Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 14:58

Piergiorgio Di Cara n’est plus un inconnu pour les lecteurs français. Trois romans ayant pour personnage principal le flic anti mafia Salvo Riccobono ont déjà été publiés chez Métailié. Avec Hollywood Palerme il crée un nouveau personnage, qui croise à l’occasion la route de Salvo.

Di CaraPippo Randazzo pourrait presque vivre de ses rentes. Il aurait aussi pu faire de belles et longues études. Il a choisi d’être flic à la Brigade Criminelle de Palerme. Ce soir là, alors qu’il se préparait pour un repas en amoureux, il est appelé sur le lieu d’une crime : Laura Ludovico, mère de famille sans histoires a été sauvagement assassinée chez elle. Rapidement les soupçons se portent sur le mari, mais Pippo et son équipe ont du mal à obtenir les moyens dont ils ont besoin pour leur enquête : A Palerme, c’est l’anti mafia qui a, systématiquement, la priorité.

Voici donc un nouveau personnage tout aussi intéressant que Salvo. Comme les grands maîtres du roman procédural, Di Cara ne se contente pas de décrire ses enquêtes mais le fait vivre sous nos yeux, amours naissantes, relations avec une famille complexe, amitiés de toujours, sorties au cinéma ... Un vrai personnage de chair, de sentiments, que l’on aura plaisir à retrouver.

Autour de ce nouveau personnage il nous offre un polar savoureux, une très belle peinture de Palerme et de ses habitants, des personnages bien campés, et une intrigue qui tient la route.

Contrairement à l’âme à l’épaule, dont il n’a pas l’intensité, la mafia et la peur qu’elle suscite ne sont pas ici au centre du propos. Mais elle pèse quand même sur le roman. Même si elle n’a rien à voir avec l’intrigue, son ombre est présente, en permanence, dans l’architecture du bâtiment des flics qui ressemble à un château fort, dans la tension toujours palpable, dans les conversations entre flics, dans l’aura de ceux qui luttent contre elle …

Palerme, Pippo Randazzo, Salvo Riccobono … avec ça, Piergiorgio Di Cara a matière à nous offrir encore quelques beaux romans.

Piergiorgio Di Cara / Hollywood Palerme  (Hollywood, Palermo, 2005), Métailié (2010), Traduit de l’italien par Hervé Denès.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars italiens
commenter cet article

commentaires

LANG MONIQUE 29/08/2010 22:00



JE VIENS DE LIRE hOLLYWOOD pALERME .DURAND TOUTE LA LECTURE IL ME SEMBLAIT LIRE UN ROMAN DE ANDREA CAMILLERI.BEAUCOUP DE SIMILITUDES TANT AU NIVEAU DU RECIT QUE DES PERSONNAGES . C EST DOMMAGE



Jean-Marc Laherrère 29/08/2010 22:58



Tient, c'est une ressemblance qui ne m'a jamais sauté aux yeux. A part bien entendu le lieux. Je ne retrouve ni l'humour, ni la langue de Camilleri. Et je suis peut-être aussi influencé par mes
autres lectures de Di Cara (L'île noire et L'âme à l'épaule) beaucoup plus sombres.



Maïté 11/03/2010 09:04


Sinon, chez les italiens que je suis fidèlement, en faisant ma promenade habituelle du matin sur les blogs que j'aime, je viens de voir que Gianrico Carofiglio vient de sortir un nouveau bouquin
avec son personnage récurrent de Guido Guerrieri, avocat à Bari, et ça me réjouit! Ce n'est plus chez Rivages mais au Seuil et ça s'appelle "Les raisons du doute" En voilà une bonne nouvelle juste
avant le week-end!


Jean-Marc Laherrère 11/03/2010 10:48


Excellente nouvelle en effet, j'ai beaucoup aimé les premiers.
Voilà qui illumine mon retour en France !


Maïté 09/03/2010 08:58


Assez déçue par cet épisode là. Je préfère largement son autre série, plus noire, plus sèche, et pourtant pleine de la douceur de vivre qu'on retrouve aussi dans "Hollywood Palerme". Le problème
avec celui-là, c'est que tout est assez classique. C'est bien, mais c'est déjà vu. Enfin bon, ça ne m'empêchera pas de continuer à guetter les sorties de ses livres.


Jean-Marc Laherrère 10/03/2010 14:05


Moi c'est le troisième, verre froid, qui m'avait déçu. Et je continue à préférer nettement les deux premiers, ile noire et l'âme à l'épaule, si beaux, et si différents.


zorrock 21/02/2010 12:38


Bonjour,et bravo pour ton blog,j'y pêche souvent des idées de lecture et ...suis trés rarement déçu.Concernant Di Cara,après l'époustouflant "l'âme à l'épaule",je pensais que l'on tenait là un très
grand,malheureusement,à chaque nouveau livre,le niveau baisse d'un cran,le dernier est un peu "plat".A noter que le 1er est "l'âme à l'épaule" puisqu'à sa suite,on retrouve le personnage en
convalescence dans "l'île noire".Bonnes lectures !


Jean-Marc Laherrère 22/02/2010 02:23


Je suis d'accord avec toi, les deux premiers sont grandioses.
Une petite précision sur l'ordre de parution.
Chronologiquement, dans la vie du personnage, L'âme à l'épaule vient avant l'île noire.
Mais en France, et même en Italie si mes souvenirs sont bons, L'île noire a été publiée avant.


jeanjean 15/02/2010 19:32


je viens de le terminer, et je partage ton avis, même je suis quand même resté un peu sur ma faim. @+


Jean-Marc Laherrère 15/02/2010 20:49


Il faut dire que cet auteur avait frappé si fort avec ses deux premiers, dans deux registres totalement différents, qu'on attend beaucoup de lui.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact