Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 20:00

Le facteur sonne toujours deux fois, façon islandaise. Ca s’appelle Bettý et c’est signé Arnaldur Indridason.

 

Indridason BettyDès le départ on sait que ça se termine mal (le narrateur est en prison). Dès le départ, avec Le facteur sonne toujours deux fois en exergue, on sait de quoi il s’agit. Le couple, l’amant, le mari mourra. Dès le départ il y a une femme fatale, Bettý. A partir de ce point de départ très classique, connu de tous les amateurs de polars, Indridason tricote son histoire à sa façon, et vous réserve quelques belles surprises.


Je trouve Christine Ferniot  bien dure qui sous-titre son papier : « Circulez, y a rien à lire … »


Certes ce court roman n’a pas la densité et la puissance émotionnelle des meilleurs romans de la série Erlendur. On n’y retrouve pas non plus la description d’un pays, l’Islande, que le lecteur a petit à petit appris à connaître.


On est ici, clairement, dans l’exercice de style. Ceci dit, si on considère que c’est l’épreuve des figures imposées, Indridason n’est pas loin de mériter un 10.


Il sait innover dans les limites imposées et nous surprendre alors qu’on croit tout savoir à l’avance. Les personnages sont attendus … jusqu’à un retournement de situation assez bluffant, qui m’a amené à revenir en arrière sur plusieurs pages pour voir si j’étais passé à côté de quelque chose ou si l’auteur avait un peu triché. Retour en arrière qui débouche sur la conclusion que l’auteur a fait très fort !


Donc un gros plaisir de lecture, sans complication mais avec une certaine admiration pour le tour de force … Vous ne comprenez pas vraiment ce que je veux dire ? Une solution, lisez le roman, tout deviendra clair.


Arnaldur Indridason / Bettý (Bettý, 2003), Métailié (2011), traduit de l’islandais par Patrick Guelpa.


PS. C’est Yann qui a trouvé le meilleur titre de chronique, qu’il soit maudit.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S

Je rajoute que j'ai eu une longue conversation avec le traducteur, par mail, puis posté sur le blog, à l'article sur "Betty", parce que le travail a du être coton, et c'est du super boulot. Vous
pouvez donc lire ses explications sur mon blog.
Répondre
J


Je vais aller voir ça. Merci.



S

Pffff !  Moi je trouve que ce livre est excellent, les critiques, je les em....Marre à la fin ! Ils nous font acheter des trucs avec lesquels on ferait bien des cocottes en papier, tellement
on s'ennuie ! Ferniot, c'est Télérama, non ? 


Je lis ici : "gros plaisir de lecture", et alors ? c'est ça qui compte, non ?


"Betty" est un super bouquin, bien foutu, et qui en plus, dit des choses intelligentes, là !
Répondre
J


Nous sommes bien d'accord.



M

Comme tout le monde je n'ai rien vu arrivé. Comme ma charmante épouse et Jean-Marc, je suis reourné quelques pages en arrière pour voir si je n'avais rien loupé.


Il y a bien un indice mais je m'étais dis que c'était une spécificité islandaise. Je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher le plasir des futurs lecteurs.


En tout cas je serai curieux de voir si quelqu'un ose une adaptation cinématographique (s'il réussit, eh bien chapeau !)


J'ai pris beucoup de plasir à la lecture de ce court roman où l'on évoque même l'ami Erlandur dans son enquête de l'homme du lac.
Répondre
J


Houla une adaptation ciné, je vois pas bien comment c'est possible ...



L

Terminé et totalement bluffé. L'auteur ma eu !! :)
Répondre
J


Je crois qu'il a eu tout le monde.



L

Je suis en plein dedans et les pages se tourne toute seule tellement c'est bien écris et concis. J'ai hâte de le terminer pour connaître ce twist mais dans un autre sens pas presser non plus pour
rester avec Betty qui m'a envouté. :) 
Répondre
J


Hihi ... Bonne surprise.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact