrit encore plus …


L’ami Yan a aimé, Christophe Laurent est plus dubitatif, je me situerais entre les deux, avec quand même une tendance à pencher du côté du scepticisme.


Ca part très bien. Le démarrage de l’histoire dans ce camion, la claustrophobie (dès le départ), la violence des passeurs et la fuite. L’arrivée sur l’ile, la description de son quotidien, sa géographie particulière, ses habitants. Ça aussi ça part bien.


C’est ensuite que je trouve que le roman ne trouve pas sa voie, que la mayonnaise ne prend pas tout à fait : Pour commencer la traque par le tueur de la mafia roumaine a du mal à s’intégrer au récit principal.


Ensuite le côté fantastique revendiqué est une excellente idée, mais il est très casse-gueule. Pour un John Connolly qui arrive à distiller l’angoisse sans jamais utiliser le fantastique dans ses résolutions d’énigme, ou un Marc Behm qui fait résolument le choix de choisir un personnage principal « extra-ordinaire », nombreux sont les auteurs qui tombent dans le grand–guignol ou le mysticisme en peau de zébu. Et ici l’auteur n’échappe pas complètement à ces deux pièges même s’il ne tombe pas complètement dedans. Du coup, le fantastique ne fait pas peur, ce qui est quand même un comble, et certaines explications des légendes bretonnes sont un peu longues.


Pour finir, il me semble courir trop de lièvres à la fois. Le flic par exemple a une présence si légère qu’on se demande pourquoi il est là. Le conflit entre Marko et son père décédé également. Et ce qui semble être au centre du récit, à savoir le huis-clos sur une ile isolée du continent par l’enquête n’est pas assez approfondi à mon goût. J’aurais aimé sentir d’avantage la claustrophobie et la montée de l’angoisse. J’aurais aimé douter de la santé mentale des personnages, comme dans Shuter Island (je sais la référence est rude), j’aurais aimé ressentir le vent, le mal de mer, les embruns, la pesanteur des regards …


Au final, un premier roman ambitieux, prometteur, mais qui sur la longueur ne tient pas toutes ses promesses.


Emmanuel Grand / Terminal Belz, Liana Lévi (2014).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

it's me 04/02/2014 17:04


impaire passe et noire


je passe

clément 03/02/2014 19:54


je viens de le terminer et je suis assez d'accord avec ce que tu dis :


en particulier l'aspect trop de lièvres à la fois. Par contre moi c'est la fin que j'ai trouvé un peu en dessous. 
Par exemple elle n'explique pas la sauvagerie du meurtre (ni les conclusions du légiste...)


Mais pour un premier roman c'est prometteur. On voit qu'il a bien étudié les méchanismes de ce genre de roman. 

Jean-Marc Laherrère 03/02/2014 22:58



Ce que j'aime bien de la fin c'est après a résolution, la réaction des iliens. Sinon je suis d'accord avec toi, le meurtre est mal "expliqué".



Norbert 01/02/2014 17:26


Je lui avais déjà offert "Dérive sanglante" de Tapply, qu'il avait bien aimé justement, mais je note pour les autres, merci. Mais au vu de sa réaction quand il a appris que c'était une série, je
crois que je vais devoir continuer à lui fournir du Longmire en parallle ! ;)

Jean-Marc Laherrère 01/02/2014 23:16



Tu peux.



Norbert 01/02/2014 16:24


Pour Noël, j'ai offert "Little Bird" de Craig Johnson à mon père (il aime les polars, mais il est aussi pêcheur à la mouche et il aime quand ça se passe dans les grands espaces, par exemple).
Verdict : "Putain, je me suis régalé !"  Maintenant, à moi de m'y mettre !

Jean-Marc Laherrère 01/02/2014 16:36



Alors tu peux aussi lui offrir les trois romans de Taply, et Rivière sanglante de Tenuto, toujours chez Gallmeister !



Mary 01/02/2014 14:35


J'en ai effectivement beaucoup entendu parler, mes collègues sont mitigées mais se rejoignent sur le fait que l'auteur est prometteur. Je ne l'ai pas encore ouvert, mais je m'impatiente. J'aime
bien quand les livres partagent, et l'ambiance a l'air travaillée, même si elle a l'air d'être un peu bancale parfois. Avant, cependant, j'attends Craig Johnson!

Jean-Marc Laherrère 01/02/2014 15:37



Craig Johnson c'est du 100 % certain ! Bientôt le prochain.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact