Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 23:16

Ils reviennent ! Qui ? Patrick Kenzie et Angela Gennaro pardi. Nos deux privés préférés, que l’on croyait à jamais perdus pour le polar. Dennis Lehane les a repris dans Moonlight Mile. Un vrai bonheur. Je sais, des esprits chagrins ne manqueront pas de dire que ce n’est pas le meilleur Lehane, et ils auront raison, ce n’est pas le meilleur. Moins dense et effrayant que Ténèbres prenez-moi la main ou Gone, baby gone. N’empêche que c’est quand même un bon cru. Et qu’un bon cru de Lehane vaut pas mal d’autres choses que l’on peut lire. Et puis c’est tellement bon de les retrouver !

 

LehaneIl y a treize ans, Patrick Kenzie et Angela Gennaro retrouvaient Amanda McCready, gamine de quatre ans enlevée à sa mère. Une mère indigne, qui ne s’occupait jamais d’elle. C’était Gone, baby gone. Elle avait été enlevée par des flics qui avaient décidé de court-circuiter la justice et les services sociaux pour confier les enfants qu’ils considéraient (souvent à juste titre) comme maltraités à des couples qui s’en occuperaient correctement. Patrick et Angela avaient donc retrouvé Amanda, et l’avait rendue à sa mère indigne, inconsciente, indéfendable …

 

Aujourd’hui Angela fait des études, Patrick travaille au coup par coup, sous payé, pour une grosse agence d’enquêtes privées au service des plus riches. Ils ont une fille de quatre ans … Ils tirent le diable par la queue et Patrick n’aime ni son travail, ni les gens à qui il profite.

 

C’est sans doute pour cela que, lorsque la tante d’Amanda vient leur dire que la jeune fille qui a aujourd’hui 17 ans a une nouvelle fois disparu, Patrick accepte de la chercher de nouveau. Au risque de perdre toute possibilité d’emploi fixe, au risque de mettre sa famille en danger.

 

Ils reviennent donc pour notre plus grand bonheur. Quel plaisir de les retrouver, de voir comment ils ont vieilli (et nous avec) de retrouver leurs dialogues inimitables, leur humour, leur amour et leur rage toujours intacte. Car s’ils ont pris quelques années, s’ils sont moins casse-cou (ayant beaucoup plus à perdre), si les courbatures font mal plus longtemps, on les aime toujours autant. Quel plaisir de revoir l’abominable Bubba, sur qui les années ne semblent pas avoir de prise.

 

Quel plaisir de voir que Dennis Lehane n’a rien perdu de son talent de dialoguiste. Les répliques claquent, les personnages ont le sens de la formule, et certaines scènes de dialogue, comme celle entre Patrick et trois adolescentes typiques ayant plus de dollars dans leur compte en banque que de mots à leur disposition vaut son pesant de cacahouètes.

 

Quel plaisir aussi de voir que l’auteur n’a rien perdu non plus de son indignation face aux injustices, toujours plus flagrantes, toujours plus rageantes. Car comme toujours, en toile de fond d’une histoire haletante, il dresse le portrait de sa ville et de ses habitants. De gens paumés, laminés par la crise économique, complètement désemparés quand le sacro-saint profit, l’évangile des gagnants, le Dieu marché auxquels ils avaient cru, qu’on leur avait vendu s’est écroulé et les a laissé sans rien.

 

Ce désarroi, cette panique, ce désespoir baignent le roman, mais ne le dominent pas. Car Patrick et Angela, comme leur auteur, restent fidèles à certaines valeurs et ne sont pas prêts à faire n’importe quoi pour s’en sortir.

 

« Mes joies l’emportent sur mes peines » déclare Patrick à la fin du roman. Cela vaut aussi pour le lecteur.

 

Dennis Lehane / Moonlight Mile (Moonlight Mile, 2010), Rivages/Thriller (2011), traduit de l’américain par Isabelle Maillet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

Sophie 03/10/2011 17:28



comme on fermerait doucement une porte quand quelqu'un dort...



Jean-Marc Laherrère 03/10/2011 22:36



Exactement.



Sophie 03/10/2011 14:15



je viens de le terminer : la toute fin un peu tiède me laisse un peu sur ma faim...



Jean-Marc Laherrère 03/10/2011 16:16



C'est vrai que c'est une fin ... de non recevoir. Une façon, un peu décevante pour les fans, de clore définitivement la série.



clement 28/08/2011 21:20



Pour le coup Lehane ne m'a pas du tout convaincu. L'intrigue est quand même vraiment faible. Heureusement il y a quelques lignes de critique sociale au détour de certains paragraphes...


Cette déception vient surtout du fait, je pense, que j'ai Tenebres, prenez moi la main en anglais quelques semaines avant. La différence est flagrante.


Un petit mot sur la traduction. Isabelle Maillet fait d'habitude un travail formidable sur les romans de Lehane.


Dans Moonlight Mile j'ai l'impression qu'elle s'est relachée et a manqué le coche pour ce qui est des dialogues avec les jeunes (le reste est réussi)


Un exemple : traduire 'bro' par 'pelo' m'a laissé abasourdi. Je me suis amusé à comparer la traduction des 10 premières pages avec le texte original et j'ai constaté que les dialogues où un jeune
homme parle ne sont pas bien rendu en français. Je ne dis pas que c'est facile pour autant.



Jean-Marc Laherrère 01/09/2011 16:14



C'est certain qu'à côté de Ténèbres c'est un peu léger. Quand à la traduction, mon anglais est bien trop scolaire pour que je puisse en juger ...


Je crois que j'ai apprécié, aussi, parce qu'il y avait très longtemps que j'attendais de les retrouver.



meyer meyer 21/07/2011 00:08



C'est vrai pas lez meilleur Lehane (on est loin du pays à l'aube ou de gone baby gone) Mais la lecture est très agréble et le livre est vraiment  très bien jusqu'aux 30-40-50 dernières pages
qui gâchent un peu le roman. c'est dommage de finir par ces pages car on reste sur une impression mitigée alors que l'enthousiasme n'était pas loin. Pour autant je ne peux pas conseiller de
commencer par la fin...ça risque d'être pire.



Jean-Marc Laherrère 24/07/2011 20:54



La fin ne m'a pas géné ... je suis peut-être trop fan et trop indulgent avec Lehane.



veronique 09/06/2011 23:15



je suis triste car je n'ai pas aimé et ai eu même du mal à finir ce livre alors que Lehane est un de mes auteurs favoris, l'ennui ressenti  et l'impression de ne pas reconnaître mes 2 heros
m'a fait appréhender mes retrouvailles avec Vargas mais là pas de déception, du coup je relis l'avant l'avant dernier...........



Jean-Marc Laherrère 09/06/2011 23:29



Dommage, je comprends votre tristesse.


Et je viens d'attaquer le Vargas, un vrai régal.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact