Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:46

Raúl Argemí n’était pas à Toulouse cette année. Mais il y était l’an dernier et m’avait dit que Patagonia Chu Chu était en cours de traduction. J’ai donc attendu près d’un an avant de l’avoir dans les mains. Ici, il est devenu Patagonia Tchou-Tchou. Et ça valait le coup d’attendre, c’est un de mes gros coups de cœur de la rentrée.

 

ArgemiAguada Requena, Patagonie. Deux hommes montent dans la Trochita, ce petit train à vapeur qui parcourt quatre cent kilomètres au milieu de nulle part, unique lien avec le reste du monde pour les gauchos qui vivent là. Ils s’appellent Butch Cassidy et Juan Battista Bairoletto et s’apprêtent à prendre le train en otage, pour délivrer Beto, le frère de Butch qui va monter un peu plus loin pour être transféré de prison. En réalité, il s’agit d’un marin et d’un conducteur de métro au chômage.  Et rien ne va se passer comme prévu. Tout sera plus compliqué, plus fou, plus grand.

 

Un roman furieusement argentin qui donne envie de partir immédiatement pour la Patagonie, même si la Trochita ne roule plus, et de se perdre dans son immensité pour rencontrer, en vrai, des personnages aussi fous, aussi généreux, aussi magiques. On sourit, on rit, on a la larme à l’œil, on s’indigne, on tremble, on s’enthousiasme avec l’équipe de bras cassés magnifiques que Raúl Argemí a inventés. Et on pleure à la fin de les laisser, on aurait bien continué ainsi, des jours durant.

 

Entre temps, on a admiré les paysages désolés mais grandioses de Patagonie, on a senti l’odeur de la viande grillée, on a vibré à un match de foot surréaliste, on a eu envie de massacrer une pourriture de sénateur en tournée de campagne électorale, on s’est ému d’amours naissantes … Bref, on a vécu intensément.

 

On a aussi réfléchi sur cette région à part, terre d’anarchistes et d’indiens, terre d’utopies et de répressions sanglantes, terre qui attire les fous, comme ce gascon qui se déclara Roi de Patagonie, terre pour se perdre, ou se retrouver, terre de violence et de solidarité. Un décor hors norme, pour des histoires hors du commun.

 

Merci à Raúl Argemí de nous régaler ici avec une de ces histoires, vaste et lumineuse comme le ciel de Patagonie, triste et tendre comme un tango, qu’on termine avec un nœud dans la gorge et le sourire aux lèvres.

 

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur la Trochita (en français), et sur Juan Battista Bairoletto (en espagnol). Je ne vous ferai pas l’injure de vous renvoyer à des liens sur Butch Cassidy …

 

Une fois de plus, nous sommes d’accord avec Jeanjean

 

Raúl Argemí / Patagonia Tchou-Tchou (Patagonia Chu Chu, 2005), Rivages/Noir (2010), traduit de l’espagnol (Argentine) par Jean-François Gérault.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars latino-américains
commenter cet article

commentaires

Nathalie Nédélec-Courtès 25/02/2011 16:24



Oui, ils sont vraiment formidables, il n'y a pas de meilleur remède contre les coups de blues. J'ai eu un immense plaisir à les traduire.


Nathalie



Jean-Marc Laherrère 25/02/2011 16:26



Je crois que je vais les lire moi aussi ...



Nathalie Nédélec-Courtès 25/02/2011 15:55




Bonjour,


Si vous avez des enfants, je vous conseille vivement "Léon contre la sorcière et le voleur de parapluies", premier
volet des aventures de Léon Levalian et de son vieux cheval Vent Véloce, surnommé Le Lambin : humour et bonne humeur garantis pour les enfants... et aussi les parents ! Avec, entre autres, Yann
Milœil, un pirate borgne à vélo, pour qui jurer est une seconde nature, "Cornes de bouc et vieille crevette !", et le redoutable Jean Bonneau de Canigou, caparaçonné des pieds à la tête
d'une armure en fer noir, juché sur sa mule Salecaboche à l'air de vache enragée. À lire sans restriction de 9 à 99 ans !


Nathalie, traductrice de "Léon"






Jean-Marc Laherrère 25/02/2011 16:10



J'ai des enfants ... et comme la maman est argentine, ils ont la chance d'être bilingues. Donc je leur ai acheté, lors d'une passage à Barcelone, El ladron de paraguas et sa suite en espagnol.


Mais je suis enchanté d'apprendre qu'ils ont été traduits, ce qui me permettra de les conseiller et/ou de la offrir à leurs copains.



christophe 19/10/2010 13:40



Et oui, Yann et Jean-Marc, vous devriez faire un blog à quatre mains, non ? 




Jean-Marc Laherrère 19/10/2010 15:14



ON en a parlé, puis la flemme, et on continue comme ça.



Guillome 19/10/2010 12:41



j'avais beaucoup aimé "Les morts perdent toujours leurs chaussures". Je viens de me procurer celui-ci, je savoure déjà !



Jean-Marc Laherrère 19/10/2010 15:13



Patagonia Tchou-Tchou est au moins aussi bon, et peut-être même encore meilleur !



jeanjean 19/10/2010 10:40



Décidément, on est synchro ! Et tiens, j'ai vu qu'un roman jeunesse de Raul Argemi devait sortir ce mois-ci, ça s'appelle Léon contre la sorcière et le voleur de parapluies.



Jean-Marc Laherrère 19/10/2010 10:46



Et oui !


Pour le livre jeunesse, j'ai vu qu'il venait d'être publié en Espagne et je comptais l'acheter lors de mon séjour à Barcelone dans 15 jours ... Mais je ne savais pas qu'il serait aussi rapidement
traduit.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact