Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 22:43

Premier gros coup de cœur de cette sixième saison d’actu du noir. Un roman qui a déjà été publié il y a quelques années. Car l’été c’est aussi le moment où on écoute les copains. Et là il y en avait un qui me parlait depuis longtemps de ce roman Les voix du Pamano du catalan Jaume Cabré. Mais comme toujours, je n’avais jamais le temps, il y avait toujours une pile en souffrance … Finalement, avant d’attaquer la rentrée, je me suis décidé. Bien m’en a pris. Merci mille fois aux amis têtus et opiniâtres.


cabreTorena, petit village des Pyrénées catalanes. Comme dans le reste de l'Espagne, la guerre civile et les années de franquisme y ont laissé des traces, des haines, des rancœurs. C'est tout cela qui va remonter à la surface quand Tina, jeune institutrice, commence une recherche a priori inoffensive sur l'évolution du matériel scolaire dans ce coin des Pyrénées.


Il se trouve qu'à Torena des ouvriers sont en train de détruire l'école pour en construire une nouvelle. C'est comme ça qu'innocemment Tina va mettre la main sur quatre cahiers cachés derrière le tableau noir. Quatre cahiers qui vont faire revivre l'Histoire et les histoires de ce village.


Celle d'Oriol Fontelles, l'instituteur phalangiste, d'Elisenda Villabrù, maîtresse femme, richissime qui fait la pluie et le beau temps dans la région, de l'ancien maire franquiste, des maquisards … Et de bien d'autres. Des histoires qui montrent que dans ce coin de montagne, comme dans le reste du pays, les plaies du passé sont encore loin d'être guéries.


Magnifique, somptueux, bouleversant, magistral, époustouflant … Les adjectifs manquent pour dire l'impression laissée par ce roman choral mené de main de maître. Après les premières pages un peu rudes à suivre, le lecteur est happé par le procédé narratif qui passe d’une époque à l’autre, d’un point de vue à l’autre sans forcément annoncer la couleur. Il commence aussi à se retrouver dans les multiples personnages.


A partir de là c’est parti, on est pris, de plus en plus pris, par les mystères des personnages de Torena, par la violence de l'Histoire et des histoires, par un superbe mélange d'amours, de haines et de vengeance.


La construction est brillante, la langue superbe, le rendu de l'époque saisissant. On sent le poids de l’église et de l’Opus Dei, la mainmise des puissants, leur façon de toujours s’en sortir et d’être d’aussi bon démocrates qu’ils ont été d’excellents franquistes.


Il y a l’hypocrisie mais aussi le courage, la corruption et la méchanceté, mais aussi l’abnégation et la fidélité à des valeurs … Et puis les non-dits, les silences pesants d’un village de montagne, accentués par la chape franquiste.


Et quels personnages inoubliables. Des portraits d’hommes et de femmes qui ne vous quitteront pas, pour le meilleur et pour le pire. Avec en tête Oriol Fontelles, qui se révèle au cours du roman, et la superbe et effrayante Elisenda … mais aussi tous les autres. Tous ont droit au talent de l’auteur, tous sont décrits dans toute leur complexité et leur humanité.


En résumé, un vrai chef-d’œuvre.


J’ai mis du temps à me décider à le lire, j’espère au moins que j’aurais convaincus quelques-uns d’entre vous de prendre, aussi, le temps d’ouvrir Les voix du Pamano.


Jaume Cabré / Les voix du Pamano (Les veux del Pamano, 2004), Bourgois (2009), traduit du catalan par Bernard Lesfargues.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article

commentaires

Norbert 12/11/2013 13:33


Salut JM,


Je savais bien que ce nom de "Jaume Cabré" me disait quelque chose... Je ne parle pas de ce roman que tu as chroniqué, mais du nouveau roman de l'auteur, "Confiteor", paru chez Actes Sud à la
rentrée et célébré par tous les critiques littéraires (à tel point qu'il a été sélectionné pour plusieurs prix, je crois bien). Un bon pavé de 700 pages, et comme je ne sais pas si tu avais été
mis au courant de cette parution en septembre, et bien je le fais, avec un peu de retard mais pas trop !;)

Jean-Marc Laherrère 12/11/2013 14:23



Je l'ai vu. Et Jaume Cabre sera à Toulouse dans deux semaines. Je vais essayer d'aller le voir, m^me si je crains que ce ne soit difficile.



macclure 02/10/2012 21:08


Salut a tous


Un petit conseil pour attaquer ce bouquin il faut au départ pas mal de courage car il y a de quoi en perdre son latin ...ou son catalan ! Entre une multiplicité de personnages ( qui c'est
celui là  déjà ???) qui nécessite quelques retours en arrière et un procédé narratif assez surprenant il faut serrer les machoires  . Ceci étant on ne lâche pas ...c'est un
signe et ensuite je rejoins le grand maitre du polar ça vaut bigrement le détour ....par la complexité des personnages et par la grande habileté de l'auteur pour mener a terme son histoire. C'est
comme en montagne pour voir un beau paysage il faut faire des efforts!

Jean-Marc Laherrère 02/10/2012 22:59



C'est vrai, le démarrage est un peu perturbant. Pour ma part j'ai poursuivi pour plusieurs raisons :


1. Il m'avait été chaudement recommandé par un copain de bon conseil.


2. Même si on se perd, ou parce qu'on se perd, on veut comprendre.


3. Il est bien écrit.


Donc d'accord avec le conseil, lisez-le quand vous êtes en forme et un minimum disponible et ne lâchez pas dans les première pages, très vie on commence à s'y retrouver et on est mordu.



zazy 20/08/2012 18:36


Un petit clic vous permet de découvrir une perle. Merci beaucoup, je l'ai noté dans ma LAL.

Jean-Marc Laherrère 21/08/2012 09:40



Merci pour la confiance !



jackisbackagain 20/08/2012 16:41


Bonjour Jean-Marc,


 


Je te dis merci pour cette très belle chronique, ton enthousiasme est perceptible et comment...Je note immédiatement ce titre dans mes prochains achats. Jean.

Jean-Marc Laherrère 20/08/2012 17:31



Merci, j'espère que tu ne le regretteras pas.



Pierre FAVEROLLE 20/08/2012 15:55


Salut Jean Marc, Coup de coeur Actu du noir ? Allez hop ! Directement sur la liste d'achats ! Je te signale d'ailleurs que ce roman est sorti en poche chez 10/18. Merci du conseil. Amitiés

Jean-Marc Laherrère 20/08/2012 16:10



Et oui, coup de coeur même si ce n'est pas du noir, du moins pas paru dans une collection noire parce que l'auteur a une maîtrise impressionnante de sa narration et de la tension qu'il installe,
ne révélant les derniers mystères que dans les dernières pages.


Et si c'est sortu en poche c'est encore mieux !



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact