Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 17:03

Jo Nesbo est un grand, un très grand. Et Harry Hole est son prophète. Il revient, plus déterminé et plus déglingué que jamais dans Fantôme.

Nesbo

A la fin du volume précédent, Harry Hole un peu plus marqué, était retourné se terrer à Hong-Kong. Rien ne semblait pouvoir le tirer de sa retraite. Le voici pourtant de retour à Oslo. Oleg, le fils de Rakel son grand amour, a été mis en prison, accusé du meurtre d’un dealer. Une accusation à laquelle Harry ne peut pas croire. Après trois ans d’absence il trouve une ville changée, et pourtant égale à elle même. L’héroïne semble avoir été remplacée par une drogue de synthèse, la majorité des gangs de trafiquants ont été anéantis, sauf un, celui de Dubaï, un russe fantomatique que personne n’a vu. Un trafiquant discret, efficace et impitoyable qui semble avoir de très bonnes protections politiques et policières. Et c’est dans cette fourmilière là qu’Harry va donner un coup de pied, sans filet puisqu’il n’est plus rien dans cette ville, sinon le cauchemar de pas mal de flics et de truands.


Pour aller voir derrière la façade de la social démocratie scandinave il y a la façon … scandinave, avec des héros flics à tendance dépressive, respectueux de l’ordre, de la hiérarchie et de la procédure. Cela peut donner de très bons résultats, comme chez Mankell ou Indridason. Des résultats plus ennuyeux chez d’autres que je ne citerai pas … Et puis il y a la façon hard boiled, style yanqui, et là c’est Harry Hole et Jo Nesbo.


Et une fois de plus c’est sacrément, bon, ça déménage et on en prend plein les mirettes. Corruption à tous les étages, castagne, coups de théâtre à répétition, surprises de taille … Je me suis fait mener par le bout du nez du début à la fin. Et quelle putain de fin !


Bref encore un grand, grand thriller signé Jo Nesbo (comme quoi il y a de bons thrillers), un immense personnage, du grand art. Quand j’y pense, je me rends compte que la série Harry Hole est une des rares à n’avoir aucun épisode un peu faiblard, et une des rares à réussir à maintenir un fil conducteur, d’un épisode à l’autre. Vraiment du grand art.


Jo Nesbo / Fantôme (Gjenferd, 2011), Série Noire (2013), traduit du norvégien par Paul Dott.

Partager cet article

Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars scandinaves
commenter cet article

commentaires

Fred 30/04/2013


"Pour aller voir derrière la façade de la social démocratie scandinave"... C'est un peu cliché comme formule. Comme si tous les romans policiers scandinaves, à la façon de ceux de Sjöwall et
Wahlöö dans les années 60/70, avaient nécessairement une dimension politico-sociale. Un roman policier, comme n'importe quel autre genre, s'ancre nécessairement dans une réalité sociale. Pour
autant, la plupart du temps, les romans policiers scandinaves n'ont ni plus ni moins de dimension socio-politique (pour varier la construction de l'adjectif...) que ceux parus dans n'importe quel
pays du monde.Pourquoi faut-il que l'on retrouve toujours ce type de formulation à propos des romans scandinaves ?




P { margin-b


P { margin-bottom: 0.21cm; "Pour aller voir derrière la façade de la social démocratie
scandinave"... C'est un peu cliché comme formule. Comme si tous
les romans policiers scandinaves, à la façon de ceux de Sjöwall et
Wahlöö dans les années 60/70, avaient nécessairement une
dimension politico-sociale. Un roman policier, comme n'importe quel
autre genre, s'ancre nécessairement dans une réalité sociale. Pour
autant, la plupart du temps, les romans policiers scandinaves n'ont
ni plus ni moins de dimension socio-politique (pour varier la
construction de l'adjectif...) que ceux parus dans n'importe quel
pays du monde.Pourquoi faut-il que l'on retrouve toujours ce type de
formulation à propos des romans scandinaves ?

sergio 08/05/2013


Je suis complétement d'accord avec votre analyse. Je viens de terminer le léopard et j'en suis encore sonné. Harry Hole est un flic totalement atypique qu'on est obligé d'aimer par ses attitudes,
ses failures, ses amours impossibles. Je vais reprendre mon souffle avant d'attaquer Fantome.


Mes préférés sont Rouge gorge, le bonhomme de neige et le léopard.


Merci pour votre blog qui me permet de connaître des auteurs et leurs oeuvres.

meyer meyer 22/06/2013


Encore un bon livre de Nesbo. D"accord avec Jean-Marc, la série des Harry Hole n'a pas de maillon faible juste des bons polars avec quelque sommets ( Rouge gorge, l'atoile du diableet le bonhomme
de neige). Le fantôme n'est pas un tel sommet mais reste  tout de même un très bon polar avec une fin surprenante mais je ne vous la dévoilerai pas.  Enfin j'ai relu la fameuse scène (
je pense qu'elle sera fameuse) plusieurs fois pour être sû d'avoir bien compris. J'attends avec impatience Police (déjà sorti en Scandinavie) le tome 10 des aventures de l'"increvable" Harry

nico92 04/08/2013


Je ne sais plus quoi penser de ce roman, que j'ai adoré jusqu'aux dernières pages. Car j'ai été déçu par la fin, que je trouve finalement totalement mélo et peu réaliste. 

jea paul gouin 10/09/2013


je viens de lire Fantome et je suis déçu à la fois de l'histoire et à la fois de votre commentaire.
Après 8 romans d'HH, je ne retrouve pas ce plaisir de lecture, cette richesse du personnage et de la socièté norvégienne, au contraire tout est prévisible, tout se répéte et devient presque
ennuyeux avec d'un côté la toute puissance du Mal qui contrôle tout et qui peut corrompre qui il veut(haut responsable policier!)et de l'autre le HH qui psychote à tour de bras et qui perd à
chaque roman un morceau de sa peau(on l'a laissé en suspension avec des balles dans le corps pour pouvoir mieux resurgir lors du prochain roman déja annoncé), bref la flamme s'éteint petit à
petit, à quand un HH en releveur de fonds chez les chinois de Hongkong par exemple...


bref pour moi un roman passable et à oublier

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact