Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 23:27

J’avais lu le premier James Carlos Blake traduit en France, l’excellent Les amis de Pancho Villa, mais cela faisait un moment que je ne m’étais pas replongé dans l’univers de cet écrivain atypique, spécialisé dans les épopées historiques et sanglantes. L’occasion faisant le larron, c’est la sortie de Red Grass River qui m’a permis de constater qu’il n’a rien perdu de son talent.

blakePendant douze ans, de 1912 à 1924, la famille Ashley, maîtresse incontestée des Everglades en Floride défie la police locale. Distillation clandestine, contrebande d’alcool, braquages, racket des concurrents … seul Bobby Baker, shérif de Palm Beach qui a des comptes personnels a régler avec John Ashley, le fils le plus entreprenant de la famille se dresse face à eux. Avec des méthodes qui font dire aux témoins que cela devient une guerre entre le gang Ashley et le gang Baker. Mais la lutte est inégale et, comme le reste du pays, ce coin de marécages ne pourra faire autrement que d’accepter la loi et la « civilisation ».


Après l’ouest américain et le Mexique James Carlos Blake s’intéresse ici à la partie la plus sauvage de la Floride. Avec une thématique récurrente dans les grands westerns : le moment où la loi rattrape la frontière, celui où les pionniers, ceux qui vivaient hors la loi (parce qu’elle n’était pas arrivée) doivent s’y soumettre, de gré ou de force. Souffle épique, force de l’écriture, belles descriptions d’une nature encore sauvage, violence des rapports humains …


Tout ce qui a fait la beauté des précédents romans de l’auteur se retrouve ici pour cette fresque passionnante pleine de bruit et de fureur. Un affrontement de légende entre deux forces, entre deux modes de vie, l’un finissant, l’autre en pleine expansion. Un affrontement dans lequel l’auteur ne prend pas parti : pas de bons et de méchants ici, pas de blanc et de noir, les membres du clan Ashley, à commencer par leur patriarche sont sanguinaires, violents, sans pitié, le clan d’en face, sensé représenter la loi ne la respecte pas davantage et sait aussi se montrer d’une infinie cruauté.


Cela n’empêche pas le lecteur, pris dans ce maelstrom, de ressentir de la tendresse pour tel ou tel, et de souhaiter par moment la victoire du camp qui, on le sait depuis le début, est par avance condamné par la marche du temps.


Un très beau roman, comme le dit aussi très bien l’ami Yan.


James Carlos Blake / Red Grass River (Red Grass River : a legend, 1998), Rivages/Thriller  (2012), traduit de l’américain par Emmanuel Pailler.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

holden 26/05/2012 21:49


je suis trop con, si tu savais, tout ce que tu m'as fait decouvrir,


je relis mon mail, jee me trouvee d'une arrogance ignoblee, bref, avec mes excuses

Jean-Marc Laherrère 27/05/2012 00:19



M'enfin, t'es à côté de la plaque ! Il sort tant de livres par ans que tous nous pouvons apprendre de tout le monde.


Ton site avec ta bande, vous faites un énorme boulot de défricheurs et de découvreurs sans préjugés, mais avec un goût très sûr.


Donc j'ai, comme tout le monde, beaucoup à apprendre, de tout le monde et je prends tous les conseils qui viennent.


Bises et que ça t'empêche surtout pas de dormir !!



grossebollocks 25/05/2012 18:48


http://www.unwalkers.com/ashley-aka-baker-une-histoire-simple-par-le-club-des-menteurs/


ma critique et sa bio, mais fais toi plutot rogue blood et pancho villa, les autres sont moins bon, mais tres bon


ah la buse il connait pas le plus grand parmi les grands, mais putain,  C dupuis va faire une attaque ^^


il connait pas blake


muahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh


 

Jean-Marc Laherrère 25/05/2012 19:21



Pancho Villa c'est fait, et à l'poque j'en avais aussi lu un autre, mais, mea culpa, mea très grosse culpa, je me souviens plus lequel !! Et j'avais dû les prendre en bibliothèque car j'en ai
aucun dans la mienne ...



Nico 25/05/2012 10:54


Je lis votre critique, le nom de l'auteur m'evoque quelque chose, je verifie sur internet pour me rendre compte qu'un monde de voleurs traine sur ma pile a lire depuis bientot 2 ans...ces
quelques lignes de critique m'ont vraiment donne envie de me pencher sur cet auteur (et toutes mes excuses pour les accents: clavier qwerty!)

Jean-Marc Laherrère 25/05/2012 11:31



Pas grave ! J'attends donc des nouvelles de Un monde de voleur ... Et je vais moi aussi vérifier s'il ne traine pas dans une pile.



Yan 24/05/2012 22:38


Oui. Voleurs, c'est même Christopher Cook (et non pas Christopher Moore, ni Thomas Cook et encore moins Robin Cook... je parle bien sûr de Thomas Cook l'écrivain, pas le voyagiste, et de
Robin Cook l'écrivain, pas l'auteur de frileurs médicaux).


Sinon je suis bien content de voir qu'il t'a plu aussi. Du coup, si tu n'en a pas eu l'occasion, tu peux aussi lire Un monde de voleurs. En voilà, une aubaine!

Jean-Marc Laherrère 24/05/2012 23:21



C'est cela.


Et je rajoute Un monde de voleurs à la liste sans limite des bouquins à lire !



Laurent V 24/05/2012 09:44


Possible mais il y a un Blake aussi :)


http://www.amazon.fr/Un-monde-voleurs-James-Carlos-Blake/dp/2743619899/ref=sr_1_5?s=books&ie=UTF8&qid=1337845368&sr=1-5

Jean-Marc Laherrère 24/05/2012 14:13



Je m'ai gouré ! Cook son roman c'est "Voleurs" tout court.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact