Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 21:16

J’aime beaucoup Heredia et son chat Simenon, les personnages du chilien Ramon Diaz Eterovic. Ils font partie de la grande famille des enquêteurs hispanos, au côté de Mario Conde, Mendez, Hector Belascoaran Shayne, et bien entendu leur papa à tous, Pepe Carvalho. Il reviennent dans L’obscure mémoire des armes.

 

Diaz

Les affaires ne vont pas fort pour Heredia, le privé mélancolique de Santiago du Chili. C'est pourquoi il n'est pas mécontent d'enquêter sur la mort de German Reyes, abattu à la sortie de son travail par deux malfrats. La police a très rapidement conclut à un vol ayant mal tourné, mais la sœur du défunt est certaine que son frère n'est pas mort par hasard.

 

Très vite deux pistes se présentent à Heredia : Il s'aperçoit qu'il se passent de drôles de choses autour du magasin où travaillait German. Mais surtout, il s'avère que celui-ci, qui avait subi la torture dans les centres policiers de Pinochet, faisait partie d'une association visant à retrouver les tortionnaires ayant échappé à la justice. Les fantômes de la dictatures sont toujours là, et ils sont toujours dangereux.

 

Un roman dans la lignée de la série. Déconseillé à ceux qui veulent de l'action à tout prix, de la castagne et des retournements de situation à toutes les pages. Parfait pour ceux qui ont envie de déambuler dans Santiago avec Heredia au rythme des vers de ses poètes préférés, de ses arrêts dans les bars et les restaurants, et de ses discussions avec ses quelques amis fidèles.

 

Ce qui n'empêche pas Diaz Eterovic de faire avancer son intrigue et, au fil des pages, de faire remonter du passé les horreurs de la dictature.

 

« Même si les cérémonies publiques et les déclarations convenues essayaient d’enterrer le passé, celui-ci continuait à se glisser par les fissures d’une société habituée aux apparences, aux décors trompeurs et aux compromis en coulisse. Le passé était une blessure qui n’avait jamais été complètement désinfectée et laissait échapper sa pestilence à la moindre inadvertance. »

 

Heredia fait partie de ces personnages latino-américains qui ne lâchent jamais, prennent des coups, se sentent de plus en plus en marge du monde, mais n'acceptent pas pour autant de renier leurs convictions, leurs valeurs, celles pour lesquelles tant de leurs camarades de jeunesse sont morts.

 

Et puis, il parle avec son chat et avec un « Scribouilleur » qui s’inspire de ses enquêtes pour ses romans policiers. Boit un verre plus souvent qu’à son tour. Lit les poètes, Simenon, Wilkie Collins, Carver, Soriano ou Dick, va voir La soif du mal et écoute des tangos et Ben Webster … Comment ne pas l’aimer ?

 

 

 

 

Ramon Diaz Eterovic / L’obscure mémoire des armes (La oscura memoria de las armas, 2008), Métailié (2011), traduit de l’espagnol (Chili) par Bertille Hausberg.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars latino-américains
commenter cet article

commentaires

Julie 05/05/2011 20:48



Complètement sous le charme d'Heredia... Et fan de Simenon...



Jean-Marc Laherrère 06/05/2011 12:25



Une de plus ! tant mieux.



Sisco 28/03/2011 18:38



Je l'ai bien aimé ce Diaz-Eterovic, un très bon rythme et une intrigue effrayante. C'est ce que j'aime dans le polar : avoir des infos sur des pays trop peu connus ou encore des dessous d'infos.
Vraiment très bien. Jean-Marc je me permets si tu veux bien une petite auto promo sur un tout nouveau et modeste blog que je viens de créer avec un collègue, où l'on a notamment fait une
rencontre avec Mankell


http://lebloglivres.nicematin.com/



Jean-Marc Laherrère 28/03/2011 22:10



L'annonce d'un nouveau blog consacré aux livres est toujours une bonne nouvelle. Bienvenue et longue vie.



cynic63 25/03/2011 07:50



Pour les Auvergnats, ça se passera par là:


http://www.48h-du-polar.fr/29-mars-rencontrededicace-avec-ramon-diaz-eterovic/



Jean-Marc Laherrère 25/03/2011 09:05



Merci pour le lien et excellent festival.



christophe 23/03/2011 12:23



Yes il sera avec Ramirez, dont le livre est excellent et Ignacio Del Valle, ça c'est le grand débat le samedi aprèm'


ensuite, des duos polar : Granotier/Descott et Sanders/Claude...


voili voilà...



Jean-Marc Laherrère 23/03/2011 12:52



Sacré programme que voilà.



christophe 23/03/2011 11:59



Pour les bordelais, Ramon Diaz Eterovic sera au salon de Bordeaux le premier WE
d'avril et pour ceux que ça intéresse, même si ça date, j'avais interviewé l'auteur (traduction de Jean-Marc, d'ailleurs) c'est ici



Jean-Marc Laherrère 23/03/2011 12:04



Merci pour l lien et l'info.


Je crois avoir lu quelque part qu'il sera en compagnie de Sergio Ramirez dont je suis en train de lire le polar traduit chez Métailié.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact