Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 20:32

L’histoire vraie du Robin de bois hongrois, mais un Robin des bois qui ne commet ses braquages que rond comme une queue de pelle, chargé au whisky, voilà qui est tentant. C’est La ballade du voleur au whisky, de Julian Rubinstein.

Rubinstein

Attila Ambrus fait partie de la minorité hongroise de Transylvanie (Roumanie) opprimée (c’est à dire encore plus opprimée que les autres) par le charmant régime de Ceausescu. En 1988 il arrive à fuir son pays et débarque à Budapest où il va devenir l’un des pires goals de l’histoire du hockey sur glace hongrois, ainsi que concierge et homme à tout faire de la patinoire. Il reste un paria et un espion en puissance pour les autorités locales. La chute du mur et le passage au capitalisme le plus débridé ne changent rien pour lui. Il décide alors, devant la corruption généralisée et l’état pitoyable de la police locale de se servir. Il réalisera prêt de 30 braquages en moins de dix ans, et dilapidera tout l’argent volé au casino, en fêtes, voyages luxueux et, bien entendu, bouteilles de whisky. Car Attila ne commet ses braquages que correctement imbibés !


Je suis entièrement d’accord avec l’ami Yan d’encore du noir. Pas grand-chose à voir avec le mélange de Mesrine et de Panthère rose annoncé en quatrième. Par contre oui, c’est l’histoire du passage du communisme au capitalisme le plus sauvage, du pillage par les anciens maîtres politique des ressources du pays, de la corruption généralisée, de la destruction des services publics … Tout cela au travers d’une histoire vraie haute en couleur.


Et je suis encore d’accord avec lui quand il évoque les frères Coen, car c’est bien à leurs équipes de bras cassés qu’Attila et ses complices ponctuels font penser. Avec un côté désespéré et déprimé qui colle avec la situation ubuesque du pays : flics sans expérience, sans matériel, sans budget, politiques et media totalement corrompus, peuple résigné, une fois de plus, à en être réduit à la survie.


L’histoire des personnages se mêle à l’histoire du pays de façon fluide, l’auteur ne donne jamais l’impression de recracher ce qu’il a appris lors de ses recherches. Bref, sans être un chef d’œuvre, un très bon roman qui permet de s’instruire en s’amusant.


Julian Rubinstein / La ballade du voleur au whisky (Ballad of the whiskey robber, 20042), Sonatine (2014), traduit de l’américain par Clément Baude.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

it's me 13/03/2014 11:16


http://www.unwalkers.com/america-desperado-par-jon-roberts-et-evan-wright-livre-culte-et-erudit-pour-les-partisans-de-la-democratie/


 


je l'ai lu, les deux livres n'ont rien à voir du tout.....mais rien.....


le voleur de whikey c'est un plaisantin

Jean-Marc Laherrère 14/03/2014 09:42



Je vais aller vor ça. Merci.



Norbert 13/03/2014 04:23


Dans ce style (enfin... à peu près), j'ai toujours Américan Desperado de Jon Roberts et Evan Wright, paru chez 13è Note, à lire. Bon, ça a l'air plus "barré" dans le sens où le Jon Roberts en
question, qui se ferait presque aduler pour le coup, est quand même le pire produit de ce que peut engendrer la société capitaliste, et en version psychopathe qui plus est ! Parce qu'à part
brasser des tonnes de coke, accumuler les millions de dollars et les dépenser en grosses voitures, putes de luxe, grandes villas, assassiner à tour de bras et "précher" le mal (sans majuscule,
sans connotation religieuse, mais avec la philosophie de la loi de la jungle et du plus fort), on peut trouver mieux quand même comme héros...

Jean-Marc Laherrère 13/03/2014 11:02



Je note, à tout hasard, mais sans grande illusion tant je suis débordé ...



it's me 12/03/2014 10:17


oui mais après le gland il y a le chêne, majestueux !!!


ou la fange aux cochons ^^

Jean-Marc Laherrère 13/03/2014 11:01



Bof, finir en jambon ou chêne, choix cornélien.



Laurent L. 09/03/2014 00:00


Pardon par avance pour mon côté pinailleur mais ce sont les frères Coen pas Cohen. Vos articles sont toujours un régal !

Jean-Marc Laherrère 09/03/2014 20:56



Je suis un gland ! Merci je corrige.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact