Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 22:59

J’ai déjà écrit ici et   et tout le bien que je pense de John Connolly. Et bien, à l’occasion de la sortie de son dernier roman Les murmures, je recommence. Et à force, je finirai bien par vous convaincre de le lire.

 

ConnollyLe Maine, au nord-est des Etats-Unis. La frontière avec le Canada est une vraie passoire. Drogue, immigrés clandestins, armes … Tout passe et repasse. Depuis peu, de nombreux anciens soldats d'Irak se sont installés dans la région. Ils y ont apporté un nouveau trafic : celui des œuvres d'art anciennes volées au musée de Bagdad. Ils ne savent pas que, parmi ces trésors, se cache un objet très anciens, très précieux, très … dangereux. Et les suicides commencent. Chargé d'enquêter sur l'un de ces soldats, Charlie Parker, ex flic devenu privé va se trouver sur les traces d'un Mal aussi vieux que l'humanité. Un Mal qu'il n'est pas le seul à traquer.

 

Le hasard de mes lectures fait que pour la première fois je m’aperçois combien les univers de John Connolly et de James Lee Burke sont proches. Et nouveau hasard, dans cet opus, Charlie Parker, pour passer le temps, lit un roman de James Lee Burke. Je me suis même demandé comment je ne m’en étais pas rendu compte plus tôt.

 

Les deux ont un personnage récurrent hanté par ses démons, par ses morts, et par les morts de l’Histoire qui ne les laissent jamais en paix. Les deux doivent en permanence (ou presque) lutter contre leur propension à la violence. Les deux ont des amis … peu conventionnels (même si Louis et Angel sont un poil plus bizarres et imprésentables que Clete Purcel). Les deux affrontent souvent un mal métaphysique. Les deux auteurs aiment pimenter leurs romans d’une pointe de fantastique (plus prononcée chez Connolly). Enfin les deux auteurs excellent dans les descriptions poétiques de la nature, plus inquiétantes chez Connolly, plus lyriques chez Burke …

 

Ce qui n’empêche pas des différences, la plus importante à mes yeux étant que Connolly n’a pas, comme Burke, un attachement viscéral à une région.

 

Et puis, un dernier point, les deux sont deux sacrés auteurs ! Et ce nouvel épisode des aventures de Parker en est la preuve, avec tous les ingrédients habituels : une solide histoire, un suspense parfaitement maîtrisé, des personnages que l'on a plaisir à retrouver (comme ses amis Louis et Angel, ou Le Collectionneur, vieille connaissance …) des dialogues qui claquent (surtout quand Angel et Louis sont de la partie) et une pincée de fantastique pour épicer le tout sans pour autant tomber dans la facilité.

 

Et c’est une grande force de Connolly ce tour de main pour assaisonner au fantastique. Car si, indéniablement, des forces « hors normes » et des créatures pas franchement réalistes interviennent, l’auteur ne se permet aucune facilité de scénario, et aucun élément de résolution ou d’action n’est fantastique. Tout pourrait n’être qu’une vision de l’esprit des personnages, l’effet d’une folie passagère, un cauchemar très réaliste … Même si le lecteur SAIT que le machin là, existe pour de vrai … dans le roman. Juste un frisson de plus, une pincée lovecraftienne au pays des hardboiled. J’adore ça !

 

Cette fois l'histoire sert de toile de fond à une réflexion sur le traumatisme des guerres, les blessures visibles ou pas qu'elles génèrent, la façon dont les anciens soldats sont accueillis en rentrant chez eux. Des thèmes récurrents aux US, qui semblent montrer que les choses n'ont guère évolué depuis le siècle dernier.

 

Bref, un roman puissant, original et instructif, en un mot passionnant. De quoi, j’espère, vous donner envie de lire tous les John Connolly.

 

John Connolly / Les murmures (The whisperers, 2010), Presses de la Cité/Sang d’encre (2011), traduit de l’anglais (Irlande) par Jacques Martichade.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars irlandais
commenter cet article

commentaires

delphine 23/04/2016 14:29

JAMES LEE BURKE etCONOLLY, j'adore ,je suis totalement accro, j'ai tout lu de leurs romans:ROBICHAUXest le hero justiciè associé a Purcell emblématique ;PARKER est l'archange voila pourquoi le surnaturel!je vous conseille aussi PATERSON et son ALEX CROSS et dans la même veine HARLAN COBEN avec son BOLITAR avec son accolyte décalé WIN HORNE! que du bonheur!

aufray 18/01/2016 11:33

BONJOUR
je souhaiterai découvrir cet auteur. Quels sont les premières lectures que vous me conseilleriez ?
merci

sylvain 29/03/2015 17:37

j'adore la série charlie parker.malheureusement je n'arrive pas à trouver la traduction française du douzième un loup en hiver.a t il été traduit?

Benoit 24/11/2011 19:25


mais j'ai aimé en effet ces "dialogues qui claquent"

Jean-Marc Laherrère 24/11/2011 21:13



Ca vaut peut-être le coup d'en essayer un autre ...



benoit 24/11/2011 16:46


Suivant vos conseils je viens de finir "Tout ce qui meurt" et bien qu'impressionné par le scénario, il manque, à mes yeux, ce quelque chose qui fait qu'on accroche vraiment à un auteur. Les
descriptions du bayou sont bien pâles par rapport à celle de Burke et la profondeur des personnages manquent cruellement. Je m'y retoure beaucoup mieux avec Daniel Woodrell par exemple, pour
rester chez les auteurs contemporains. Just my opinion.

Jean-Marc Laherrère 24/11/2011 17:57



Une opinion tout à fait défendable ...


J'avoue que j'ai été dans un premier temps impressionné par l'histoire, et que roman après roman je me suis attaché aux personnages.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact