Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 22:41

J’ai toujours sur ma table de nuit un ou deux recueils de nouvelles. Et de temps en temps hop, une petite nouvelle bien noire entre deux gros romans. Mon dernier recueil en date : Les hommes en noir, recueil collectif dont le maître d’œuvre est Frédéric Prilleux.

 

Hommes en noirL’idée de départ est simple : Le foot ! Mais comme nous sommes ici en présence d’auteurs de nouvelles noires, le foot côté sombre. Et qui pourrait, mieux que l’homme en noir, le symboliser ?

 

Résultat, 17 auteurs ont eu la lourde tâche d’écrire 17 nouvelles, centrées sur l’arbitre, et illustrant chacune une des 17 règles du fouteballe.

 

Une question s’impose : faut-il aimer le fouteballe pour apprécier ce recueil ? Réponse : Non. Ce n’est absolument pas obligatoire. Je me fout du foot. Cela fait plus de 20 ans que je n’ai pas regardé un match en entier (non, même pas la finale de 98). Pour tout dire mon dernier souvenir remonte à la demi finale de Séville, ce qui ne me rajeunit pas. Mais j’ai beaucoup aimé le recueil.

 

Faut dire qu’il y a du beau monde :

 

Marc Villard égal à lui-même, met en scène un tueur à gage, et il le fait très bien, avec le sens de la chute qui le caractérise.

 

Jérôme Leroy, égal à lui-même aussi, nous fait très plaisir (enfin me fait très plaisir) en imaginant une façon originale de nous débarrasser de … Mais vous verrez.

 

Michel Pelé (sic !) nous livre une petite politique fiction désagréablement probable.

 

Olivier Thiébaut imagine une façon originale de gagner les matchs.

 

Caryl Férey qui, c’est bien connu, préfère le rugby, propose une explication un peu iconoclaste des bons résultats passés de l’équipe de France.

 

Marcus Malte, égal à lui-même lui aussi, nous livre une très jolie nouvelle noire et nostalgique.

 

Et il y aussi : Jean-Hugues Oppel, Thierry Gatinet, Denis Flageul, Jean-Luc Manet, Thierry Crifo, François Thomazeau, Pierre Cherruau, Annelise Roux, Jean-Marie Villemot, Jean-Noël Levavasseur et Dominique Sylvain.

 

Des noms connus et moins connus, mais tous ont joué le jeu et toutes les nouvelles sont bonnes. Chacun ensuite aura ses préférées …

 

Comment ? Non je ne me suis pas trompé. Pas de texte de Jean-Bernard Pouy ! Faut dire qu’il n’est pas un grand amateur de fouteballe, son truc à lui, c’est le vélo.

 

Colllectif / Les hommes en noir, Les contre-bandiers (2011).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Nouvelles noires
commenter cet article

commentaires

carine-Laure Desguin 12/04/2011 11:15



Oui je comprends mieux, je circule sur les blogs et j'avance un peu. Je note!



Jean-Marc Laherrère 12/04/2011 15:30



Bonne exploration.



carine-Laure Desguin 12/04/2011 07:29



Bonjour ! J'ai découvert votre blog hier. Depuis peu je me prends d'amour pour le roman noir et donc, je circule ...J'ai lu garden of love de Marcus Malte, karin Gieber, Thierry Jonquet (
mygale). J'ai vu sur votre blog le top des 100...J'ai circulé sur plusieurs blogs. Le vôtre est le plus "pédagogique" pour des novices comme moi. Aujourd'hui, je me procure d'autres bouquins.
Peut-être tâter du Didier Daeninckx. Je cherche une définition correcte du noir. Ce n'est pas toujours clair, si j'ose dire! Bonne journée à vous ! Et merci !



Jean-Marc Laherrère 12/04/2011 09:12



une définition du noir ... Vaste question. Il faudrait demander à Claude Mesplède, mais voici un petit élément de réponse.


Historiquement, ce qu'on a appelé roman noir est né aux US avec Hammett et Chandler. Moisson rouge est l'archétype du roman noir : une trame d'enquête (par un privé, des flics, des journalistes
ou tout autre enquêteur) qui sert de fil conducteur à la description d'une réalité sociale. Dans moisson rouge une ville où le patronat a fait appel à la pègre pour casser le mouvement syndical.
Typiquement aujourd'hui le dernier Marin Ledun est un pur roman noir dans la tradition. Les derniers jours d'un homme de Pascal Dessaint aussi. La griffe du chien de Don Winslow encore ...


Maintenant on dit souvent qu'un polar est très noir quand il explore les recoins les plus sombres de l'âme humaine (comme Le poète de Connelly, ou les romans de la série Jack Taylor de Ken Bruen
ou ...).


Mais finalement, si l'histoire est bonne et l'écriture à la heuteur, au diable les classificatinos ...



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact