Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 15:58

Roman d’outre tombe, un de plus du géant Westlake/Stark,  voici donc côté Richard Stark une nouvelle aventure de l’implacable Parker : Argent sale.

Stark

Vous vous souvenez peut-être que dans A bout de course ! Parker et deux complices avaient braqué deux camions pleins de billets, au bas mot, quelques deux millions de dollars. Et qu’ils avaient dû fuir en laissant le magot dans une église désaffectée. Depuis Parker a réussi à échapper aux flics et maintenant, avec l’aide de sa copine Claire il compte bien le récupérer. Mais ça urge, car Nick Dalesia, un de ses complices a été pris par le FBI puis a réussi à s’évader, ce qui veut dire qu’il est aux abois. Et Sandra, une privée chasseuse de prime est sur leurs traces. Il va même peut-être falloir qu’il s’associe avec elle …


Le début du roman est un peu rude pour ceux qui, comme moi, ont un peu oublié les détails de A bout de course. Mais on se remet vite dans le bain, et ensuite c’est toujours aussi bon. Quand il signe Stark, Westlake est d’une efficacité d’écriture qui touche au magique ! Impressionnant de voir comme son style alors est aussi pur et tranchant que celui de son personnage.


Au plaisir habituel, on ajoutera ici celui de l’importance donnée aux personnages féminins, Claire et surtout Sandra qui sont très « léonardiennes », cools et malines comme les meilleurs personnages du grand Elmore. Et avoir pour le même prix l’inflexible Parker et des héroïnes de cette classe c’est le bonheur !


Richard Stark / Argent sale (Dirty money, 2008), Rivages/Thriller (2013), traduit de l’américain par Elie Robert-Nicoud.

Partager cet article

Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

Norbert 03/05/2013


Salut Jean-Marc,


Alors, c'est celui-là, le dernier Parker, ou il en reste encore un ou deux de derrière les fagots ? A moins que je confonde avec Dortmunder et le dernier paru ("Et vous trouvez ça drôle ?")...

Yan 03/05/2013


Entre À bout de course et Argent sale, il y a eu Demandez au perroquet où l'on voyait aussi poindre des personnages mais aussi des dialogues assez leonardiens. Mais on
aura l'occasion d'en reparler, je suis justement en train de rédiger ma chronique!

Yan 03/05/2013


Il reste un Dortmunder (titre original Get Real), et celui-ci est bel et bien l'ultime Parker, paru aux USA en avril 2008, quelques mois avant la mort de Westlake/Stark.

connard le 09/05/2013


c est tout à fait cela, on en a discuté avec le traducteur pierre bondil


hu je le lis maitenant ou j'attend mes vieux jours !!!!


par contre pour james lee burke on a de la marge ^^


je l'ai pas attaqué qui va le chroniquer yan ou toi en premier

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact