Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 22:50

J’avais été déçu par le dernier roman, déjà écrit à quatre mains, de Massimo Carlotto. Il revient en grande forme, cette fois avec la complicité de Francesco Abate (que je ne connaissais pas). J’ai confiance en toi est un roman qui risque de vous couper l’appétit …

 

CarlottoGigi Vianello n’est pas un personnage très recommandable. Ancien dealer, ayant fuit la Vénétie après avoir trahi ses associés, il s’est installé en Sardaigne et a ouvert un restaurant haut de gamme. Un restaurant auquel il ne vend surtout pas les produits qu’il commercialise et qui lui rapportent une fortune : poulets infectés chinois, tomates aux insecticides espagnoles, produits de beauté cancérigènes français, blé pollué du Canada … Dans ses filières tout est reconditionné, parfumé, reconstitué … et vendu comme des produits sains dans toute l’Italie. La vie est belle pour Gigi. Jusqu’à ce qu’il rencontre la belle Mariuccia. La très belle Mariuccia. Très belle mais cinglée, et mariée avec quelqu’un qui compte à Cagliari. Et les emmerdes commencent à pleuvoir dru …

 

Finalement, Carlotto n’est jamais aussi bon que lorsqu’il crée de vrais pourris. Si Padana City était décevant, il a retrouvé avec Gigi Vianello un affreux absolument irrésistible. Egoïste, uniquement préoccupé par sa petite personne, dépourvu du moindre sens moral, lâche mais retors, capable de tout pour préserver son confort … Une vraie vérole. Un vrai plaisir de lecture.

 

Qui donne d’autant plus de force à la dénonciation. Pour Gigi et ses associés tout est bon pour faire du fric, tout. Seule restriction, il ne faut pas trop empoisonner les clients, pour ne pas qu’il meurent trop vite, ni trop nombreux. Il ne faut ni tuer la poule aux œufs d’or, ni attirer l’attention du pouvoir.

 

Un petit exemple, parmi tant d’autres ? Voilà : « Le producteur était un de mes clients. Tous les mois, je lui fournissais plusieurs quintaux d’ovoproduits. En provenance d’une entreprise de recyclage des déchets des environs de Turin qui, au lieu d’écouler les œufs pourris, cassés, infestés de parasites, en nettoyait la putrescine et la cadavérine et les transformait en une bouillie conditionnée dans de commodes petits bidons de cinq litres, prêts à être versés dans les pétrisseuses des confiseries industrielles. »

 

Pour couronner le tout, Massimo Carlotto et Francesco Abate, par la voix de leur narrateur, font preuve d’un humour cynique, et d’une lucidité et d’une méchancetés impitoyables quand ils décrivent les travers et le ridicule de la « haute société » de Sardaigne. Un plaisir de plus pour le lecteur.

 

On ne peut donc s’empêcher de sourire, tout en étant effaré. Heureusement que cela ne se passe qu’en Italie, et que des gens comme l’affreux Gigi n’existent pas dans notre beau pays ! Buon apetito !

 

Massimo Carlotto et Francesco Abate / J’ai confiance en toi  (Me fido di te, 2007), Métailié (2010), Traduit de l’italien par Laurent Lombard.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars italiens
commenter cet article

commentaires

Pyrausta 01/02/2011 11:08



j'ai lu 2 livres de Massimo Carlotto.


Dans l'immense obscurité de la mort et puis un autre relatant sa fuite à travers le monde suite à son arrestation pour un meutre qu'il n'a pas commis...le 1ere j'ai adore,le 2eme...bof.


alors celui là me tente bien..il semble jubilatoire,tout en denonçant une fois de plus les derives de l'Italie (enfin..d'une certaine Italie)



Jean-Marc Laherrère 01/02/2011 16:17



Je n'ai pas lu le second, mais je conseille aussi Rien, plus rien au monde.



Nela San 23/06/2010 21:02



Voilà découvert le mystère: Acqua in bocca, parution aujourd'hui en Italie c.a.d. Camilleri avec son Montalbano et Lucarelii avec sa Grazia Negro. Un cadavre à Bologna d'une personne de Vigata.
Je ne peux pas le juger (pas encore lu, meme s'il s'agit seulement de 120 pages), mais bien sur on en est intrigué...



Jean-Marc Laherrère 23/06/2010 23:16



ON attend la traduction avec impatience.



Nela San 15/05/2010 18:54



Eh, bon je sais...c'est la limite d'ecrire mon blog en italien et, par ailleur, la traduction de Google translator c'est parfois ridicule...on espère ds tt façon l'info va arriver.


mais, comme on dit: français et italiens cuisins... le commentaire c'est bienvenu en francais bien sur!


 



Jean-Marc Laherrère 15/05/2010 22:18



Je refuse d'utiliser Gougueuele machin. Du coup je ne comprens pas les papiers en italien ... Donc j'attendrai que l'info nous arrive, en français, castillan ou a anglais !


Amitiés transalpines.



Nela San 14/05/2010 23:00



Roman à 4 mains? Voilà une info...gourmande.


Le nouveau thriller Acqua in bocca, parution 23 juin avec qui? 


Je t'invite à le decouvrir sur mon blog et evtl. à laisser un commentaire.


Bon fds.



Jean-Marc Laherrère 15/05/2010 18:11



J'irai voir, mais mon italien (ou plutôt, ma méconnaissance de l'italien) ne me permet pas de laisser des commentaires !



Richard 11/05/2010 16:01



Comment on fait pour baisser une pile de livre à lire quand on est abonné à tant de super blog intéressants et à des passeurs culturels et littéraires comme toi !!!!


Ma douce moitié s'ennuie de moi et mon libraire sourit toujours à mon arrivée !!!


Au secours !!!! Blogueurs et lecteurs d'expérience !!!!!


Amitiés littéraires !!!



Jean-Marc Laherrère 11/05/2010 16:50



On peut pas. Et d'ailleurs si on pouvait, je commencerais par faire baisser la mienne.


Mais c'est pas ma faute, ce sont les auteurs qui n'arrêtent pas d'écrire de bons livres, et en plus les éditeurs les trouvent et les éditent !


Les mauvaises langues disent que quand le monde va mal le roman noir va bien. Il y a peut-être là un début d'explication.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact